Jeff Bezos, l’homme le plus riche du monde, veut-il faire interdire la Nouvelle Librairie ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autrefois, les puissants se contentaient de nous piétiner. Aujourd’hui, ils nous piétinent et ils nous font la leçon. La Nouvelle Librairie peut en témoigner. Un plumitif appointé par Jeff Bezos, le patron d’Amazon, l’homme le plus riche du monde, vient de déverser sa moraline farcie de niaiseries contre nous dans le Washington Post, propriété dudit Bezos. Nous serions affreusement, irréparablement, extrêmement de droite, merde alors, au prétexte que nous vendons… les mémoires de Jean-Marie Le Pen (vendu aussi sur Amazon), Petit Satan, et les livres de Charles Maurras, (aussi sur Amazon) Grand Satan — ou l’inverse. Ouah, on en frémit d’avance !
Il y a quelque chose d’indifféremment comique ou sinistre à voir un employé de Bezos, assis sur les milliards de son patron, nous sermonner.

Lire l’enquête d’investigation du journaliste James McAuley du Washington Post, digne héritier de Carl Bernstein et Bob Woodward.



Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter de la revue Éléments