Rechercher
Filtres
Le magazine des idées
Andréa Kotarac Les portraits d'éléments

« Les portraits d’Éléments », épisode 1 : Andréa Kotarac ouvre le bal

Éléments lance une série de vidéos grand format : « Les portraits d’Éléments», face caméra. Un rendez-vous bimestriel, avec des intellos, des artistes, des aventuriers, des politiques, des économistes, des chefs d’entreprise… Des personnalités hors norme, inattendues, détonantes, qui ont quelque chose à dire, pas quelque chose à vendre. Un homme, un parcours, des idées. Jean-François Daloz, qui est à la manœuvre, répond à nos questions.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

ÉLÉMENTS : Pourquoi ce format, un invité plongé dans une sorte de huis clos ? Le risque n’est-il pas de reproduire, jusqu’à la sobriété assumée, le côté intime et dépouillé de « Thinkerview » : tout sur l’invité, rien que l’invité. Cherchez-vous à vous en démarquer ou à vous en inspirer ?

JEAN-FRANÇOIS DALOZ. Initialement nous cherchions à lancer de longs entretiens afin de prolonger sous une autre forme les entretiens écrits que l’on trouve dans la revue. Évidemment, nous avons tout de suite pensé à « Thinkerview » : ce média a su s’imposer dans le paysage des chaînes YouTube depuis quelques années. Pourquoi ne pas s’inspirer de ce qui marche après tout ? Néanmoins, il ne s’agit pas de faire du copier-coller. « Les portraits d’Éléments » ont vocation à devenir un média à part, qui, comme la revue, se distinguera par la qualité de ses intervenants et sa capacité à animer des débats que l’on ne trouve pas ailleurs, y compris sur Internet.

ÉLÉMENTS : Éléments, c’est le magazine des idées, de la chose écrite, moins de la vidéosphère. Pourquoi ce média ? Qu’est-ce qu’il a en plus ? Serait-ce qu’il nous fait toucher d’au plus près la vraie vie, la vie vécue, pour parler comme la phénoménologie ? Quel but poursuivez-vous ?

JEAN-FRANÇOIS DALOZ. « Les portraits d’Éléments » ont pour but de poursuivre le débat d’idées sous un format différent. L’écrit et l’image, loin de s’opposer, se complètent. On souhaite donner la parole à personnalités de talent que l’on entend peu ou pas dans les médias centraux. En lançant ces « Portraits », la revue Éléments continue sa trajectoire initiale : elle mène le « combat culturel » sur le terrain de la vidéo. C’est sur ce terrain que se joue aujourd’hui la bataille des idées. Un autre objectif de ces entretiens est bien entendu de faire découvrir la revue à un jeune public.

ÉLÉMENTS : Pourquoi avoir porté votre choix sur Andréa Kotarac pour inaugurer cette série de portraits ?

JEAN-FRANÇOIS DALOZ. Andréa Kotarac est l’une des personnalités politiques les plus atypiques et courageuses du moment. Ni de gauche ni de droite, ni gaucho ni facho, il a suivi une trajectoire politique très originale en quittant LFI et en rejoignant le RN. À l’heure où le débat se polarise autour de l’opposition entre le bloc populaire (Le Pen) et le bloc élitaire (Macron), il montre que les populistes de gauche et de droite ont tout intérêt à se retrouver. Aujourd’hui, il travaille avec notre ami et chroniqueur Hervé Juvin au Parlement européen et vient de lancer avec lui un micro-parti, Les Localistes, qui a pour but de promouvoir l’identité et l’enracinement dans les territoires face aux folies progressistes. Il est tête de liste aux prochaines élections régionales en Rhône-Alpes. Lorsqu’il a basculé de la France insoumise pour rejoindre le RN, c’est dans les colonnes d’Éléments qu’il s’était entretenu pour justifier son choix. Il était le mieux placé pour inaugurer cette série de portraits !

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Actuellement en kiosque

Dernières parutions - Nouvelle école et Krisis

Les dates à retenir

Pas de nouveaux événements
S’abonner à la newsletter