Couverture pastiche de L'observateur

Coluche fasciste, Desproges antisémite et Dieudonné…

Dans L'histoire secrète du SOS Racisme, Serge Malik rappelle que l'insoupçonnable Pierre Desproges a refusé de prendre sa carte à SOS Racisme parce qu'il n'y avait que des juifs et des socialistes !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pas de doute : un bon humoriste est un humoriste mort. Depuis le déclenchement de la quinzaine de haine anti-Dieudonné, que n’a-t-on entendu sur ce « comique qui ne fait plus rire» au contraire de Desproges et Coluche, qui étaient eux des vrais humoristes avec un grand H. « Dieudonné, c’est l’inverse de Coluche et de Desproges», nous a appris Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture, emboîtant le pas à toute la classe politique et médiatique française. « Coluche, Pierre Desproges étaient fins, au-dessus de tout soupçon, et appartenaient à la grande tradition de la farce». Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls est allé jusqu’à célébrer « le génie de l’humour d’un Desproges» contre « les petits entrepreneurs de la haine» comme Dieudonné.
    C’est oublier un peu vite qu’à l’époque, le quotidien Le Matin de Paris (24 novembre 1980), organe officieux du parti socialiste avait comparé les amateurs de Coluche, ce « clown aux discours ambigus» aux ligueurs fascistes (22 novembre), et Coluche lui-même à Hitler (24 novembre) ! Dans Le Nouvel Observateur, Guy Sitbon estimait que Coluche était un « chansonnier obscène» et même un « chansonnier anarcho-poujadiste» (24 novembre 1980). Avec un art consommé de l’insinuation, Le Monde s’offusquait que le comique utilise « un certain langage de droite ou plutôt d’un langage de droite certain qui n’a rien de particulièrement original. » À droite justement, Le Figaro voyait en Coluche le « fossoyeur du music-hall » et un « manipulateur d’excréments.» À sa mort, L’Humanité n’a pas caché pas le dégoût que lui inspirait l’humoriste avec « ses éructations de beauf, bref ses facéties que lui-même, au fond, ne trouvait peut-être pas si drôles. » Paresseux par nature, les journalistes ont simplement remplacé Coluche par Dieudonné !
    Intronisé Saint comique laïque autorisé et approuvé par le ministère de l’Intérieur, Pierre Desproges n’a lui pas toujours fait rire au parti socialiste. Dans L’histoire secrète du SOS Racisme, Serge Malik rappelle que l’insoupçonnable Pierre Desproges a refusé de prendre sa carte à SOS Racisme parce qu’il n’y avait que des juifs et des socialistes ! Le chapitre s’intitule : «Du showbiz à l’UEJF en passant par Libé». Et Serge Malik de conclure : «Nous eûmes alors, Hervé et moi, une longue discussion sur l’antisémitisme de Desproges. Je prêtais volontiers ce préjugé à l’humoriste disparu. Hervé tentait de me faire comprendre que ce n’était pas aussi simple. Nous étions en train de nous fâcher, lorsqu’Hervé se saisit à nouveau du téléphone, interrompant le round. Et voilà qu’il remettait ça sur le même sujet, avec Bedos cette fois. Ce dernier lui expliquera qu’être « antisémite, pour Desproges n’était sans doute pas très différent d’être “antitélé”, “ antichar”, “anticancer”, “antinucléaire”, “antijarretelles”, “antivieux”. »
    Alain Jakubowicz, le président de la LICRA a été plus conséquent que le ministre de l’Intérieur en estimant qu’aujourd’hui, il demanderait l’interdiction du fameux sketch de Desproges sur les Juifs.
Pas de doute, un bon humoriste est un humoriste mort…

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter de la revue Éléments