Le magazine des idées
Une réponse à l’ostracisme et à la caricature

Une réponse à l’ostracisme et à la caricature

Le site de réinformation breton Breizh Info reçoit le rédacteur en chef d’Éléments pour évoquer son dernier ouvrage, "Alain de Benoist à l’endroit", dans lequel il retrace et commente l’itinéraire intellectuel du chef de file de la « Nouvelle Droite » dont l’œuvre aussi foisonnante que polymorphe reste encore aujourd’hui confrontée à une omerta imbécile et injuste. Un ouvrage qui ne s’adresse pas uniquement aux connaisseurs ou admirateurs du travail d’Alain de Benoist mais à toute personne s’intéressant un tant soit peu aux sciences politiques et au combat des idées de ces 60 dernières années.

BREIZH INFO. Qu’est-ce qui vous a motivé à écrire sur Alain de Benoist et quel était votre objectif principal en retraçant l’histoire de la Nouvelle Droite ?

FRANÇOIS BOUSQUET : Pour ne plus lire les âneries habituelles que nos adversaires, sinon nos ennemis, déversent sur nous. Pour ne pas leur laisser le monopole du discours et le ministère de la parole autorisée. Pour juger sur pièces notre histoire, et non sur la base de racontars ineptes et démoniaques qui, tous, reviennent à dire qu’on tend le bras alors qu’on n’a jamais tendue que la main. Les exemples ne manquent pas. Il suffit d’ouvrir les notices Wikipédia d’Alain de Benoist et de la Nouvelle Droite pour s’assurer que ce ne sont rien d’autre que des fiches démonologiques rédigés par des démons de petite envergure, comme les appelait Fiodor Sologoub. Car aujourd’hui ce sont les « démons » qui jugent – et condamnent – l’œuvre de Dostoïevski.

Pour dresser un bilan de parcours à l’occasion des anniversaires et commémorations de cette année 2023, marquée par les 80 ans d’Alain de Benoist et les 50 ans d’Éléments.

Pour rendre justice à Alain de Benoist et à l’immense travail de renouvellement des idées auquel il s’est livré depuis 60 ans.

Pour remettre à l’endroit notre histoire dans un monde de plus en plus de travers.

Pour prendre date avec le futur.

BREIZH INFO. Comment décririez-vous Alain de Benoist en tant que personnalité intellectuelle et quel impact pensez-vous qu’il a eu sur la pensée politique contemporaine ?

FRANÇOIS BOUSQUET : C’est un personnage hors norme, hors cadre, au savoir encyclopédique et à la curiosité sans bornes, décidément inclassable, lui qui aime tant classer. Un intellectuel, une tête chercheuse, un philosophe politique, premier parmi ses pairs intellectuels, parce que, comme Charles Maurras avant lui, et certes dans un registre doctrinal différent, il laisse une œuvre personnelle et collective, française et européenne, en amont et en aval de la modernité : celle d’un courant de pensée auquel le nom de Nouvelle Droite est associé. Qu’ajouter de plus ? C’est un maître-penseur et un maître-passeur, tant il a introduit dans l’espace francophone quantité d’auteurs et de concepts qui n’étaient pas familiers sous nos latitudes. Quand bien même il ne se reconnaît plus sous cette étiquette, il a sorti la droite des cycles de répétition et de la fatalité de la relégation intellectuelle. Sur le fédéralisme, sur la critique de l’idée de progrès, sur l’identité, sur l’écologie, sur la subsidiarité, sur le politique, etc., etc. C’est une boîte à outils conceptuels, un thésaurus politicus, et une base de données pléthorique. Son influence a suffisamment été décisive pour que ses adversaires aient cherché à le tuer, médiatiquement parlant, à plusieurs reprises.

En 60 ans de vita intellettuale, il a beaucoup semé, jamais en vain, mais non sans toujours en recevoir les lauriers. Si certains ne lui concèdent que du bout des lèvres leur dette intellectuelle, impossible de s’intéresser au combat culturel, à la critique du libéralisme, à la démystification des droits de l’homme, au renouveau des politiques communautaires, aux politiques de civilisation – pour nous, l’Europe – sans passer par lui. L’Europe est du reste son terrain d’élection, le sien et celui de la Nouvelle Droite. Quelle famille de pensée peut se flatter d’avoir donné naissance à autant de « sœurs » dans l’espace européen, en italien, en allemand, en espagnol, en flamand, en russe, en latin et en cyrillique ? Nul n’est prophète en son pays, peut-être, mais Alain de Benoist l’aura été en son continent.

BREIZH INFO. Comment la Nouvelle Droite a-t-elle évolué au cours des 50 dernières années et quel rôle Alain de Benoist a-t-il joué dans cette évolution ?

FRANÇOIS BOUSQUET : Il y a dans toute grande pensée des éléments de continuité et de rupture. La Nouvelle Droite n’y échappe pas, mais les grandes orientations restent les mêmes. La charpente et les murs porteurs. Il peut arriver que certaines thématiques soient mises en sourdine, au sens musical du terme. Par exemple, l’inégalitarisme, mais il serait faux d’en déduire qu’il a été révoqué : il a mûri, il s’est affiné. La critique de l’idéologie du Même et celle de l’homogénéisation du monde peuvent être interprétées comme en étant un des prolongements possibles. Pareillement de la cause « des » peuples, présente de bout en bout : concédons cependant qu’elle a pris une vigueur nouvelle en rencontrant la cause « du » peuple et celle des populismes. Il n’y a pas opposition, seulement incorporation de nouveaux thèmes qui viennent rééquilibrer les prémices de la Nouvelle Droite première manière. Prométhée corrigé par Orphée, Konrad Lorenz amendé par Marcel Mauss, Nietzsche confronté à Proudhon. Il en va de même de l’aristocratisme, qui ne serait qu’une lente agonie sans son fertilisant plébéien ; de l’ethno-différentialisme s’il n’était qu’un ethnocentrisme, etc.

BREIZH INFO. Comment répondez-vous aux critiques qui associent la Nouvelle Droite à des idéologies extrémistes ou radicales ?

FRANÇOIS BOUSQUET : De confondre l’étymologie et l’idéologie. La radicalité remonte les fleuves, là où l’extrémisme se laisse porter par les courants tempétueux. Le prêt-à-penser médiatique est confusionniste, mélangeant les deux termes, alors que tout les sépare. L’un cherche à agir en profondeur, comme en atteste son étymologie – du latin radicalis, dérivé de radix, la « racine » (et non pas la race), qui va à la racine des choses et à la longue mémoire. L’autre s’en tient à la surface. Radical est actif, proactif, agissant ; l’extrémiste n’est même pas réactif, il est surréactif. L’extrémisme est un piège sémantique dans lequel notre adversaire cherche à nous enfermer en nous déclarant d’emblée infréquentables (voir le dernier livre de Mathieu Bock-Côté à cet égard). Longue cuillère ou pas, on ne dîne pas avec le diable.

BREIZH INFO. Quel avenir envisagez-vous pour la Nouvelle Droite dans le contexte politique et social actuel ?

FRANÇOIS BOUSQUET : Continuer de produire une intelligence collective appelée Nouvelle Droite. L’intelligence collective n’est pas la somme des intelligences individuelles (elles comptent en tant que telles, celle d’Alain de Benoist est suffisamment évidente pour n’avoir pas à insister sur ce point), elle les dépasse et les transcende par les propriétés propres à chaque école de pensée, propriétés émergentes, polyphoniques, « consociationistes », comme dirait le grand penseur politique Althusius, qu’Alain de Benoist a fait connaître au public français. Les compositions instrumentales réussies et les orchestres ne fonctionnent pas autrement.

source : Breizh-Info

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Actuellement en kiosque – N°206 février-mars

Revue Éléments

Découvrez nos formules d’abonnement

• 2 ans • 12 N° • 79€
• 1 an • 6 N° • 42€
• Durée libre • 6,90€ /2 mois
• Soutien • 12 N° •150€

Prochains événements

Pas de nouveaux événements
Newsletter Éléments