Ramzi Khiroun

L’Ojim mis en examen, une plainte du riche et puissant Ramzi Khiroun

Ramzi Khiroun, un personnage riche et puissant, considéré par L'Obs comme l’homme le plus influent de France, a porté plainte contre moi au titre de directeur de la publication de l’Observatoire du journalisme (OJIM).
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Voici un appel à l’aide de Claude Chollet, le fondateur de l’Observatoire du journalisme (OJIM), analyste de l’actualité du monde des grands médias et un ami de la revue Éléments.

Cher compatriote,

Je vous écris car je suis en colère.

Je viens d’être mis en examen par un juge parisien.

Après sept ans d’existence, plus de 220 portraits de journalistes et plus de quatre mille articles, c’est mon premier procès et il est totalement injuste. .

Ramzi Khiroun, un personnage riche et puissant, considéré par L’Obs comme l’homme le plus influent de France, a porté plainte contre moi au titre de directeur de la publication de l’Observatoire du journalisme (OJIM).

Je suis dans le collimateur de Ramzi Khiroun.

Ramzi Khiroun est furieux qu’on ait écrit qu’il faisait partie de la « garde rapprochée » d’Arnaud Lagardère… « plus proche de certaines méthodes du milieu que celles de HEC » et qu’il avait été « l’exécuteur des basses œuvres de DSK ».

Je ne vous cache pas que je risque gros. Outre une amende de 12 000 €, le tribunal peut accorder à Ramzi Khiroun d’importants dommages et intérêts plus ses frais de justice. En un mot : l’Observatoire du journalisme OJIM et ses nombreux collaborateurs sont en danger.

Je suis résolu à arrêter les manœuvres de Ramzi Khiroun.

Vous vous en doutez, contre un homme aussi riche et puissant que Ramzi Khiroun, nous devons mobiliser d’excellents avocats. Mais cela a un coût. Heureusement, je sais que je peux y arriver avec votre soutien.

Je vous en remercie d’avance pour votre don sans lequel je serais à la merci de Ramzi Khiroun.

Ne les laissons pas faire.

Claude Chollet,
Fondateur de l’Ojim
Je veux aider l’OJIM !

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter de la revue Éléments