Totoro

Miyazaki, l’envers du monde paisible

Petit retour en arrière : en 1999, nous découvrions au cinéma « Mon voisin Totoro » d’Hayao Miyazaki. Ce cinéaste japonais, co-fondateur du studio Ghibli, est devenu un maître du cinéma d'animation. Derrière le voile d'une œuvre en apparence paisible, la guerre, la mort, la destruction de la nature, traversent son œuvre...
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le studio Ghibli offre la liberté à Miyazaki qui se consacre à la création de longs-métrages d’animation originaux comme Le Château dans le ciel (1986), Mon voisin Totoro (1988), Porco Rosso (1992). En 1997, Princesse Mononoké est le film le plus vu de l’histoire du Japon, il obtient de nombreuses récompenses et propulse Hayao Miyazaki sur la scène internationale.
En 2001, Le voyage de Chihiro sort en salles et son succès critique et public retentit dans le monde entier…

Aujourd’hui, nous revenons sur deux films emblématiques de l’oeuvre de Miyazaki : Mon voisin Totoro et Le voyage de Chihiro qui questionnent l’environnement, la famille, la maladie, le fléau de la guerre et proposent un monde à deux facettes où, derrière le voile, apparaissent des créatures fantasmagoriques et fascinantes…

L’invité du jour

Hervé Joubert-Laurencin, professeur en études cinématographiques à l’université de Paris Nanterre, codirecteur du département des arts du spectacle et de l’unité de recherches « HAR », traducteur et spécialiste de l’œuvre de Pier Paolo Pasolini
Auteur de Quatre films de Hayao Miyazaki : Mon voisin Totoro, Porco Rosso, Le voyage de Chihiro, Ponyo sur la falaise aux éditions Yellow now – Les Enfants de cinéma

Source : France Culture

Pour en savoir plus

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter