Le magazine des idées
Ezra Pound face aux marchands du temple : les explications d’Adriano Scianca

Ezra Pound face aux marchands du temple : les explications d’Adriano Scianca

Le grand poète Ezra Pound est plus lu en Italie qu’en France. Le livre qu’Adriano Scianca lui consacre, « Ezra Pound et le sacré, “Le temple n’est pas à vendre” », dans la collection « Longue mémoire de l’Institut Iliade », à La Nouvelle Librairie, est l’occasion de le (re)découvrir. Installé dans la Péninsule en 1924, il y est mort en 1972. Le monde se divisait pour lui en deux parts que tout oppose : la fertilité de Déméter et la stérilité de Pluton, dans laquelle il rangeait l’usure qui transforme l’or de toute vie en vil plomb. En supplément de cette édition : deux magnifiques « Cantos », jusqu’ici inédits en français, admirablement traduits par Gérard Boulanger.

ÉLÉMENTS : Comment expliquer la prise de conscience identitaire latine chez Ezra Pound dont l’origine et les repères culturels sont d’abord anglo-saxons ?

ADRIANO SCIANCA. En effet, il n’est pas rare que des personnalités issues d’autres contextes culturels retrouvent une partie d’eux-mêmes dans le monde méditerranéen. Il suffit de penser à Nietzsche et à sa relation avec l’Italie. Il s’agit évidemment de personnalités qui remettent en question quelque chose dans leur monde culturel d’origine et qui, confrontées au climat (géographique, anthropologique, spirituel) méditerranéen, redécouvrent la possibilité d’être elles-mêmes d’une manière différente. Dans le cas de Pound, ce qui lui était insupportable aux États-Unis, c’était la mentalité puritaine, ainsi que l’absence d’un héritage culturel profond. Lorsqu’il débarque en Europe, il trouve une société d’une grande vitalité culturelle, ainsi qu’un réservoir presque infini de culture stratifiée sur des millénaires, devant lesquels il manifeste un étonnement typiquement américain. Le contact avec l’Italie le marquera donc à jamais. Il faut noter qu’il ne fréquente guère les grandes villes (à l’exception de Venise), mais préfère les petites villes de l’Italie rurale. Il y découvre l’existence d’un catholicisme fortement innervé d’éléments païens, avec des rites très pittoresques et une mentalité étrangère à tout sectarisme. Lorsque, pour provoquer une religieuse qui lui demandait de quelle religion il était, il répondit qu’il croyait en Zeus et aux anciens dieux païens, il l’entendit répondre avec désinvolture : « Tout cela n’est qu’une religion. » Ces mots prononcés par une religieuse chrétienne l’ont choqué : aux États-Unis, personne ne les aurait jamais prononcés. Mais, comme je l’ai dit, ce n’est pas pour cette raison que Pound devient italien ou renie ses origines. Au contraire, il relie – dans une vision singulière et éclectique – l’action des réformateurs et des mécènes de la Renaissance ou celle de Benito Mussolini à la vision du monde frugale, spartiate, honnête et paysanne de Thomas Jefferson. Jusqu’à la fin, Pound se considérera comme un patriote américain, fidèle aux valeurs originelles de sa nation, trahie selon lui par une oligarchie rapace.

ÉLÉMENTS : Peut-on considérer la doctrine religieuse poundienne comme un panthéisme ? Comment comprendre la notion de sacré chez lui ?

ADRIANO SCIANCA. Il y a certainement des éléments panthéistes dans la conception du sacré de Pound. Le poète pense qu’il existe une partie de l’univers – son « essence la plus profonde » – qui n’est pas produite par l’homme, qui est autre qu’humaine. Cette essence, Pound l’appelle Dieu. Le divin se confond donc avec le monde, ou du moins avec son « essence la plus profonde ». La conception du sacré de Pound est très influencée par le thème néo-platonicien de la lumière. Omnia quae sunt, lumina sunt, répète Pound en citant Scot Érigène. Mais il y a aussi une force dans le monde qui cherche à obscurcir cette lumière : c’est la force de l’usure, que Pound comprend dans un sens métaphysique. L’usure est tout ce qui apporte la stérilité, la laideur, la lâcheté, l’oppression. Le sacré est ce qui échappe à l’usure, ce qui est inaccessible à l’achat et à la vente.

ÉLÉMENTS : Quant à sa « métaphysique du sexe » (p. 37) en lutte contre les puritains, peut-on y voir une tentative de renouer avec la sexualité épicurienne de la Rome antique ?

ADRIANO SCIANCA. Il y a certainement une racine païenne dans la vision poundienne de la sexualité, mais je ne la qualifierais pas d’épicurienne. L’épicurisme renvoie à une romanité déjà décadente (ainsi qu’à une imagerie négative propagée par les polémistes chrétiens et reprise plus tard par Hollywood). Pound a à l’esprit les rites de fertilité et une vision de la sexualité entièrement « innocente », libérée de l’idée de péché. « Le corps se trouve dans l’âme », écrit-il dans le Canto 99, renversant la dichotomie chrétienne classique et réhabilitant une dimension corporelle enfin libérée du péché. Dans le Canto 113, il qualifie d’ailleurs le péché d’« un stratagème pour consolider la domination ». Il détestait par-dessus tout la mentalité puritaine, les magazines à potins, les ragots, dont il avait également été victime dans sa jeunesse. Il identifie dans le puritain un homme malhonnête et complexé : « Le puritain est un pervers, tout son sens de la corruption mentale s’étend sur un seul sillon, celui du sexe. » Il pensait qu’il existait un lien entre l’orgasme et l’illumination artistique et spirituelle. Il détestait Freud, qualifiant ses théories de « poison ». Une fois de plus, il fait intervenir l’économie dans l’équation : pour Pound, l’usure est ce qui tue la fertilité, ce qui « tue l’enfant dans le ventre » de la femme. À plusieurs reprises, il compare l’usure à la prostitution : « Ils ont amené des putes à Éleusis… »

ÉLÉMENTS : Dans quelle mesure le plaidoyer de Pound pour les civilisations contre l’usure peut nous aider à comprendre la mondialisation financière en cours ?

ADRIANO SCIANCA. Bien sûr, il faut garder à l’esprit que Pound n’était pas un théoricien organique et cohérent de l’économie. Sur ce sujet, comme sur tout le reste, il faut, avec Pound, procéder par éclairages. Le premier aspect crucial est la critique de la création monétaire ex nihilo, de manière incontrôlée. Pour Pound, c’est le péché originel du système financier. Mais c’est aussi ce qui a créé toutes les « bulles » économiques qui ont éclaté ces dernières années avec des résultats ruineux. Le deuxième aspect intéressant et très actuel est la critique du lien incestueux entre les médias et le grand capital. Pound avait compris que l’utilisation des médias à des fins de propagande faite par les grands régimes totalitaires était une forme de conditionnement beaucoup moins raffinée que celle à l’œuvre dans les sociétés libérales, où il n’est pas nécessaire d’abolir la liberté d’expression, il suffit d’éliminer les occasions pour les voix dissonantes d’avoir accès aux microphones. Le troisième aspect sur lequel il convient de réfléchir est le lien entre le capitalisme et l’anxiété. Il s’agit là d’une analyse vraiment profonde et prémonitoire. Pound a compris que la « faim », la pauvreté totale et absolue, était une exception que le capitalisme pouvait très bien surmonter. La véritable tragédie est de jeter des pans entiers de la population dans l’angoisse, dans l’insécurité, dans l’incapacité de se projeter dans l’avenir, même dans un contexte où les gens travaillent et parviennent plus ou moins à se nourrir. Cette analyse me semble particulièrement opportune à l’ère de ce que les Américains appellent les bullshit jobs, de la précarité, de la fin de l’État social. Cette angoisse, pour Pound, est socialement dévastatrice, et il l’explique bien dans son célèbre poème sur l’usure, où il peint un scénario où, à cause du système économique, personne n’a « un foyer solide », où l’enfant « étouffe dans le ventre », où la nourriture n’est plus saine mais devient un déchet, où l’art ne dispense plus de beauté. C’est le portrait d’une société dépressive, terne, stérile, qui n’est plus capable d’imaginer un avenir, qui n’a plus d’espoir, où les plus jeunes sont abandonnés à la malbouffe, aux emplois mal payés, aux maisons petites et insalubres, et n’ont pas la possibilité matérielle de fonder une famille.

ÉLÉMENTS : N’y-a-t-il pas dans l’ethos d’un Donald Trump exaltant la verticalité de l’État et s’éloignant de la tradition libérale-démocrate anglo-saxonne et un certain puritanisme une synthèse poundienne entre Europe et États-Unis ?

ADRIANO SCIANCA. Je ne suis pas sûr que Trump exprime un sens de la « verticalité de l’État ». Il est certes issu de la souche germanique qui constitue l’ossature anthropologique même de la réussite historique des États-Unis, et il est d’ailleurs culturellement plus lié à ce monde qu’à la fameuse « Amérique profonde », pauvre et paysanne, qu’il courtise et imite sans y croire vraiment. Il a donc une faible racine européenne. La vénalité, la vulgarité, la superficialité du personnage n’auraient cependant guère plu à Pound. Il se peut cependant qu’il ait apprécié son éloignement des cercles les plus belliqueux et des milieux médiatiques. Pound aurait donc pu exprimer une appréciation « tactique » de Trump, certainement pas une véritable sympathie culturelle, politique ou spirituelle.

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Actuellement en kiosque – N°207 avril-mai

Revue Éléments

Découvrez nos formules d’abonnement

• 2 ans • 12 N° • 79€
• 1 an • 6 N° • 42€
• Durée libre • 6,90€ /2 mois
• Soutien • 12 N° •150€

Dernières parutions - Nouvelle école et Krisis

Prochains événements

Pas de nouveaux événements
Newsletter Éléments