Rechercher
Filtres
Le magazine des idées
Renaud Camus pour son livre Le Grand Remplacement

Renaud Camus, Donald Trump, même combat ?

Twitter a encore sévi : après la fermeture du compte personnel de Trump, c’est au tour de celui de Renaud Camus de faire les frais de la politique de purification du géant américain – pour avoir dit des Blancs, qui fuyaient les banlieues de l’immigration (à la grande indignation des bien-pensants) : « S… de Blancs, en plus ils ne se laissent même pas égorger sur place ! » Zou, ni une ni deux, son compte Twitter a été supprimé. D’un clic. La guillotine, c’était couic ; Twitter, c’est clic. Le résultat est le même, symboliquement parlant. Aujourd’hui, les Gafam vous coupent le sifflet comme par magie. Celui qui croyait pouvoir gazouiller librement est condamné au silence. « Il faut aujourd’hui de l’or, beaucoup d’or, pour jouir du droit de parler ; nous ne sommes pas assez riches. Silence au pauvre », lançait Lamennais en guise d’avertissement. Silence aux dissidents, silence aux véritaires, silence au grand écrivain !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

Connaissez-vous Pavlov, le génial Ivan Petrovitch Pavlov (1849-1936) ? Le type même du savant russe : à barbe épaisse, avec un air de révolutionnaire et de pope dostoïevskien. Très beau, très digne. Les Russes qui réussissent dans la vie ont tendance à laisser leur nom associé à l’invention qui les a rendus célèbres : Kalachnikov, Tupolev, Stakhanov. C’est le cas d’Ivan Petrovitch Pavlov. De toute évidence, il devait préférer les chiens aux hommes. En tout cas, c’est sur eux qu’il a exercé des dons d’observation hors pair qui lui ont valu le Nobel de physiologie en 1904. C’est lui qui a découvert les réflexes conditionnés chez le chien. Le chien salive d’abord à l’apparition des croquettes, ensuite il salive par anticipation à l’apparition des croquettes, enfin il salive toujours même quand il n’y a plus de croquettes. Le censeur est fait de la même matière, surtout quand il est commis à la prohibition sémantique chez Twitter ou chez l’un de ces gullivériens Gafam. Sa fonction gastrique est similaire à celle du chien. Ses croquettes ? Le wokisme délirant, le lynchage couinant, l’hyper-racisme anti-Blancs. À la vue d’un « salaud » imaginaire, sa glande salivaire s’emballe ; elle continue de s’emballer même quand il n’y a plus de « salaud », même quand le « salaud » c’est lui !

La loi des trois « D » : déni, délit, délire

Heureusement que Zemmour est là pour nous rappeler que Renaud Camus existe et qu’il y a un Grand Remplacement en cours. Quand c’est Renaud Camus qui le dit, Twitter, Wikipédia ou YouTube (les vidéos sur le Grand Remplacement sont peu à peu retirées de la plateforme américaine) l’invisibilisent. Autrement dit, le grand sujet de la présidentielle – le sondage Harris Interactive pour Challenges vient de le rappeler : six Français sur dix pensent qu’il y a bel et bien un Grand Remplacement – est banni du Net et des réseaux sociaux. Tout le monde en parle mais il est interdit d’en parler. Vive la République populaire du Gafaland ! Raison pour laquelle je plaide ardemment afin que la triade woke soit inscrite au fronton de notre République populaire chérie : en l’occurrence la loi des trois « D ». D comme déni, D comme délit, D comme délire – le réel n’existe pas ; le réel est judiciarisable ; le réel est substituable – remplaçable (on n’en sort pas).

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter