Rechercher
Filtres
Le magazine des idées

« Noble âme de Yukio Mishima, Noble âme de Masakatsu »

Professeur émérite de l’Université de Tsukuba, Tadao Takemoto est le descendant d’une longue lignée de samouraïs. Pour la 50e commémoration de Yukio Mishima, il a officié aux rites funéraires Shintô, à la grande salle de Seiryô-Kaikan, à Tokyo.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

Les Jisei (1) de Yukio Mishima

La vibration
Du sabre
Tenu à la main de guerrier
Que de temps l’aurais-je endurée
Pour voir enfin ce matin la premiere gelée!

Devançant
Le monde et les humains
Qui n’osent disparaître Souffle la tempête de nuit
Révélant, belle, la fleur qui tombe.

Jisei de Masakatsu Morita

Pour aujourd’hui
Était tôt résolu Mon cœur ;
Serait-ce seul l’aquilon au champ
Qui devine mes vœux secrets ?

Noble âme de Yukio Mishima
Noble âme de Masakatsu
Permettez-moi de vous présenter respectueusement mes paroles humbles.

Voici cinquante ans que, soucieux de l’avenir du Japon, vous les deux combattants de Tate-no-kai (Société du bouclier) avez accompli un geste sans pareil, sur le lieu du quartier général de l’Agence de l’auto-défense Jieitai d’Ichigaya, en vue de réveiller l’âme de samouraï, condition sine qua non pour réformer la constitution d’aprés-guerre, qui empêche la construction d’une authentique armée nationale.

Parallèlement, en écrivain génial, d’une renommée mondiale, vous avez témoigné d’une vision exceptionnelle, qui dépasse de loin la politique, en confiant à un jeune héros de la Mer de la fertilité, l’idée que l’on peut prévoir l’au-delà, seulement en décidant sa mort. Ce qui ne cesse de nous émouvoir, y compris vos admirateurs étrangers, c’est cette suprême beauté, cette pureté qui mène à « l’idée de la mort volontaire ».

(1) Pendant une cérémonie de seppuku (suicide rituel japonais), un des éléments du rituel était l’écriture d’un poème d’adieu (Les Jisei), écrit dans le style waka (cinq vers, et généralement cinq, sept, cinq, sept et sept mores respectifs).

En 1970, l’écrivain Yukio Mishima et ses élèves ont composé plusieurs jisei avant leur prise de contrôle ratée de la garnison d’Ichigaya à Tokyo, pendant laquelle ils se sont suicidés de manière traditionnelle. (Source : Wikipedia)

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter