Rechercher
Filtres
Le magazine des idées
Guerre en Ukraine. Des milliers d'habitants d'Irpin doivent abandonner leurs maisons et évacuer tandis que les troupes russes bombardent une ville paisible. Réfugiés de guerre en Ukraine.

Guerre russo-ukrainienne à J+51 : toujours plus de livraison d’armes pour les forces armées ukrainiennes

États-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne… Les annonces de fourniture de matériel lourd à destination des forces armées ukrainiennes se multiplient. Spécialiste militaire d’« Éléments », Laurent Schang suit au jour le jour le conflit.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

9 avril (J+44)

– À en croire les images qui circulent dans les media depuis le retrait des forces armées russes des fronts nord et NE, celles-ci auraient perdu une énorme quantité de matériel au cours des 50 premiers jours de l’Opération militaire spéciale (OMS). Une appréciation relativisée par la diffusion sur les réseaux sociaux du tableau comparatif des pertes réalisé par le cabinet indépendant Fundstrat. Des pourcentages estimatifs qu’il faudra encore affiner : les chiffres bruts ne disent rien, ni de la qualité des véhicules laissés sur le terrain par les deux belligérants, ni des conditions de leur mise hors service : destruction (coup au but, IED) ou abandon (avarie, panne sèche, défaut de pièces de rechange, incompétence…) ? On sait que les Ukrainiens réutilisent les engins russes récupérables, et que les Russes approvisionnent les armées des deux républiques du Donbass avec ceux pris aux forces armées de l’Ukraine (FAU).

– Pas d’avancée notable, les combats se poursuivent à Marioupol (SE), au nord de Kherson (S), et pour la réduction du saillant de Sievierdonetsk (Donbass).

10 avril (J+45)

– Annonce par Washington de la prochaine livraison de 100 drones antichars Switchblade aux FAU. D’après la même déclaration, des soldats ukrainiens ont déjà reçu la formation nécessaire aux États-Unis (depuis 2014, 80 000 soldats ukrainiens de tout grade ont suivi les cours et formations de l’Otan).

– La Grande-Bretagne s’engage par la voix de son Premier ministre à fournir véhicules blindés et missiles antinavires aux FAU.

– Diffusion d’une vidéo montrant l’attaque et la destruction d’un convoi de véhicules blindés et de combat antiaérien des FAU par des hélicoptères KA-52 russes. Si son authenticité est confirmée, l’endroit exact n’est pas connu.

– Nomination du général d’armée A.V. Dvornikov, jusqu’ici commandant du district militaire Sud (précédemment en Syrie), au poste de commandant en chef des FAR en Ukraine.

11 avril (J+46)

– Violents combats au nord du Donbass, sur l’axe Izioum-Slaviansk (où une concentration de forces mécanisées russes a été géolocalisée sur la M03) et dans le secteur de Sievierodonetsk.

– Sievierodonetsk où l’attaque des forces de la RPL contre la ville, précédée par un intense bombardement, a cependant été repoussée.

– Frappe de missiles contre la base aérienne ukrainienne de Velikaya Novoselovka.

12 avril (J+47)

– Les combats se concentrent toujours à Marioupol (où la 36e brigade d’infanterie de marine ukrainienne se serait rendue dans la soirée) et sur le front du Donbass (Izioum, avec pour objectif Slaviansk et Kramatorsk + Sievierodonetsk).

– Reprise des frappes ciblées contre les installations militaires ukrainiennes à Kharkiv et dans sa périphérie.

– Frappe de missiles contre l’aérodrome militaire de Starokonstantinov.

– Frappe de missiles contre un dépôt de munitions à Gavrilovka, dans le secteur de Kiev. Le redéploiement du gros des forces terrestres sur le front du Donbass ne signifie pas la fin de l’OMS sur les autres fronts.

– Allemagne, Estonie, Slovaquie : les promesses de fourniture de matériel lourd à destination des FAU se multiplient. Comme la Grande-Bretagne, qui se déleste de ses véhicules de patrouille utilisés en Afghanistan (sur roues : Mastiff, Wolfhound, Husky, chenillés : Spartan), l’Allemagne puise dans ses stocks, qui ne sont pas illimités (le Bundestag doit encore approuver la livraison de 50 chars Leopard 1, en service dans la Bundeswehr de 1965 à 2003, en plus des 70 véhicules de combat d’infanterie Marder et des 100 canons autoportés PzH2000 de 155mm – eux aussi décommissionnés – proposés par les constructeurs allemands).

– Approbation par le Sénat américain d’un projet de loi sur le prêt-bail avec l’Ukraine. Les États-Unis (2,6 milliards de dollars d’aide en armes et équipements à l’Ukraine depuis le 24/02/2022) qui envisagent désormais, outre la livraison confirmée de 200 véhicules chenillés de transport M113, de 100 véhicules légers Humvee (tous deux puisés dans les bases US en Europe) et de 11 hélicoptères de transport, celle d’hélicoptères de combat.

13 avril (J+48)

– Au nord de Marioupol, les dernières défenses de l’usine sidérurgique Ilyich ont cédé. Les combats pour la réduction de la ville continuent à l’est (usine Azovstal) et au SO (zone portuaire).

– Les autorités ukrainiennes reconnaissent la reddition de la 36e BI de marine à Marioupol. Le peu de forces mobilisées (10 000 hommes au plus, contre plus ou moins 3 000 Ukrainiens), mal compensé par des bombardements dévastateurs mais pratiques pour les défenseurs (Stalingrad, Monte Cassino, Grozny) et sans effet sur les kilomètres de galeries que la ville compte, expliquent qu’après 6 semaines Marioupol ne soit toujours pas tombé.

– On signale une recrudescence des actes de sabotage dans la région de Melitopol occupée (centre sud).

– Le croiseur lanceur de missiles russe Moskva, navire amiral de la flotte de la mer Noire, est la proie des flammes. Kiev affirme qu’un tir de missile Neptune lancé depuis Odessa en est la cause. Information rejetée par Moscou, qui allègue une explosion dans le compartiment munitions du bâtiment. Dans un cas comme dans l’autre, il y a eu défaillance : ou du système de défense antiaérien, qui n’a pas fonctionné, ou des procédures de sécurité interne, que l’équipage du Moskva n’a pas respectées.

14 avril (J+49)

– Naufrage du Moskva – en réalité un navire déjà ancien, donc surclassé – et confirmation de l’implication des FAU : un missile antinavire à longue portée guidé par drone (ingénieux). Symboliquement, une victoire de poids pour Kiev mais une perte plus lourde sur le plan médiatique que militaire pour Moscou (les missiles russes sont essentiellement tirés depuis les airs ou à l’aide de lanceurs terrestres).

– Combien de tués parmi l’équipage ?

15 avril (J+50)

– Pas d’évolution notable sur le terrain, les opérations se poursuivent, au seul niveau tactique, dans l’axe Izioum-Slaviansk, vers Sievierodontesk et à Marioupol.

– Pas de pause opérationnelle, comme on pouvait le penser après le démarrage du processus de redéploiement des forces armées russes (FAR), mais toujours une accumulation de combats limités (pas plus de quelques GTIA sur chaque secteur d’attaque). Si la structure de commandement s’est allégée (1 district militaire contre 3 initialement), la doctrine d’emploi des FAR semble pour l’instant inchangée (on sait que cela prend du temps et la date symbolique du 9 mai approche).

– Question : que valent encore des unités déjà émoussées, incomplètement remises d’aplomb, contre des positions préparées et des défenseurs entraînés et motivés ? L’emploi massif de l’artillerie lourde et de l’aviation tactique ne peut apporter qu’une réponse partielle à ce problème.

– Les FAU continuent de pousser dans le secteur de Kherson, où un dépôt de véhicules russes a été détruit à l’ouest de la ville.

16 avril (J+51)

– Situation identique à la veille : poursuite des combats dans l’axe Izioum-Slaviansk, vers Sievierodontesk et à Marioupol ; pression maintenue des FAU sur Kherson. Les mouvements ne se font pas au-delà de quelques centaines de mètres.

Guerre russo-ukrainienne : suivre la situation militaire (23 février – 6 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+13 : la pression s’accentue sur Kiev (7 mars – 8 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+15 : l’assaut de Kiev et contre-attaques (9 mars – 10 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+19 : l’armée russe maintient sa pression sur tous les fronts (11 mars – 14 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+22 : les forces russes continuent d’avancer au ralenti (15 mars – 18 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+26 : Le méridien 29 une ligne stratégique (19 mars – 22 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+28 : Côté russe, on improvise et puis on voit ? (23 mars-24 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+33 : front du Donbass, véritable objectif stratégique russe (25 mars-29 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+38 : Les revers du plan Rudskoï (30 mars – 3 avril)

Guerre russo-ukrainienne à J+43 : à Marioupol, présence confirmée d’officiers otaniens – y compris français (4 avril -8 avril)

Sources : dailymail.com, Institute for the Study of War, lavoiedelepee.blogspot.com, southfront.org, @war_mapper, oryxspioenkop.com, Ministère des Armées, Sim Tack, lecourrierdesstrateges.fr, mars-attaque.blogspot.com, cf2r.org, opex.360.com, fundstrat.com, southfront.org, Army Recognition

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter