Louis-Ferdinand Céline. La guerre ne passait pas. (Déluge)

« Qui n’a, comme Céline, un jour été tenté de “fabriquer l’opéra du déluge” ? Revisitant une partie de nos archives oubliées, cette série de vidéos questionne l’art de voir, de lire et d’écouter ; réorganisant du même coup l’alliance des textes et des sons, des images et de leurs significations… Entre soliloques d’ombres et échos d’outre-tombe, des portes s'ouvrent, l’inactuel s’actualise, et l’on re-découvre la joie de tout risquer sur un alexandrin… »
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le comédien Michel Simon (1895-1975) lit ici les premières pages du Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline.

« Ça a débuté comme ça. Moi, j’avais jamais rien dit. Rien… »

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}