Rechercher
Filtres
Le magazine des idées
Kiev, Ukraine - 26 février 2022 : Guerre en Ukraine. Un immeuble d'habitation détruit à Kiev, la capitale de l'Ukraine, qui a été touchée par une roquette russe.

Guerre russo-ukrainienne à J+13 : la pression s’accentue sur Kiev

Spécialiste militaire d’Éléments et fondateur des éditions Le Polémarque, Laurent Schang suit au jour le jour l’état d’avancement du conflit russo-ukrainien. Voici un point de situation au 8 mars 2022. Pour y voir clair malgré le brouillard de la guerre.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

7 mars (J+11)

– Après Kherson le 2 mars, Izioum (à mi-chemin entre Kharkiv et Louhansk) est la deuxième ville ukrainienne à tomber aux mains de l’armée russe. Intense activité aérienne au-dessus du Donbass, les forces ukrainiennes retraitent vers le sud-ouest pour s’échapper de la nasse.

– Concentration de troupes et de moyens autour de Kharkiv. Les conditions semblent réunies pour une offensive russe en direction de Sloviansk, au SE de Kharkiv et à 50 km de Louhansk.

– La pression s’accentue toujours plus sur Kiev, soumise à des frappes aériennes et à des tirs de missiles redoublés. L’assaut sur la capitale se précise.

– Au sud, échec des Russes à emporter Mykolaïv. Au NE, les combats se prolongent autour de la poche de Tchernihiv.

8 mars (J+12)

– Concentration de troupes et de moyens autour de Kiev, combats violents en périphérie de la ville. Contre-attaques locales des forces armées ukrainiennes à Soumy et Brovary (20 km à l’est de Kiev).

– Jonction des 6e et 8e Armées russes, parties respectivement de Kharkiv (arrivée pour relever la 1re ABG, redirigée vers Kiev) et de Louhansk.

– À ce stade des opérations, les avis des analystes occidentaux sont partagés : l’armée russe agit-elle avec méthode ? Impose-t-elle son rythme à la guerre (on avance, on s’arrête, on ravitaille et on repart, le tout à des heures fixées) ou bien est-elle elle-même handicapée par ses déficiences structurelles ? Plusieurs généraux russes ont déjà fait savoir que les effectifs mis à leur disposition étaient insuffisants pour nettoyer les poches de résistance (Tchernihiv, Kharkiv, Mykolaïv). Une économie de moyens également visible dans la parcimonie avec laquelle l’artillerie lourde et l’aviation ont été jusqu’ici employées. Présomption stratégique ? Les ralentissements successifs observés semblent plus dus à l’étirement des lignes logistiques et à la pauvreté des infrastructures routières qu’à la résistance – au demeurant réelle – des forces armées ukrainiennes.

–  En tout état de cause, le potentiel militaire russe n’est encore que très partiellement entamé.

sources : dailymail.com, Institute for the Study of War, lavoiedelepee.blogspot.com, southfront.org

Pour en savoir plus :
(1) Guerre russo-ukrainienne : suivre la situation militaire
Du 23 février au 6 mars

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter