Rechercher
Filtres
Le magazine des idées
Métro kiev

Guerre russo-ukrainienne à J+15 : l’assaut de Kiev et contre-attaques

Assaut russe sur Kiev, contre-attaques ukrainiennes, mort de plusieurs officiers généraux russes… Spécialiste militaire d’Éléments et fondateur des éditions Le Polémarque, Laurent Schang suit au jour le jour le conflit russo-ukrainien. Pour y voir clair malgré le brouillard de la guerre.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

9 mars (J+13)

– L’assaut de Kiev a commencé. Actions lentes et graduelles à l’ouest de la ville menées par des unités de la taille d’une brigade (7 500 hommes). Dans le même temps, consolidation de l’étau russe autour de la capitale ukrainienne ; l’encerclement se resserre et s’étend vers le sud. Est ralenti à l’est par la sécurisation toujours problématique des poches formées par Tchernihiv et Soumy, qui concentrent des effectifs importants, les détournant de Kiev.

– Contre-attaques significatives des Ukrainiens au niveau local (Tchernihiv) contre les lignes de communication russes, entraînant des dégâts matériels non négligeables (usage de drones civils pour guider les frappes). Nombreuses vidéos amateur sur le Net.

– Mobilisation de la réserve opérationnelle russe pour compenser les pertes et injecter des troupes fraîches. Engagement de conscrits russes dans les combats confirmée. Questions sur leur motivation, la qualité de leur équipement et leur niveau d’entraînement.

– Présence signalée parmi les assiégeants de Kiev d’unités loyalistes tchétchènes, d’éléments de la Garde nationale (Rosgvardia) et de personnels de la société militaire privée Liga, ex Wagner.

– Sur le front sud, Zaporijjia est en passe de tomber ; offensive vers Odessa retardée (sécurisation de la chaîne logistique + besoin de renforts) ;

– La crainte persistante des missiles sol/air ukrainiens (plusieurs jets, transporteurs et hélicoptères abattus ces derniers jours) entrave les manœuvres aériennes russes. Le raté de la phase initiale de suppression défenses antiaériennes ukrainiennes a un coût.

– Problème d’organisation russe de plus en plus évident : accumulation des strates de commandement, factrice d’anarchie ? Le poids des réformes, inachevées le 24 février 2022, se fait sentir. Cause de l’échec de l’offensive à grande vitesse ?

– Mort de plusieurs officiers généraux russes confirmée (V.P. Gerassimov, A. Soukhovetski). Le recours au « commandement de l’avant » (pour contourner une chaîne de commandement défaillante et/ou compenser le manque d’initiative des grandes unités ?) s’accompagne de pertes à forte portée symbolique.

10 mars (J+14)

– Assaut simultané de Kiev par l’ouest, l’est et le sud-ouest. Ici encore, progression contrariée par des effectifs en sous-nombre. Besoin pressant de libérer les grandes unités retenues à Tchernihiv et Soumy.

– Irpin occupée (banlieue ouest de Kiev).

– Konotop (à mi-chemin entre Tchernihiv et Soumy) occupée, Soumy est isolée. Les combats se poursuivent à Tchernihiv : beaucoup de casse côté russe (efficacité des livraisons de lance-missiles antichar portatifs).

– Confirmation de l’occupation de Melitopol et du port côtier de Berdyansk, au sud de Marioupol.

– Marioupol et Kharkiv assiégées, pas de mouvement de troupes constaté.

Sources : dailymail.com, Institute for the Study of War, lavoiedelepee.blogspot.com, southfront.org, @war_mapper, oryxspioenkop.com, Ministère des Armées.

Guerre russo-ukrainienne : suivre la situation militaire (23 février – 6 mars)

Guerre russo-ukrainienne à J+13 : la pression s’accentue sur Kiev (7 mars – 8 mars)

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter