Rechercher
Filtres
Le magazine des idées
Le corbeau

Le corbeau, une histoire culturelle

Connu pour sa série de livres sur l'histoire culturelle des couleurs, l'historien médiéviste Michel Pastoureau est aussi spécialiste de l'histoire culturelle des animaux. Après le loup et le taureau, c'est sur celle du corbeau que se penche l'historien dans son dernier ouvrage : "Le Corbeau. Une histoire culturelle" (Seuil, 2021).
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

Bien qu’il ait été vénéré dans les antiquités romaine, grecque, scandinave et celtique pour son intelligence et les capacités divinatoires qu’on lui prêtait, le corbeau est tombé en disgrâce sous la plume des Pères de l’Église catholique. Diabolique et porteur de tous les vices, le corbeau devient le chef de fil du « bestiaire infernal » qui entourerait Satan. À travers des massacres de corbeaux et l’élimination des cultes païens voués à l’oiseau, la politique d’évangélisation européenne va modifier durablement l’imaginaire lié au corbeau. Chez les romantiques du XIXe siècle, le corbeau reste associé à la mort et dans Les Oiseaux de Hitchcock, sorti en 1963, ils sont encore immortalisés sous les traits de bêtes imprévisibles et menaçantes. 

Un récent regain de notoriété

Il faut attendre les progrès de la science au sujet de l’intelligence animale dans une société plus portée sur la protection des animaux pour voir l’oiseau recrédité. Outilleur confirmé et maître du langage, le corbeau se révèle aussi capable de tâches complexes.

Le corbeau pourrait bel et bien être « le Phénix des hôtes de ces bois« , contrairement à ce que Jean de la Fontaine suggérait dans sa fable Le Corbeau et le Renard

Source : France Culture

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter