La mort d’un président

M. Georges Pompidou est mort à son poste. Malgré le mal dont il était averti et qui le rongeait. Il est resté à son poste jusqu'au bout, comme les capitaines et les sentinelles : comme il convient aux chefs d'État. Henry de Montherlant aurait aimé cette mort, lui qui faisait dire à Sextus : « L'avenir est dans la volonté, non dans les prophéties. » C'était dans "La guerre civile", précisément.
Pour accéder à cet article, vous devez vous abonner Abonnement - 12 numéros (2 ans), Abonnement - durée libre or Abonnement - 6 numéros (1 an).
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
M. Georges Pompidou est mort à son poste. Malgré le mal dont il était averti et qui le rongeait. Il est resté à son poste jusqu'au bout, comme les capitaines et les sentinelles : comme il convient aux chefs d'État. Henry de Montherlant aurait aimé cette mort, lui qui faisait dire à Sextus : « L'avenir est dans la volonté, non dans les prophéties. » C'était dans "La guerre civile", précisément.
Pour accéder à cet article, vous devez vous abonner Abonnement - 12 numéros (2 ans), Abonnement - durée libre or Abonnement - 6 numéros (1 an).

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter