Rechercher
Filtres
Le magazine des idées
Kiev, Ukraine; 24 février 2022 : Les attaques de Poutine, la guerre en Ukraine, les explosions à Kiev, les missiles sur d'autres villes. L'invasion terrestre a commencé

Guerre russo-ukrainienne à J+19 : l’armée russe maintient sa pression sur tous les fronts

L’armée ukrainienne tient toujours bon, mais sa réserve opérationnelle paraît épuisée, tandis que l’armée russe maintient sa pression sur tous les fronts. Spécialiste militaire d’ "Éléments", Laurent Schang suit au jour le jour le conflit.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

11 mars (J+15)

– Combats à l’arrêt sur tous les fronts.

– Les assauts terrestres en direction des centre-ville (Kiev, Kharkiv) n’ont pas donné jusqu’ici de résultats probants : la faute semble-t-il au manque de performance de l’infanterie russe (sous-nombre, entraînement insuffisant). Kherson a été prise par les troupes aéroportées, l’élite de l’armée, une exception dans l’ordre de bataille russe. Le combat en milieu urbain s’apprend et nécessite une technicité et des équipements spécifiques. Armés légers mais plus nombreux et très motivés, les défenseurs ont l’avantage de connaître le terrain face à une armée russe sous-dimensionnée et semble-t-il peu apte (malgré les leçons de Grozny 1994-95 et Grozny 1999-2000) à ce type d’opération.

– Intensification, en revanche, des frappes aériennes sur les villes encerclées. Les livraisons d’armes occidentales n’en continuent pas moins, preuve que l’encerclement de la capitale ukrainienne est très incomplet.

12 mars (J+16)

– Violents combats autour de Kiev (35e A., 36e A.) et de Tchernihiv (41e A., 2e A.). Actions de faible ampleur mais répétées. Qui harcèle qui ?

– Le doute persiste quant à la stagnation des opérations. Le haut-commandement russe attendrait-il le retour du froid (gel du sol = fin de la « raspoutitsa », la fameuse mer de boue de la plaine sarmatique) pour se relancer en terrain ouvert ? Si la neutralisation des agglomérations, nombreuses en Ukraine, continue de leur échapper, des offensives en profondeur (les véhicules blindés n’étant plus tenus d’emprunter les axes routiers) permettront aux Russes de couper les lignes d’approvisionnement des poches de résistance ukrainiennes.

– Lente progression de l’armée russe (7e Division d’assaut aéroportée de la Garde) le long du Dniepr, en direction de Kryvyi Rih, à 150 km au SO de Dnipro. La tactique du grignotage de terrain, faute de mieux ?

– À l’est, offensives des forces de la république de Donetsk, l’une plein ouest (ligne de front du Donbass), l’autre vers le sud, les faubourgs NE de Marioupol.

– Marioupol, que la 58e Armée russe continue de pilonner.

13 mars (J+17)

– Actions de faible envergure des forces russes dans les deux républiques du Donbass : ratissage des zones encore imparfaitement contrôlées.

– Une guerre dans la guerre : progression des forces russes et russophones en direction de Marioupol, défendue par des unités irrégulières ukrainiennes (milice Pravy Sektor, régiment Azov). Des combats acharnés sont à prévoir.

– Arrivée imminente de renforts en provenance du Caucase (force d’interposition russe en Arménie et au Nagorno-Karabakh, unités supplétives ossètes et abkhazes) et des provinces extrême-orientales de la Russie. Leur valeur ajoutée ?

– Les medias occidentaux parlent du recrutement de paramilitaires syriens et libyens.

– Tir de missiles balistiques sur le centre d’entraînement militaire de Yavoriv dans la banlieue de Lviv, situé à 15 km de la frontière polonaise et à 600 km de Kiev. Une première dans cette guerre ; au-delà de l’objectif militaire, une mise en garde adressée par Moscou à tous ceux, États et particuliers, qui tenteraient d’apporter leur aide à l’armée ukrainienne (fournitures d’armes, « freedom fighters »).

– Premier usage de drones armés russes repéré au-dessus de Kiev. Pause des opérations autour de la capitale ukrainienne. Contre-attaques locales des Ukrainiens à l’ouest de la ville, sans doute des pertes humaines et matérielles côté russe (et ukrainien) mais pas de traduction concrète sur le terrain.

14 mars (J+18)

– Reprise des combats à l’ouest de Kiev, Irpin. Sans résultat notable.

– Reprise des combats dans Kharkiv : une contre-attaque ukrainienne apparemment.

– Sur le front sud, pas d’avancée vers Zaporijjia ou Odessa.

– Les troupes de Donetsk sont à moins de 30 km des unités russes (58e A.) arrivant de Crimée.

– Chiffres officiels (invérifiables en l’état) : 10 000 pertes en deux semaines dans le camp russe, sans doute autant en face. 1295 véhicules russes irrécupérables, dont 214 chars, contre 343 ukrainiens, dont 65 chars (idem). Des modèles anciens pour l’essentiel, issus des stocks de l’époque soviétique et en partie modernisés.

– L’armée ukrainienne tient toujours bon, mais sa réserve opérationnelle paraît épuisée, tandis que l’armée russe maintient sa pression sur tous les fronts.

Sources : dailymail.com, Institute for the Study of War, lavoiedelepee.blogspot.com, southfront.org, @war_mapper, oryxspioenkop.com, Ministère des Armées, Sim Tack.

Guerre russo-ukrainienne : suivre la situation militaire (23 février – 6 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+13 : la pression s’accentue sur Kiev (7 mars – 8 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+15 : l’assaut de Kiev et contre-attaques (9 mars – 10 mars)

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter