Rechercher
Filtres
Le magazine des idées
Sophia Aram la nouvelle égérie d’« Éléments »

Sophia Aram, la nouvelle égérie d’Éléments

Depuis qu’il a répondu à Éléments, Hubert Védrine subit un tir de barrage de la gauche castor : il faut faire barrage ! Manuel Valls nous avait fait le coup avec Michel Onfray. L’humoriste Sophia Aram prend le relais sur France Inter en parlant d’Éléments, revue qu’elle n’a jamais ouverte, et d’un entretien avec Védrine qu’elle n’a jamais lu.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

C’est une règle en passe de devenir un axiome : depuis la nouvelle formule d’Éléments, plus les personnalités que nous interrogeons se déclarent à gauche ou ont occupé des responsabilités à gauche, plus le tir de barrage contre les déviants qui osent nous parler est intense. Bobards, points Godwin, insultes, menaces, tout y passe. Avec l’entretien d’Hubert Védrine, l’ancien secrétaire général de François Mitterrand et ministre des Affaires étrangères de Lionel Jospin, nous avons franchi une étape. Car n’imaginez pas un seul instant que les commentateurs réagissent après lecture de l’entretien et affûtage des arguments… Naïfs que vous êtes ! Un nom sur une couverture suffit. C’est la magie d’Éléments : un nom à gauche connu suffit à déclencher un tsunami. La preuve ? Une commission en charge des affaires internationales au sein du parti socialiste s’est réunie d’urgence. Quoi ! Comment ! Lui aussi ! Les diverses réactions sont d’autant plus drôles qu’aucun d’entre eux n’a lu véritablement l’entretien d’Hubert Védrine et encore moins tenu un numéro d’Éléments entre les mains !

À peine dévoilé, le cœur des pleureuses s’est mis en action. Offusqué, Frédéric Martel (France Culture) a décrété le « TOLLÉ » général (en majuscule, ça fait peur). Pour l’islamologue François Burgat, Védrine fait enfin son « coming out d’extrême droite ! ». Nous avons eu droit à toutes les émotions : c’est « glaçant » (Cécile Alduy, sémiologue), « ce type me révulse », (Christian Lehmann, romancier, Libération), « l’horreur » (Olivier Herviaux, Le Monde), « complotiste ! », tonne Raphael Gluksmann, « No pasarán » a glapi Jérôme Gleize, conseiller PS de Paris, tandis qu’un certain Luc Broussy, président du Conseil national du PS, a d’autant plus dénoncé un discours « rance » qu’il ne l’a pas lu !

Le journaliste français est une feignasse, l’humoriste subventionné un mouton

À ce petit jeu, il faut rendre hommage à Sophia Aram. L’humoriste a ânonné en direct sur France Inter un texte immonde de bêtise sur une revue dont elle prononçait visiblement le nom pour la première fois, et un entretien qu’elle non plus n’avait pas lu. Cela ne l’a pas empêchée naturellement de donner des leçons de déontologie et de maintien intellectuel. Ne lui jetons pas la pierre : Sophia Aram agit comme 99 % des journalistes français qui répètent sans comprendre depuis des dizaines d’années des éléments de langage sur notre magazine sans même l’avoir feuilleté. Avant Hubert Védrine, il y avait eu Michel Onfray, le premier, en 2015, bretteur plein de courage, qui avait essuyé les délires du système médiatique pour avoir osé répondre à des questions d’Éléments, puis Jacques Julliard, Bernard Langlois, Marcel Gauchet, qui ont eu, eux aussi, à subir un déferlement d’insultes qui n’avait d’autre but que d’établir un imaginaire cordon sanitaire. Peine perdue !

La vérité c’est qu’en France, un journaliste qui lit plus d’un livre ou d’une revue par semaine est une espèce en voie de disparition. Le journaliste français est une feignasse, l’humoriste subventionné un mouton, et les deux ensembles forment l’opinion médiatique dominante. Au cœur de cette mélasse, Éléments demeure un refuge pour les intellectuels français ou étrangers, les personnalités de droite ou de gauche, qui nous rejoignent toujours plus nombreuses. Au grand dam des pleureuses !

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Actuellement en kiosque

Dernières parutions - Nouvelle école et Krisis

Les dates à retenir

Pas de nouveaux événements
S’abonner à la newsletter