Le magazine des idées
Academia Christiana

Darmanin, entre Tartarin et Torquemada

D’un ministre de l’Intérieur, l’autre… Charles Pasqua, en son temps désormais lointain, voulait « terroriser les terroristes », Gérald Darmanin, lui, souhaite « éradiquer les nationalistes ». Curieuse tâche prioritaire à laquelle il s’attelle avec constance et persévérance, pour ne pas dire acharnement. Il vient d’ailleurs de franchir une nouvelle étape dans sa croisade obsessionnelle en annonçant la dissolution prochaine du mouvement de jeunesse catholique Academia Christiana. Une décision aussi inique qu’inquiétante.

Résumons la situation. Au fil des années, la France s’enfonce toujours plus dans la barbarie, l’ensauvagement et le chaos. Pas une journée, ou presque, sans son attaque au couteau, son lynchage collectif, son émeute, son règlement de comptes sanglant. Des nonagénaires se font violer sur leur lit d’hôpital, des jeunes adolescentes découpées en morceaux ou torturées à l’aide de manches à balais, et des gamins de 16 ans sont saignés à mort à la sortie des bals de village. Sans oublier le lot d’insultes, de crachats, de menaces et de petites humiliations qui compose désormais le sombre quotidien des Français qui n’ont pas les moyens des éditorialistes de gauche pour vivre dans un monde parallèle, aseptisé et sécurisé à coups de pognon.

Academia Christiana, un mouvement de jeunesse catholique

Face à ce terrifiant constat, Gérald Darmanin, qui est un dur à cuire qu’on se le dise !, a décidé de prendre des mesures fortes et radicales : il va demander en conseil des ministres la dissolution d’Academia Christiana.

Mais qu’est-ce donc que cette organisation qui trouble l’ordre public, attente à la sécurité générale et menace la République ?

C’est un mouvement de jeunesse catholique fondé en 2013 et qui, depuis lors, organise, sans incidents, violences ni condamnations quelconques, des colloques, des séminaires de formation et de grandes universités d’été pour offrir un bagage spirituel, culturel et politique à des jeunes gens soucieux de s’engager pour la Cité et le Bien Commun. Durant ces activités, on parle d’écologie, de la Technique, d’alternative au capitalisme, de corporatisme, de don, de défense de l’identité et des traditions, de famille et de communauté. On y pratique les danses traditionnelles, l’apprentissage des premiers secours et le sport, la boxe comme le volley-ball. On y prie aussi, on y festoie également et on y rit beaucoup, plusieurs membres de la rédaction d’Éléments, invités à intervenir durant ces événements, peuvent en témoigner. Certes, on y est aussi attaché à la messe traditionnelle et opposé au wokisme et à l’immigration de masse, mais ce ne sont pas des crimes. Du moins ça ne l’était pas jusqu’à présent.

Au regard de cette rapide description, on comprend mieux toute l’urgence de mettre au pas cette affreuse bande de nervis factieux qui mine le joyeux et paisible « vivre ensemble » et nourrit l’insécurité dans le pays. D’ailleurs qui ne s’est jamais dit, en rentrant tardivement le soir par des rues mal éclairées : « Pourvu que je ne croise pas la route de militants d’Academia Christiana ! » ?

Cette situation ubuesque serait en effet risible si elle n’était pas par ailleurs révélatrice d’une très inquiétante dérive liberticide d’un pouvoir cherchant clairement à interdire toute opposition échappant à sa zone de contrôle et à la doxa de plus en plus totalitaire qu’il cherche à imposer. Faisant suite à de nombreuses autres mesures coercitives visant les milieux patriotes et identitaires (interdictions de manifestation, de réunion, lourdes condamnations pour des faits ridiculement mineurs tels des collages d’affiches non autorisés…), l’annonce de cette dissolution d’Academia Christiana marque une accélération dans le processus de répression, qui semble désormais sans limite tant on peine à discerner le moindre début de justification à celle-ci.

Mobilisation générale pour la défense des libertés fondamentales

Que nous dit le ministère de l’Intérieur ? Qu’Academia Christiana serait « connu pour ses appels à la haine et à la discrimination » ? Très vague et grotesque accusation pour quiconque s’est plongé dans les productions écrites du mouvement ou a fréquenté un tant soit peu ses militants et ses cadres. On attend bien sûr de voir quels arguments biaisés, quels amalgames spécieux et quels mensonges vont être utilisés pour monter le dossier le charge… On connaît les méthodes et l’efficacité des services du ministère dans ce domaine.

Quoi qu’il en soit, cette nouvelle dissolution annoncée (qui pourrait être suivie par d’autres, le mini-Attila de la place Beauvau ne comptant certainement pas s’arrêter en si bon chemin…) pose une question fondamentale : la liberté politique existe-t-elle encore en France ou doit-on acter que nous vivons désormais sous un régime totalitaire ? Peut-on encore légalement s’engager, à visage découvert, pour la défense d’une France catholique et enracinée ? A-t-on encore le droit de vouloir s’opposer à l’immigration et d’en dénoncer les conséquences néfastes ?

Si cette dissolution inique est validée par la justice, la réponse sera claire et irréfutable.

C’est pourquoi il est de l’impérieux devoir de toutes les personnes encore attachées à la liberté de pensée et d’expression, au-delà des étiquettes, des choix partisans et des affinités, de s’opposer à cette mesure aussi injuste qu’arbitraire, non pas pour défendre les positions ou le programme d’Academia Christiana, que l’on a tout à fait en droit de ne pas partager ou même de combattre (par les idées), mais pour défendre ce qui reste de nos libertés fondamentales.

Les patriotes français sont censés être représentés par le second groupe le plus important de l’Assemblée nationale. Il est donc grand temps que celui-ci fasse preuve d’un peu de courage politique et monte au créneau pour faire barrage à cette décision inepte et à cette politique de l’interdiction et de la persécution qui demain pourra frapper n’importe qui.

Si le mouvement Acadamia Christiana est réellement dissout, il ne restera plus beaucoup de clous à planter dans le couvercle du cercueil de ce que l’on appelait jadis la démocratie.

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Actuellement en kiosque – N°206 février-mars

Revue Éléments

Découvrez nos formules d’abonnement

• 2 ans • 12 N° • 79€
• 1 an • 6 N° • 42€
• Durée libre • 6,90€ /2 mois
• Soutien • 12 N° •150€

Prochains événements

Pas de nouveaux événements
Newsletter Éléments