Rechercher
Filtres
Le magazine des idées

Le langage soumis à l’idéologie victimaire. Le Zoom avec Thomas Clavel

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

Professeur de français en réseau d’éducation prioritaire de la Seine-Saint-Denis, Thomas Clavel parle de son roman Un traître mot sur le plateau de TV Libertés.

Son héros, Maxence commet, – dans une France où la loi Avia serait appliquée – un crime de langage. Ce crime contre la novlangue va le mener en prison au terme d’un procès en sorcellerie. Récit passionnant et effrayant d’hommes broyés par une religion victimaire dont « l’évangile » pourrait se résumer à « détestez-vous les uns les autres ».

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter