Vincent Cheney

Vincent Cheynet : les mauvaises fréquentations de la décroissance

On a envie de rétorquer à Christian Araud que c'est justement une grande partie du problème : Alain de Benoist n'a pas de limites dans ses mauvaises fréquentations.» Vincent Cheynet, lui, n'a pas de limite à la bêtise…
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Ce n’est pas la joie de vivre chez les tenants de la décroissance ! Dans son numéro 92 (septembre 2012), Vincent Cheynet, le rédacteur en chef du journal La Décroissance, s’illustre une nouvelle fois par son imbécilité satisfaite. On l’aurait volontiers passé sous silence, si sa prose n’était aussi comique, finalement. Dans une notule paresseuse consacrée à l’excellent petit livre Préludes à la transition. Pourquoi changer le monde de Christian Araud, le rédacteur en chef du «mensuel des objecteurs de croissance» a décelé un sérieux «bémol» à l’ouvrage de ce polytechnicien, collaborateur des revues Entropia et S!lence. Et quel bémol ! Une faute. Presque un crime. Cheynet dénonce : «On se demande bien pourquoi il met Alain de Benoist tant en avant. L’auteur est bien naïf face au pape de la Nouvelle droite “caractérisé par son esprit d’ouverture et de dialogue avec des personnalités de tous bords”. On a envie de rétorquer à Christian Araud que c’est justement une grande partie du problème : Alain de Benoist n’a pas de limites dans ses mauvaises fréquentations.» Vincent Cheynet, lui, n’a pas de limite à la bêtise… Une grande carrière de surveillant général l’attend sans doute. 

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter de la revue Éléments