Lucien Rebatet

L’écrivain, la politique et le vestiaire

À la mort de Lucien Rebatet, en 1972, les chiens de garde s'étaient pourléchés. Un petit coup de langue sur « Les deux étendards », un autre sur « Une histoire de la musique », et, pour un peu, l'auteur des « Décombres », briqué de neuf, trouvait siège sur la bergère.
Pour accéder à cet article, vous devez vous abonner Abonnement - 12 numéros (2 ans), Abonnement - durée libre or Abonnement - 6 numéros (1 an).
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
À la mort de Lucien Rebatet, en 1972, les chiens de garde s'étaient pourléchés. Un petit coup de langue sur « Les deux étendards », un autre sur « Une histoire de la musique », et, pour un peu, l'auteur des « Décombres », briqué de neuf, trouvait siège sur la bergère.
Pour accéder à cet article, vous devez vous abonner Abonnement - 12 numéros (2 ans), Abonnement - durée libre or Abonnement - 6 numéros (1 an).

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter