Le Grand Remplacement en chiffres. Chronique d’une mort annoncée ?

Dans L’invasion de l’Europe, Les chiffres du Grand Remplacement, qui vient de paraître aux Éditions Via Romana, Jean-Yves Le Gallou et Polémia dressent le bilan comptable de l’immigration en Europe. Un livre de données brutes, qui articule chiffres et faits, pays par pays, préfacé et postfacé par l’auteur de l’indispensable Manuel de lutte contre la diabolisation. À lire en se rappelant que le Grand Remplacement est, au dire des médias centraux, une « théorie complotiste ». Hahaha !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

On sait ce qu’il faut penser des statistiques. Elles ont donné lieu à quantité de bons mots émanant d’esprits très variés :
Winston Churchill : « Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées. »
Coluche : « Les statistiques, c’est comme le bikini : ça donne des idées mais ça cache l’essentiel ! »
Mark Twain : « Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques. »
Les Soviétiques en ont fait un objet de propagande, les Américains d’autoglorification, ou inversement. Mais rien ne vaut les chiffres orwelliens de l’Insee sur l’immigration. Même chose pour ceux de l’Ined. Le dieu vivant de ce monde-là, c’est le si bien nommé Hervé Le Bras, qui en effet a le bras long, si long qu’il raccourcit tout ce qu’il touche. Le plus beau palmarès hexagonal de fake news migratoires, à faire pâlir d’envie les moustaches d’Edwy Plenel.
Officiellement, il n’y a pas d’immigrés en France (même si la France a toujours été une terre d’immigration). Il y a des moteurs de recherche, Hervé Le Bras c’est l’escamoteur de recherche. Il passe son temps à effacer les traces du crime. À ses yeux, la démographie bien comprise, c’est de l’approximographie. Elle consiste à faire disparaître les immigrés des banques de données de l’Insee et de l’Ined. Comment ? En en faisant de bons Français ! Comme quoi, la propagande n’a pas besoin de grand-chose : de nos jours, elle tient dans un tableau Excel.

Une opération de « blanchiment » statistique

Qu’est-ce donc que le Grand Remplacement ? On vous le donne en mille et dix mille : c’est une construction mentale de l’extrême droite, une fiction complotiste inventée par des psychopathes (lisez la notice Wikipédia, très Fakepédia en ces domaines : une pure merveille). Et dont Amazon vient de dépublier l’ouvrage éponyme de référence, celui-là même qu’a signé Renaud Camus. Orwell, on vous le dit, et son Miniver : le Ministère de la Vé-ri-té.
L’antidote ? La lecture de L’invasion de l’Europe, Les chiffres du Grand Remplacement, publié aux Éditions Via Romana et qui fait suite aux travaux de Polémia sur l’immigration à l’échelle européenne (dans treize pays). Une Europe différemment touchée par l’immigration de masse. À l’Ouest et au Nord, au moins 20 % de la population d’origine étrangère, proportion qui a doublé ces vingt dernières années (dix dans certains pays). Et ce n’est qu’un début.
En France métropolitaine, 39 % des nouveau-nés sont dépistés à la drépanocytose (une maladie génétique qui ne concerne quasi exclusivement que les populations extra-européennes), plus de 70 % en Île-de-France. À noter qu’en juillet 2018, l’agence qui en publiait les chiffres a fermé ses portes. Complot ?
C’est aussi dans ce même esprit d’occultation que les démographes « officiels » se refusent à faire des projections en rapportant les chiffres de l’immigration (entrées ou naissances) aux classes d’âge qui leur sont comparables : les moins de vingt ans par exemple. Alors, le « complot » du Grand Remplacement en prendrait un coup : au vu de l’ampleur des chiffres, il surviendra dans une génération, pas plus. Mais chut, l’immigration est un fantasme.
Merci une fois de plus à Jean-Yves Le Gallou et à ses équipes d’avoir montré qu’il n’en est rien.

Quelques données extraites de L’invasion de l’Europe, Les chiffres du Grand Remplacement (et ce ne sont que des estimations basses) :

France
66,9 millions d’habitants.
Proportion de naissances d’au moins un parent né en dehors de l’UE : 27 % en métropole (2017).
Proportion d’enfants nés avec un prénom musulman : 21,6 % (2018).

Royaume-Uni
66,4 millions d’habitants (2018).
9,4 millions de personnes nées à l’étranger (2018).

Allemagne
82 millions d’habitants (2018).
13 millions de personnes nées à l’étranger dont 7,7 millions d’extra-Européens.

Suède
10,3 millions d’habitants (2019).
Proportion de la population immigrée : 24,9 % de la population (2018).

Pays-Bas
17 millions d’habitants (2019).
Proportion de la population d’origine immigrée : 23 %.

Suisse
8,5 millions d’habitants (2019).
Proportion de la population d’origine immigrée : 37 % (2017).

Autriche
8,2 millions d’habitants (2019).
Proportion de la population d’origine immigrée : 22,8 %.

Belgique
11,3 millions d’habitants (2018).
Proportion du nombre de résidents nés à l’étranger : 16,7 % de la population (2018).

Danemark
5,8 millions d’habitants (2019).
Population immigrée : 800 618 personnes (2019).

UE
23 millions d’extra-européens au 1er janvier 2018.
Parmi les 825 000 étrangers ayant acquis une nationalité européenne, 82 % d’extra-Européens (2017).
60 millions de personnes résidant dans un pays de l’UE où elles ne sont pas nées.

Et pour la route, quelques avertissements que nous adressent des amis étrangers :

« La Belgique finira arabe. » Fawzia Zouari, Jeune Afrique.

« Vous êtes envahis par d’autres cultures, d’autres peuples, qui vont progressivement vous dominer en nombre et changer totalement votre culture, vos convictions, vos valeurs. » Cardinal Robert Sarah (Guinée).

« Un nombre limité, ça va [de réfugiés]. Sinon, toute l’Europe deviendra un jour musulmane ou africaine, c’est impossible. » Dalaï Lama

« L’intégration est possible entre Européens. La trame est la même, c’est le même continent. Ils [les Marocains] ne seront jamais 100 % Français, ils seront de mauvais Français, je peux vous l’assurer. » Hassan II, roi du Maroc

Disponible à la Nouvelle Librairie
Jean-Yves Le Gallou (et Polémia), L’invasion de l’Europe, Les chiffres du Grand Remplacement, éditions Via Romana, 214 p., 20 €.

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}