Faut il désespérer du peuple?

Invité par l'Action française, durant le confinement, à donner une conférence à distance via internet, notre collaborateur David L'Épée a livré quelques réflexions sur les rapports qui existent entre pessimisme politique, déclinisme, misanthropie et anti-démocratie.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Prenant parti pour l’option inverse – celle de la confiance dans le peuple, de la démarche humaniste et la démocratie directe – David L’Épée a exposé les raisons pour lesquelles ce sentiment de désespérance, illusoire, faisait le jeu du pouvoir que nous contestons et était souvent le fruit d’un jugement erroné sur la situation. Loin de céder à un idéalisme naïf, il s’agit de renouer avec une appréhension tragique de l’histoire, pleine de promesses et de possibilités, et de méditer sur la célèbre formule de Gramsci : le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté.

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}