Dans le sillage d’Ulysse avec Sylvain Tesson

À bord d’un majestueux voilier, l’écrivain voyageur Sylvain Tesson part en Méditerranée sur les traces d’Ulysse, héros de l’"Odyssée" d’Homère.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Première étape : le jour où, par orgueil et démesure, Ulysse et ses troupes pillent et massacrent les Cicones. Puis il vogue en direction de Mykonos, temple des paradis artificiels.

Dans les vestiges d’Hissarlik, en Turquie, où se dressa peut-être jadis l’antique cité de Troie, Sylvain Tesson cherche les traces de la longue guerre que le héros de l’Odyssée laisse derrière lui pour regagner Ithaque. Perché au sommet du mât principal de son voilier, l’auteur d’Un été avec Homère rappelle la première étape du périple d’Ulysse : le jour où, par orgueil et démesure, le héros et ses troupes pillent et massacrent les Cicones. Puis il vogue en direction de Mykonos, temple des paradis artificiels. L’île évoque celle du peuple mythologique des Lotophages, où les marins grecs goûtent aux délices d’une plante anesthésiante, « prémices à nos formes d’oubli contemporaines ». Le rêve homérique de Sylvain Tesson se poursuit sur le Vésuve, dans la baie de Naples, hypothétique terre des Cyclopes. Au bord du cratère, symbole de l’œil unique de Polyphème, l’écrivain raconte comment le supplice du monstre réveille la colère de son père Poséidon, le dieu des mers.

Quête géopoétique
Sylvain Tesson s’empare de l’ »Odyssée » d’Homère pour retracer les dix ans d’errance du vainqueur de la guerre de Troie. S’inspirant des reconstitutions cartographiques de l’helléniste Victor Bérard (1864-1931), cette quête géopoétique l’entraîne sur les lieux jalons du poème qu’il arpente en compagnie d’habitants et de spécialistes (philosophes, vulcanologues, archéologues…). À la lumière des enseignements tirés du récit homérique, écrit au VIIIe siècle avant J-C, ce fascinant carnet de voyage livre aussi une puissante réflexion sur l’homme et la société contemporaine.

Dans le sillage d’Ulysse avec Sylvain Tesson (1/5) L’aventure commence

Dans le sillage d’Ulysse avec Sylvain Tesson (2/5) Dans le souffle du volcan

Sylvain Tesson débarque sur l’île de Stromboli, dans l’archipel italien des Éoliennes, qui aurait pu inspirer à Homère l’épisode où Ulysse jouit de l’hospitalité d’Éole, le maître des vents.

Aux côtés du vulcanologue Mario Pruiti, l’écrivain foule les flancs de la demeure divine : le volcan qui donne son nom à l’île. Sur la plage de sable noir, le lendemain, le rêve homérique semble prendre vie. Sylvain Tesson y rencontre Gaetano, un vieux marin farouche. Visage buriné, longue barbe blanche, celui-ci paraît tout droit sorti du récit odysséen. Sur l’île sarde de Tavolara, microroyaume autoproclamé depuis le milieu du XIXe siècle, l’écrivain doit défier la forteresse des géants Lestrygons, terribles anthropophages qui n’ont fait qu’une bouchée de la flotte du héros grec. Il rencontre ensuite le roi local : Tonino Bertoleoni, souverain de la seule famille de l’îlot.

Dans le sillage d’Ulysse avec Sylvain Tesson (3/5)
Les chants de l’errance

Guidé par les dauphins d’Apollon, le bateau de Sylvain Tesson atteint la côte tyrrhénienne italienne et l’imposant mont Circé, baptisé d’après Homère.

C’est là que la magicienne du même nom, fille de Zeus et de Perséis, aurait exercé ses sortilèges. Grâce à l’élixir d’Hermès, Ulysse évite le sort de ses compagnons, transformés en cochons par un philtre trompeur. Auprès de l’auteure et botaniste Stéphanie Baudet, l’écrivain évoque l’âme de la première « sorcière » de l’humanité. À Naples, il découvre le cimetière des Fontanelles, symbole de la porte des Enfers. Dans le golfe napolitain, l’île d’Ischia détient un trésor archéologique : la « coupe de Nestor », autre héros homérique, mentionnée dans l »’Iliade » et exhumée en 1954 d’un tombeau du VIIIe siècle. Le voilier reprend la mer en direction des îles Galli. Ici, d’envoûtants oiseaux qu’Homère nomme « sirènes » piègent les navires qui s’approchent trop près des côtes. 

Dans le sillage d’Ulysse avec Sylvain Tesson (4/5)
La colère d’Hélios

Quatrième épisode : après avoir échappé aux sirènes, Ulysse doit franchir le détroit de Messine gardé par les deux fléaux qui guettent les marins, le gouffre Charybde et le monstre Scylla. Dans le port de Scilla, Sylvain Tesson part à la rencontre des pêcheurs d’espadon.

Ici, les poissons sont divins puisqu’ils seraient la réincarnation des Myrmidons, les soldats d’Achille anéantis par la mort de leur chef, qui se seraient jetés dans la mer avec leurs lances.
La traversée se poursuit vers la Sicile, l’île d’Hélios, le dieu du soleil. Après un détour au marché de Catane, Sylvain Tesson rejoint le vulcanologue Marco Tomasello pour s’approcher au plus près de l’Etna, bouillonnant et fumant. Le plus haut volcan d’Europe n’a pas connu une telle éruption depuis quatre ans. Un « cadeau des dieux de l’Olympe », s’émeut l’écrivain. Dans l’épopée, les compagnons d’Ulysse, épuisés et affamés, ne font qu’une bouchée des troupeaux d’Hélios, qui obtient de Zeus leur terrible punition.

Dans le sillage d’Ulysse avec Sylvain Tesson (5/5) L’éternel retour

Dernier épisode : en compagnie de la linguiste Andrea Marcolongo, Sylvain Tesson évoque la destinée des amantes d’Ulysse : Calypso et Nausicaa.

Les marins d’Ulysse sont anéantis par la colère de Zeus. Le héros grec dérive seul vers une île habitée par la nymphe Calypso. En compagnie de la linguiste Andrea Marcolongo, Sylvain Tesson évoque la destinée des amantes d’Ulysse : néréide possessive, Calypso le retient auprès d’elle pendant sept ans, alors que Nausicaa, princesse phéacienne, lui laisse la liberté malgré l’amour qu’elle lui porte. Pendant l’Antiquité, les côtes albanaises abritent le peuple des Illyriens, culturellement proche de celui des Phéaciens. Sylvain Tesson rend visite aux habitants de Pilur, un village encore empreint des traditions illyriennes. Le voyage s’achève à Ithaque, la patrie dont le héros a si longtemps rêvé. En 1933, une archéologue irlandaise y a exhumé de la grotte de Loizos les fragments de douze trépieds d’or. Serait-ce le trésor chanté dans le poème homérique, que le père de Nausicaa offrit à Ulysse ? Sylvain Tesson en rencontre la gardienne, puis découvre les ruines du « château d’Ulysse », lieu mythique du sanglant dénouement de l’ »Odyssée ».

Source Arte

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter