Rechercher
Filtres
Le magazine des idées
Fantômas

Fantômas démasqué

De sa naissance sur le papier, en 1911, à ses avatars contemporains, en passant par Louis Feuillade, André Hunebelle, le surréalisme et… Moscou, un voyage alerte et malicieux sur les pas du premier méchant de la modernité.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur print

Entre 1911 et 1913, en France, un phénomène révolutionne le monde de l’édition : écrites à quatre mains par deux jeunes gens venus du journalisme, Marcel Allain et Pierre Souvestre, au rythme d’un nouvel épisode par mois, les aventures de Fantômas, vendues au prix modique de 65 centimes l’unité, s’arrachent à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires, au fil de 31 romans à faire peur. La série de cinq films muets que Louis Feuillade réalise entre 1913 et 1914 décuple le succès de cette première collection populaire. En quittant les studios pour capter en partie sur le vif, dans les rues de Paris, le combat inégal du policier Juve et du journaliste Fandor contre l’insaisissable et cruel meurtrier, ces chefs-d’œuvre révolutionnent eux aussi la jeune industrie du cinéma. Un demi-siècle plus tard, entre 1964 et 1967, André Hunebelle s’empare à son tour de Fantômas pour une trilogie au succès fracassant, avec Jean Marais, Mylène Demongeot et un second rôle qui va peu à peu éclipser les premiers : Louis de Funès. Mais alors que Fantômas triomphe à nouveau, jusqu’en URSS, où plus de 50 millions de Soviétiques vont le plébisciter, l’un de ses deux inventeurs, Marcel Allain, alors octogénaire, s’indigne que celui qu’il a conçu comme une terrifiante incarnation du mal soit devenu prétexte à rire, et gagne le procès qu’il intente à la Gaumont, dommages et intérêts à l’appui…

« L’inconscient de la modernité »

Que cachent les innombrables masques de Fantômas ? Trois admirateurs éclairés (le critique de cinéma Jean-Marc Lalanne, l’historien Loïc Artiaga et le professeur de littérature Matthieu Letourneux, auxquels se joignent dans le dernier tiers du film le journaliste russe Andreï Shary), mais aussi la rieuse Mylène Demongeot, ou encore, en archives, le très vivant fantôme de Marcel Allain nous font voyager plus d’un siècle durant sur les traces de ses multiples avatars. Symbolisant « l’inconscient de la modernité », et ayant comme tel inspiré, entre autres, Guillaume Apollinaire et les surréalistes, Fantômas est devenu la matrice de tous les méchants de fiction, dont il reste à jamais le premier. Miroir changeant des peurs de la société, il n’a cessé de se réinventer, de la figure de l’occulte empereur du crime régnant sur le monde, à celle, contemporaine, du terroriste.

Source : Documentaire d’Arte

Fantômas. À l’ombre de la guillotine (1913) de Louis Feuillade
Fantômas est un film de Louis Feuillade, sorti en 1913. C’est le premier d’une série de 5 films.
Suivront : Juve contre Fantômas, Le Mort qui tue en 1913, Fantômas contre Fantômas et Le Faux Magistrat en 1914. Un voleur s’est introduit dans l’hôtel de la princesse Danidoff à Paris. De plus, il marque son passage d’une carte de visite signée Fantômas. L’inspecteur Juve enquête.

Juve contre Fantômas (1913) de Louis Feuillade
L’inspecteur Juve, aidé du jeune journaliste Fandor, continue la lutte contre Fantômas qui se fait tour à tour passer pour Gurn, le docteur Chaleck, l’homme noir. Mais Fantômas est accompagné d’une nouvelle comparse, Joséphine dite Joséphine la pierreuse. Le combat continue du simplon-Express aux entrepôts de Bercy.

Le mort qui tue (1913) de Louis Feuillade
Les aventures de Fantômas qui va s’amuser à berner l’inspecteur Juve, cette fois grâce aux empreintes d’un homme qu’il a assassiné, lui arrachant la peau des mains et les recouvrant comme des gants lors de ses méfaits.

Fantômas contre Fantômas (1914) de Louis Feuillade
S’indignant que Fantômas ne soit toujours pas derrière les barreaux la presse lance une campagne pour accuser le commissaire Juve d’être lui-même le criminel. Devant la pression médiatique Juve est arrêté mais Fantômas est trop heureux de pouvoir alimenter la rumeur en faisant évader Juve pour le séquestrer… Pendant que Fandor mène sa propre enquête Tom Bob, détective américain, vient aider (et ridiculiser) la police française en plein désarroi.

Le Faux Magistrat (1914) de Louis Feuillade
À St Calais, les diamants de la Marquise de Tergall ont été cambriolés par Paulet et Ribonard, deux apaches de la bande à Fantômas. Fantômas s’étant évadé de prison, il a assassiné le juge Pradier et usurpe son identité au tribunal de St Calais. Dernier film de la série des Fantomas.

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter