Un petit jaune ou un coronavirus ?

Du nord au sud, de l'est à l'ouest, sur toutes les lèvres, autour de toutes les tables, le long de tous les comptoirs, plus qu'un seul sujet : le « coronavirus », ce nouveau péril jaune ! Plus question de retraites, de grèves, de violences policières, d'élections municipales, d'explosion migratoire, de suspension de la « taxe Gafa » et autres billevesées : plus qu'une seule préoccupation, cette nouvelle pandémie annoncée qui – après de nombreuses autres – menace l'avenir du monde.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Bien sûr, personne ne sait rien, de l’origine comme de la nature exacte du mal, personne ne comprend rien, des risques ni de l’étendue réelle du problème, mais tout le monde a peur. Et c’est bien là l’essentiel, même si pour le moment, l’horrible menace a tué moins de pauvres gens qu’un week-end francilien de départ en vacances. Peu importe, les éternels « spécialistes » pérorent devant des journalistes aux mines profondes et compassées.

Personne ne sait rien, mais tout le monde parle, c’est le principe de la société médiatique, et – curieusement – pour une fois, les médias officiels ne sont pas hostiles aux théories les plus « complotistes », puisqu’ils n’hésitent pas à remettre en cause les déclarations officielles les plus rassurantes. Comme quoi, quand il s’agit de nourrir une psychose collective, il n’y a plus d’éthique ni de « fake news » qui tiennent.

Autant les Français qui craignent de se faire tabasser pour une cigarette ou de voir leur fille violée en rentrant de soirée sont d’indécrottable paranoïaques victimes d’un « fantasme d’insécurité », autant il est crucial qu’ils s’inquiètent de ce grand danger venu de Chine et qui a déjà fait tousser quelques centaines de personnes à travers le monde. La soupe aux chauves-souris, voilà l’ennemi ! Que nous sommes petits et mesquins de nous préoccuper encore de choses bassement pragmatiques et matérielles telles que retraites, salaires, sécurité, alors que c’est la nouvelle peste noire qui nous menace ! Un danger dont seul l’État – celui-là même qui aujourd’hui nous tabasse et nous ruine – pourra nous protéger ! Union sacrée donc, devant l’ennemi extérieur, ce méchant virus venu des confins de l’Asie et des pratiques archaïques des peuplades qui la composent (heureusement, ce n’est pas le fait d’égorger des moutons dans des baignoires d’immeubles HLM qui pourrait susciter des problèmes sanitaires…) ! D’ailleurs n’y a-t-il pas une certaine logique à ce que la mort globale annoncée provienne de ceux-là mêmes qui ont déjà décidé de la propager en reprenant sans scrupules tous les bureaux de tabac de France ! Tout se tient !

Et tout cela se terminera sans doute par un énième vaccin – notre ministre de la « santé » en est une grande spécialiste (par philanthropie) –, de doctes rapports de l’OMS, et un grand soupir de soulagement… Finalement que ferait-on sans eux ?

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}