Rechercher
Filtres
Le magazine des idées
Renaud Camus pour son livre Le Grand Remplacement

« Le peuple indigène de la France est bel et bien remplacé »

L'écrivain Renaud Camus, auteur du Grand Remplacement (Éditions de La Nouvelle Librairie), était l’invité d’André Bercoff, mardi 4 mai sur Sud Radio dans l'émission Bercoff dans tous ses états.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

Ostracisé dans les médias, Renaud Camus n’a que rarement la chance de pouvoir s’expliquer sur le Grand Remplacement. L’occasion de rappeler ce qu’est le « phénomène le plus important » de notre époque.

« Le peuple indigène de France est bel et bien remplacé »

Le Grand Remplacement, c’est le peuple qui est dissout et change de forme comme de fond. Une dissolution qui s’installe « depuis 20 ou 30 ans », selon l’écrivain qui y voit « une réalité la plus importante de notre époque et de toutes les époques, en ce qui concerne l’histoire de France ». Renaud Camus rappelle que changer de peuple « ne s’est jamais rencontré depuis dix ou quinze siècles dans la plupart des pays d’Europe ». 

Un peuple français déjà « en cours de remplacement », dans un processus qui est même « bien avancé ». L’écrivain pointe des parties du territoire où « le peuple indigène de France est bel et bien remplacé », allant jusqu’à « disparaître dans des départements entiers », assure-t-il.

« C’est le négationnisme de masse »

Ce phénomène historique n’est pas dû au général. « Cela n’aurait jamais été possible sans le petit remplacement« , estime Renaud Camus qui l’illustre par « le changement et la disparition de la culture, l’effondrement de l’école ». Des facteurs qui placent le peuple « dans un état d’abrutissement et d’hébétude », qui « accepte passivement ce qui, pour des générations, était l’horreur absolue, ce qu’il fallait refuser à tout prix », rappelle l’écrivain.

Un effondrement qui s’illustre par « ce qu’est devenu le baccalauréat, l’état de l’orthographe » et un délitement de l’école, « au point de ne pas se rendre compte du phénomène le plus important« , selon Renaud Camus. « Tout est fait pour que cette population ne s’en rende pas compte, c’est le négationnisme de masse, la négation du Grand Remplacement, un déni très massif ».

Source : Sud Radio

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Actuellement en kiosque

Dernières parutions - Nouvelle école et Krisis

Les dates à retenir

Pas de nouveaux événements
S’abonner à la newsletter