Edwy Plenel

Edwy Plenel le retour, au fou !

En guise de vœux pour la nouvelle année, il vient de nous livrer sur Médiapart un éditorial voisin de la démence sur le péril fasciste, identitaire, zemmourien, alaindebenoistien, qui menacerait la patrie de Marat, de Robespierre et de Christiane Taubira.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le fondateur de mediapart ne se maitrise plus. Il n’y a pas de doute après la lecture de sa note sur « l’idéologie meurtrière de Zemmour ». Edwy Plenel en appelle à la criminalisation de trois grands écrivains français Renaud Camus, Éric Zemmour et Michel Houellbecq et manipule un entretien d’Alain de Benoist sur bvoltaire.fr. François Bousquet, co-auteur de Mémoire Vive (Fallois), lui répond.

Il y a des gens qui se cachent derrière les autres, ce sont les conformistes. Il y a ceux qui se cachent sous les jupes des dames – les timorés et les vicieux. D’autres qui s’abritent derrière des verres fumés. Edwy Plenel, lui, se dissimule derrière des moustaches épaisses, brossées, cirées, lustrées, vaguement inquiétantes. Que cache-t-elle, à la fin, cette paire de moustaches ? De quoi est-elle le nom ? D’un sourire faux de juge d’instruction ? De manières patelines de procureur ? D’un art mielleux de l’inquisition et de la condamnation à mort ? A dire vrai, on n’en doute pas. Le gauchisme a beau être une maladie sénile à l’âge qui est désormais celui de Plenel, il croit toujours à ses haines inexpiables, à son ressentiment névrotique, à sa folie purificatrice. Il veut toujours plus de victimes à sacrifier sur l’autel d’une révolution qui lui échappe.

Un éditorial voisin de la démence

En guise de vœux pour la nouvelle année, il vient de nous livrer sur Médiapart 1 un éditorial voisin de la démence sur le péril fasciste, identitaire, zemmourien, alaindebenoistien, qui menacerait la patrie de Marat, de Robespierre et de Christiane Taubira. Qu’un sang impur abreuve son sillon ! Et son bouillon du soir à Charenton ! Parce qu’on se frotte les yeux à la lecture de ce papier-réquisitoire qui évoque les grands délires asilaires des cas de paranoïas étudiés par Freud. Un fou authentique qui, à défaut de soumettre le monde, veut le réduire en cendres.

Vychinski-Plenel brandit des aveux

Il fait parler par ventriloquie Alain de Benoist, « principal théoricien de cette nouvelle droite révolutionnaire, habitée par la hantise du métissage et la phobie du multiculturalisme », qui aurait remplacé « l’éthique en politique par une esthétique de l’élite » et qui envisagerait d’un bon œil la possibilité de la « remigration » 2. Alain de Benoist dit à peu près l’inverse depuis plus de vingt ans. Qu’importe, Vychinski-Plenel brandit ses aveux, tout en dessinant « la carte mentale du nazisme » à grands coups de hache dans le vide. Au fou !

 1 – Extrait du papier d’Edwy Plenel : …En 2010, Alain de Benoist se contentait de saluer « l’anticonformiste Zemmour ». Fin 2014, il le crédite de ne pas parler « au nom de la droite mais du peuple ». Mieux encore, interrogé sur la « remigration », cette expulsion qu’appelle le « grand remplacement », et sur le refus de Marine Le Pen d’employer ce mot, il confie « n’en penser rien, car j’attends qu’on m’explique en quoi cela pourrait consister ». Habile et politique, sa réponse discute la faisabilité, pas l’éventualité : « J’ai lu avec attention toutes les mesures proposées par les tenants de la “remigration”. Ce sont des mesures qui, si elles étaient appliquées, auraient certainement pour effet de diminuer les flux migratoires, de couper certaines pompes aspirantes, de décourager d’éventuels candidats à l’immigration. Ce qui est déjà beaucoup. Je n’en ai pas vu une seule, en revanche, qui soit de nature à faire repartir vers un improbable “chez eux” – avec, on le suppose, leurs parents “de souche” – des millions de Français d’origine étrangère installés ici depuis parfois des générations et qui n’ont nullement l’intention d’en bouger. Cela dit, tout le monde n’est pas forcé d’être exigeant sur le sens des mots. Et il n’est pas interdit non plus de rêver… »
Contre le « tout est possible » totalitaire Le rêve qu’évoque Alain de Benoist est évidemment le cauchemar de tous ceux qui restent attachés aux plus élémentaires valeurs démocratiques. Mais son propos éclaire la sombre dynamique dont il s’accommode volontiers : peu importe le sens des mots, l’essentiel étant qu’ils rendent possible le rêve – notre cauchemar. Car de quoi parle-t-on ici, très paisiblement, comme s’il s’agissait d’un problème physique de flux et d’échangeur sur une autoroute ? Rien moins que de la possibilité pratique d’une émigration forcée de Français et de résidents en France parce qu’ils sont « d’origine étrangère » ! …

2 – Comme l’explique très justement un internaute : « Le rêve évoqué par Benoist est celui qu’il impute aux partisans de la remigration. Dont il juge le programme totalement utopique. Il n’a rien écrit d’autre. Tout le reste est de la pure interprétation plénélienne.« 


Majoration : Réponse plus qu’étrange d’Edwy Plenel à notre article sur le réseau twitter

Capture d’écran 2015-01-05 à 17.11.25

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter de la revue Éléments