Le magazine des idées
Immunité : l'héritage d’Homo Denisova dans l'ADN des Papous

Immunité : l’héritage d’Homo Denisova dans l’ADN des Papous

Pour s’être hybridés il y a 200 000 ans avec le quelque peu mystérieux Homme de Denisova, les habitants de Papouasie-Nouvelle-Guinée sont relativement bien adaptés aux maladies infectieuses présentes sous les tropiques.

Si l’on savait déjà que les Papous ont 5 % de leur génome qui leur provient d’Homo Denisova, mystérieux cousin asiatique de l’homme de Néandertal qui n’a encore été identifié que par très peu de fossiles, on ne savait pas encore à quoi servaient ces 5 %. L’étude parue dans PLOS Genetics en décembre 2022 vient apporter de premières réponses à ce sujet. Si l’on ne sait que très peu de choses sur l’Homme de Denisova par absence de fossiles (une dent en Sibérie et une mâchoire au Tibet), on en sait un peu plus par ses descendants.

Homo Sapiens, après s’être hybridé avec l’Homme de Néandertal au sortir de l’Afrique, a ensuite rencontré son cousin Denisova en Asie, une espèce très diversifiée génétiquement, à tel point que certains estiment qu’elle constitue un ensemble de plusieurs espèces. Environ 0,5 % du génome des populations asiatiques proviendrait d’une hybridation avec Homo Denisova, mais cela va jusqu’à 5 % pour les Papous. Par ailleurs, les Papous auraient hérité leur fort taux de génome Denisova d’une population denisovienne sud-est asiatique totalement distincte de celle trouvée dans les fossiles du nord de l’Eurasie. Les Ayta Magbukon, tribu des Philippines, possèdent même encore plus de Denisova dans leur génome d’après une étude publiée dans Current Biology en 2021.

Le chikungunya, même pas peur !

Pour mieux comprendre l’impact de cette introgression [flux de gènes d’une espèce vers une autre à la suite d’hybridations répétées] de génome issu de Denisova parmi les Papous, les scientifiques ont analysé parmi 56 individus de Papouasie-Nouvelle-Guinée les allèles issus tant de Denisova que de Néandertal. Les Papous auraient hérité de près de 82 000 variants de Denisova. En comparant la distribution d’allèles archaïques et non-archaïques et les données déjà existantes sur les fonctions des gènes dans notre espèce, les scientifiques ont pu montrer que des variants issus de Denisova affectent fortement les cellules liées au système immunitaire. Le résultat est une réponse inflammatoire aux infections nettement atténuée, qui a pu les aider lors de leur adaptation à cette région tropicale et devenir un avantage évolutif clé, par exemple contre le chikungunya.

Cette étude est une première pour ce qui est de l’impact de l’hybridation avec Homo Denisova. Beaucoup restent à découvrir. Jusqu’ici, seuls très peu de gènes ont été sélectionnés ici.

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Actuellement en kiosque – N°206 février-mars

Revue Éléments

Découvrez nos formules d’abonnement

• 2 ans • 12 N° • 79€
• 1 an • 6 N° • 42€
• Durée libre • 6,90€ /2 mois
• Soutien • 12 N° •150€

Prochains événements

Pas de nouveaux événements
Newsletter Éléments