Rechercher
Filtres
Le magazine des idées
La chasse

Pourquoi déteste-t-on la chasse ?

Alors qu’il n’y a plus besoin de chasser pour se nourrir, pourquoi cette pratique subsiste-t-elle ? Pourquoi le fait d’aller tuer un cerf dans la forêt heurte-t-il plus que les milliers de vaches abattues chaque jour ? Pourquoi certaines mises à mort émeuvent-elles plus que d’autres ? Pour répondre à ces questions, Laura Raim a interrogé l'anthropologue Charles Stépanoff, qui a étudié les chasseurs ruraux du Perche.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

“La mort a été désocialisée, et industrialisée. Les deux sont liés : c’est parce qu’on l’a cachée, parce qu’on l’a désocialisée qu’on a pu la rendre industrielle et que l’on a pu s’habituer à manger de la viande sans penser que c’est la chair des animaux”, explique-t-il. De fait, la consommation de viande a été multipliée par quatre depuis le XIXe siècle.

Charles Stépanoff, L’animal et la mort, Chasses, modernité et crise du sauvage, La Découverte, 2021

Une réponse

  1. La présentatrice nous plonge d’emblée dans un flux de paroles accéléré bien caractéristique des machines pensantes contemporaines. Puis c’est l’invité qui évoque quelque chose comme la volonté des premiers agriculteurs de « maintenir une extériorité sauvage ».

    Je vais relire l’article sur la chasse publié dans le numéro 169 d’Éléments, pour respirer …

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter