La Nouvelle Librairie Jeunesse veut redonner le goût de l’aventure aux enfants

Animatrice du blog à succès « Chouette, un livre ! » consacré à la littérature enfantine, Anne-Laure Blanc se lance dans une nouvelle aventure éditoriale en créant le « domaine » jeunesse des éditions de la Nouvelle Librairie. Avec une mission : donner aux enfants le goût de la lecture, de l’aventure et de l'humour !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

ÉLÉMENTS. Vous êtes bien placée pour savoir qu’il existe de nombreuses maisons d’éditions pour la jeunesse, qu’est-ce qui distinguera la collection jeunesse de la Nouvelle Librairie des autres ? Quel en sera l’esprit ?

ANNE-LAURE BLANC : Mieux que le mot « collection », j’aimerais parler de « domaine » jeunesse : un domaine où il fera bon se lancer dans mille explorations, des sommets de l’Olympe au plus profond de pays imaginaires. Des temps anciens aux mondes interstellaires, en passant par le Moyen Âge, pourquoi pas ? Ce sera un domaine riche en surprises pour une immense chasse au trésor !

Avant tout, nous souhaitons proposer aux enfants et à leurs familles des ouvrages écrits dans une belle langue, joyeusement illustrés et porteurs des valeurs traditionnelles qui, de tout temps, ont aidé à grandir. Il existe déjà des petites maisons courageuses, telles Via Romana, Le Triomphe ou Téqui, chacune avec ses spécificités. Nous ajouterons notre pierre à l’édifice. Une maison d’édition de plus, quelle chance pour la bibliodiversité ! 

ÉLÉMENTS. Comment avez-vous sélectionné vos auteurs et vos illustrateurs ? Comment travaillez-vous avec eux ? Leur donnez-vous des consignes ? Pouvez-vous nous définir le style de vos illustrateurs ? Faites-nous les présentations ? 

ANNE-LAURE BLANC : Pour assurer au mieux notre lancement, j’ai fait appel à Gudrun Guillaume, Gallic et Willy, qui sont auditeurs de l’Institut Iliade. Je les connais de longue date. Tous les trois étaient dans les starting-blocks, prêts à nous suivre dans l’aventure. Gudrun travaille avec des tout-petits auxquels elle raconte des histoires sur la mythologie toute la journée… Oui, même des histoires d’araignée qui font un peu peur comme celle d’Arachné !

Gallic et Willy sont des illustrateurs de grand talent. Ils ont créé des visuels et des affiches pour l’Iliade. Arnaud Josselin est venu spontanément me proposer cette histoire de petit sanglier gaulois, racontée par son ami Jean-Baptiste Lapierre et illustrée par ses soins. L’album Je découvre et je colorie… les costumes européens est l’œuvre de Mathilde Beaudoire, une toute jeune étudiante en arts plastiques, très douée. Pour ma part, je n’ai pas pu résister au plaisir de raconter une nouvelle fois Les douze travaux d’Hercule.

Les consignes? Des illustrations lisibles et dynamiques, qui ajoutent un petit plus au texte. Les textes? Ils sont accessibles et de bonne tenue, sans mièvrerie ni facilités. Je tiens beaucoup à ce que chaque album ait sa personnalité propre ! 

ÉLÉMENTS. À qui s’adresseront les quatre premiers albums de cette collection ?

ANNE-LAURE BLANC : Les premiers albums consacrés à la mythologie s’adressent plus particulièrement à des enfants de 5 à 10 ans. Brennos, le sanglier de Condate de Jean-Baptiste Lapierre et Arnaud Josselin, fera rire dès 4 ans. Nous espérons élargir rapidement notre offre avec des albums pour les tout-petits qui peuvent être lus à haute voix, mais aussi des romans et même des documentaires pour les collégiens. Nous voulons insister sur la lecture plaisir. 

ÉLÉMENTS. Vous inaugurez cette collection avec Athéna, La déesse aux mille facettes, un album aux belles couleurs azur et cuivre. Est-ce le début d’une série sur les dieux de l’Olympe ? 

ANNE-LAURE BLANC : Les prochains albums raconteront les hauts faits d’Artémis et le cycle de Perséphone. Dans nos tiroirs, nous avons une belle histoire sur la jeunesse d’Alexandre le Grand. Nous explorerons d’autres univers, en abordant les histoires de marins ou de montagnards… 

ÉLÉMENTS. À l’heure de l’addiction aux écrans, quelle peut-être la place de la lecture chez les enfants ? Y a-t-il encore une place pour la littérature jeunesse ?

ANNE-LAURE BLANC : La littérature jeunesse pèse près de 14% du secteur de l’édition. Elle est en grande partie soutenue par tout un réseau d’écoles et de médiathèques qui n’hésite pas à imprimer leur tendance idéologique. Il est urgent de redonner confiance aux jeunes parents et à tous ceux qui sont soucieux d’offrir de vrais beaux livres aux enfants. Heureusement, l’histoire du soir, écoutée sous la couette, reste un grand classique! 

Gudrun Guillaume et Gallic, Athéna, la déesse aux mille facettes, 16 p., 9,90 €.
Anne-Laure Blanc et Willy, Les douze travaux d’Hercule, 20 p., 9,90 €.
Jean-Baptiste Lapierre et Arnaud Josselin, Brennos, le sanglier de Condate, 32 p., 9,90 €.
Mathilde Beaudoire, Je découvre et je colorie… les costumes européens, 16 p., 7,90 €.

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}