Rechercher
Filtres
Le magazine des idées
Azov

Guerre russo-ukrainienne à J+68 : Face au déluge de feu russe, des contre-attaques inopérantes

La supériorité aérienne des Russes leur permet de frapper l’artillerie ukrainienne avant que celle-ci ait le temps de décrocher. Spécialiste militaire d’« Éléments », Laurent Schang suit au jour le jour le conflit.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

24 avril (J+59)

– Moscou confirme le retrait du gros des forces russes engagées à Marioupol (d’autres sources indiquent cependant que 12 BTG resteraient sur place pour sécuriser la zone) ; les unités ukrainiennes encore retranchées dans les galeries souterraines du complexe Azovstal sont livrées aux frappes des forces aérospatiales russes : missiles guidés et bombes « bunker-buster ».

25 avril (J+60)

– À Kiev, visite « surprise » du secrétaire d’État américain A. Blinken et du secrétaire à la Défense L. Austin. Réponse des Russes : 5 gares, par où transitait le matériel livré aux FAU, détruites à coups de missiles à l’ouest (Zhytomyr) et dans le centre (Vinnytsia, Poltava) du pays.

26 avril (J+61)

– Contre-attaques ukrainiennes repoussées à Rubizhne et à Novotoshkivske et avancée significative des troupes russes le long de l’axe Izioum-Slaviansk. Les faubourgs d’Iampol sont sous contrôle des FAR.

– Frappes de missiles Kalibr (lancés depuis la mer) : 1) contre les infrastructures ferroviaires de la région d’Odessa ; 2) contre un dépôt d’armes et de munitions (fournies par les USA et l’UE) à Zhaporijjia.

– Question : Une fois débarquées à l’aéroport polonais de Rzeszow, relié à Lviv par l’autoroute E40/A4, comment poursuivre les livraisons aux FAU quand les réseaux ferroviaire et routier sont détruits et que le trafic restant est placé sous la menace constante des frappes de précision russes, faute d’une défense aérienne suffisante ?

– Attentats au lance-roquette contre plusieurs bâtiments de la sécurité intérieure à Tiraspol, en république de Pridnestrovie (en roumain Transnistrie).

– La Pridnestrovie, où 1500 soldats de la force d’interposition russe sont basés et où se trouve le dépôt de munitions géant de Kolbasna (20 000 tonnes), à la frontière de la Roumanie (pays membre de l’Otan) et de la Moldavie.

– Moscou et Kiev se rejettent la responsabilité de cette opération sous faux drapeau.

– Question subséquente : quels intérêts l’intervention de la Roumanie en Pridnestrovie, synonyme d’ouverture d’un nouveau front, servirait-elle le plus ?

27 avril (J+62)

– Progression lente (nombreux retranchements à neutraliser) mais continue des forces coalisées russophones au nord du Donbass.

– 2e série de frappes contre les infrastructures ferroviaires de la région d’Odessa.

– Reprise de la poussée russe au N de Kherson, en direction de Mikolaïv, et vers Kryvyi Rih.

28 avril (J+63)

– Tirs de missiles balistiques Tochka-U ukrainiens dans la nuit du 28 au 29 contre le centre de Kherson, détruits en vol par la défense aérienne russe.

– Ce même jour à Kiev, plusieurs missiles russes tirés contre l’usine aérospatiale Artiom ont touché leur cible, alors qu’Antonio Gutierres, secrétaire général de l’ONU, conférait avec le président Zelensky dans la capitale ukrainienne. Un message clair de la détermination du Kremlin.

– Plus de 100 frappes nocturnes de missiles à longue portée recensées contre des installations militaires ukrainiennes dans tout le pays.

– Poursuite de l’offensive russe visant à prendre largement Kramatorsk en tenaille depuis les deux axes de progression : Izioum (au N), Marioupol (au S).

29 avril (J+64)

– Poursuite de la progression des FAR à l’ouest de Sievierodonetsk.

– Pas d’avancée majeure sur les autres fronts. Les FAR maintiennent des troupes pour couvrir le flanc ouest de Kharkiv et polariser les FAU.

30 avril (J+65)

– La poussée russe s’accentue sur les trois axes Lyman (N), Paskhove (O), Popasna (E). L’encerclement de Slaviansk et de Kramatorsk se précise.

– L’avantage de la continuité logistique des FAR (les lignes intérieures) apparaît désormais manifeste, comme la tactique employée en terrain ouvert, qui s’appuie sur la puissance de feu : 1) avancée prudente jusqu’au premier contact avec l’ennemi ; 2) préparation d’artillerie lourde (tirs de saturation) + harcèlement par l’aviation d’appui au sol ; 3) nettoyage du secteur puis reprise de l’avancée jusqu’au prochain obstacle.

1er mai (J+66)

– 40 à 50 000 hommes de l’AUD seraient encore présents dans le Donbass. Des forces suffisantes sur le papier pour contrer une offensive en profondeur, ce que l’état-major russe ne semble pas projeter à court terme.

– Question : l’AUD a-t-elle les moyens nécessaires pour ralentir la progression russe et permettre aux FAU d’achever leur « otanisation » ?

– Prochaines livraisons d’armes lourdes annoncées à destination de l’Ukraine :

– USA : 90 pièces d’artillerie de 155 mm avec munitions,

– Canada : 6 pièces d’artillerie de 155 mm avec munitions,

– Australie : 6 pièces d’artillerie de 155 mm avec munitions,

– République tchèque : un nombre indéterminé de canons automoteurs 122 mm 2S1 (retirés du service),

– Allemagne : un nombre indéterminé de véhicules chenillés Gepard, 2 tubes de 35mm antiaériens (sans munition apparemment car engin retiré du service en 2017),

– Grande-Bretagne : un nombre indéterminé de canons automoteurs AS90 de 155mm avec munitions,

– Pologne et Roumanie (au conditionnel pour cette dernière) : un nombre indéterminé de char T-72,

– France : un nombre indéterminé de CAESAR, canon monté sur camion, avec munitions et instruction des servants en France. 76 sont aujourd’hui en service dans l’armée française.

2 mai (J+67)

– Kharkiv toujours théâtre de bombardements (missiles balistiques) mais pas de tentative russe d’en prendre le contrôle. La région reste une zone de regroupement avant le transfert pour le Donbass, doublée d’un point de fixation pour les FAU, qui détourne une partie de leurs effectifs d’Izioum.

– Izioum où les combats se poursuivent, à l’ouest et au sud de la ville.

– La progression des forces russophones se poursuit vers le centre de Rubizhne. Une ville moyenne mais avec une zone industrielle fortifiée sur le modèle de Marioupol. D’où la tactique adoptée par les Russes : pas de morts inutiles dans des attaques frontales mais un encerclement large pour couper les défenses urbaines de leurs bases d’approvisionnement extérieures.

– Popasna en cours de nettoyage.

– Nouvelles frappes sur Odessa : plusieurs entrepôts, centres de réparation, dépôts de carburant touchés.

3 mai (J+68)

– Les témoignages recueillis par la presse occidentale montrent que les contre-attaques ukrainiennes sont inopérantes, soit qu’elles sont repoussées par le déluge de feu des batteries russes, soit qu’elles s’arrêtent faute de moyens motorisés/mécanisés.

– La supériorité aérienne des Russes leur permet de frapper l’artillerie ukrainienne avant que celle-ci ait le temps de décrocher.

– De fait, beaucoup de matériel otanien récupéré par les Russes sur leur passage.

– Question : qu’en est-il de l’approvisionnement de l’AUD par les routes de Dnipro et de Kramatorsk des bastions Sievierodonetsk-Lyssytchansk et Slaviansk-Kramatorsk ?

Sources : dailymail.com, Institute for the Study of War, lavoiedelepee.blogspot.com, southfront.org, @war_mapper, oryxspioenkop.com, Ministère des Armées, Sim Tack, lecourrierdesstrateges.fr, mars-attaque.blogspot.com, cf2r.org, opex.360.com, fundstrat.com, southfront.org, Army Recognition, www.eurocontinent.eu

Guerre russo-ukrainienne : suivre la situation militaire (23 février – 6 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+13 : la pression s’accentue sur Kiev (7 mars – 8 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+15 : l’assaut de Kiev et contre-attaques (9 mars – 10 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+19 : l’armée russe maintient sa pression sur tous les fronts (11 mars – 14 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+22 : les forces russes continuent d’avancer au ralenti (15 mars – 18 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+26 : Le méridien 29 une ligne stratégique (19 mars – 22 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+28 : Côté russe, on improvise et puis on voit ? (23 mars-24 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+33 : front du Donbass, véritable objectif stratégique russe (25 mars-29 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+38 : Les revers du plan Rudskoï (30 mars – 3 avril)

Guerre russo-ukrainienne à J+43 : à Marioupol, présence confirmée d’officiers otaniens – y compris français (4 avril -8 avril)

Guerre russo-ukrainienne à J+51 : toujours plus de livraison d’armes pour les forces armées ukrainiennes (9 avril-16 avril)

Guerre russo-ukrainienne à J+58 : Emploi massif de l’artillerie lourde contre les poches de résistance ukrainiennes (17 avril – 23 avril)

Une réponse

  1. Merci à Revue-Elements pour ce récapitulatif des événements en cours à l’Est de l’Europe. Il est difficile de savoir ce qui se passe réellement, les informations étant tellement biaisées ou cachées par les médias sous influence du N.O.M. qu’il n’est pas possible de se faire une image juste du conflit. Il parait clair que la Russie fait passer des mauvais 1/4 d’heures aux forces Ukrainiennes et milices en tout genre sur le terrain, les bombardements intensif et l’usage de missile sophistiqués vont éviter des morts inutiles Russe mais causer de lourdes pertes à l’ennemi.
    Malgré tout je souhaite que l’occident stop leurs agressions contre la 2ème puissance militaire mondiale et trouve des moyens de se diriger vers la paix et non vers l’affrontement. Que Dieux m’entende….

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter