Le magazine des idées
Civiliser

Civiliser

Le narratif médiatique et la sociologie fabriquent des victimes – et un coupable : la France, l’État français, le racisme systémique. On connaît la rengaine. C’est au contraire la crise de l’État, la crise des institutions, la vacance de l’autorité qui créent les conditions d’une insurrection. C’est au contraire l’État qui est à reconstruire, et la France avec lui, sous réserve que cette dernière ne soit pas submergée par l’immigration.

Jean-Louis, la soixante et quelque peu dégarni, calfeutré dans la pénombre de son studio, fixait fébrilement son téléphone portable. Soudain, l’heure tant attendue s’afficha. C’était son moment. Il se saisit de son cabas à roulette, inspira un grand coup et ouvrit la porte de son appartement. Se remémorant les exercices appris lors de son service militaire, il descendit tel un félin les escaliers et arriva dans le hall. Jonché de détritus, tagué, occupé par un canapé éventré et exhalant une âcre odeur d’urine, celui-ci était comme il l’espérait : vide. À cette heure, il ne risquait rien, « ils » dormaient. 

Marchant sur le trottoir, tout en restant le plus possible collé aux immeubles afin de passer inaperçu, Jean-Louis ne pouvait que déplorer les dégâts causés par les émeutes depuis déjà plusieurs jours dans sa ville de banlieue. Carcasses de bus et voitures brûlées, mobilier urbain saccagé, bris de verre et déchets omniprésents étaient désormais son quotidien. Reclus depuis longtemps chez lui, il ne s’était résolu qu’à sortir pour remplir son frigo vide.

Arrivé devant son supermarché habituel, il le trouva grand ouvert, vitres défoncées suite à un énième pillage. Après avoir regardé hâtivement autour de lui, il s’engouffra par la brèche. À l’intérieur, il entendit des cris et des rires. Des « jeunes » s’amusaient à renverser les étalages et à vandaliser les marchandises, tout en se filmant et en multipliant les mises en scène les plus bestiales. Rampant vers le rayon bière, demeuré intact, il se servit avant de rentrer chez lui. À défaut de se nourrir, il pourrait boire pour oublier.

La victimisation

À ses dépens Jean-Louis était devenu l’acteur d’un film qui ressemblait beaucoup à la dernière série dystopique qu’il regardait sur Netflix. 

Un jeune Français est mort il y a quelques jours, tué accidentellement par un policier à l’occasion d’un contrôle. Personne ou presque ne le connaissait, lui et son histoire, ses déboires avec les autorités. Tous pourtant ont prétendu parler en son nom et en celui des « jeunes de banlieues », tous, des médias à la classe politique, ont voulu donner un sens à ce drame.

La machine infernale une nouvelle fois a été lancée. Les journalistes ont évoqué le racisme structurel de la police française et ont multiplié les parallèles avec les États-Unis. Les politiques, du Président aux Insoumis, ont immédiatement condamné le policier, sans connaître les faits. Une vidéo d’une dizaine de secondes avait suffi. Ledit jeune a eu le droit à sa minute de silence à l’Assemblée nationale, comme un militaire tué lors d’une OPEX.

Sa mort a entraîné des émeutes qui, par leur ampleur et leur violence, dépassent celles de 2005. Face aux premières destructions de biens et équipements publics : écoles, centres culturels, mairies, bus, tramways, mais aussi aux scènes de pillage, les médias et les politiciens ont tenté d’expliquer ou plutôt de justifier le chaos. La rengaine est connue : « Les gens de ces quartiers sont discriminés et se sont immédiatement identifiés à ce jeune, victime d’une nouvelle bavure policière. Ils ont, par leur violence, voulu répondre à celle qui leur est faite, excessivement, mais de façon compréhensible. »

Quand les émeutiers se filment

Cet argumentaire ne résiste pas à un examen attentif de la situation de ces quartiers, pauvres, mais bénéficiant d’une manne publique bien supérieure à la normale : rénovation urbaine, équipements neufs, moyens scolaires renforcés…

Aussi, en observant les émeutiers, on s’aperçoit qu’ils procèdent d’une façon plutôt joviale à leurs forfaits. Les pillages et les saccages sont mis en scène, filmés et diffusés en direct sur les réseaux sociaux. Chacun semble aspirer à sa petite minute de gloire et prendre plaisir à assumer et propager des actes pénalement répréhensibles. 

Il est difficile de déceler dans ces attitudes, mais aussi dans les cibles (tabacs, équipements publics, magasins high-tech ou de sport) un contenu politique ou la volonté d’honorer la mémoire du jeune disparu, dont on ne parle presque plus. 

Tout ceci a pourtant un sens, ou plutôt, est la marque d’un problème plus profond, dépassant celui des jeunes de banlieue. 

Ce n’est pas la force démesurée et injuste de la police et de l’État qui a entraîné la mort de jeune et le chaos que nous peinons aujourd’hui à endiguer, mais sa faiblesse, ainsi que celle de nos institutions.

Les faits qui ont précédé le drame sont symptomatiques : course poursuite d’une trentaine de minutes, multiples refus d’obtempérer, délits de fuite et mise en danger de la vie d’autrui par le conducteur, finalement arrêté par… la circulation. Le policier n’arrivait manifestement pas à faire entendre raison à un jeune de 17 ans. Pour être pris au sérieux, il en a été réduit à sortir son arme. Le drame s’est produit.

C’est l’État qui est à reconstruire

L’asymétrie entre les deux protagonistes était évidente. D’un côté, un policier, astreint à des règles, soumis à une hiérarchie qui pousse plus que tout à éviter les contacts et qui sait qu’il ne sera pas soutenu en cas d’incident. De l’autre, un délinquant, jeune et sûr de lui, fort d’un sentiment d’impunité1. Lui aussi, sait qu’en cas d’infraction grave, il écopera d’un rappel à l’ordre ou dans le pire des cas d’un sursis. Le policier sait qu’il ne fait guère peur au délinquant et craint que celui-ci ne tente donc quelque chose contre lui. Engrenage fatal. La bonne vieille peur du gendarme, qui n’existe plus chez certains, aurait probablement sauvé le jeune, victime paradoxale du laxisme de la justice. 

Cette police qu’on ne respecte plus n’est qu’un des nombreux avatars de l’affaissement de l’État. On pourrait tout aussi bien parler des professeurs, des pompiers ou des personnels soignants, victimes de ce qu’on appelle pudiquement des « incivilités », mais qui eux ne peuvent répondre avec une arme.

Pour contrer ce délitement et restaurer la paix civile, il ne suffira pas de mobiliser des dizaines de milliers de policiers et de financer une nouvelle fois tout de qui a été brûlé. 

L’État doit reconstruire les institutions qui permettaient à notre société d’avoir une cohésion.

Dans un pays devenu multiethnique et multiculturel, en voie de communautarisation et au sein duquel coexistent des populations aux mœurs différentes, les subventions et le « social » ne seront pas des solutions miracles. La pression assimilatrice des Français de souche ou le renvoi massif des immigrés récents dans leurs pays d’origine sont les seules possibilités pour éviter un séparatisme définitif et l’affrontement avec un deuxième peuple sur notre sol. 

La destruction programmée des institutions

Le processus délétère auquel nous sommes aujourd’hui confrontés n’est toutefois qu’en partie lié aux immigrés et affecte toutes les classes sociales. Les affrontements qu’on observe, notamment dans les « ZAD » où les immigrés sont peu représentés, illustrent un phénomène plus global.

Le rejet de l’autorité de l’État trouve ses origines dans la grande déconstruction consécutive aux événements de mai 1968 et à la prise du pouvoir par des catégories sociales qui n’ont eu de cesse de démolir les assises de l’ordre ancien. 

Le développement depuis les années 80 d’une société fondée sur la seule logique du marché, l’effondrement des structures (chômage de masse, généralisation du divorce, faillite de l’enseignement) et la volonté de faire prévaloir les intérêts de l’individu-roi au détriment du collectif nous ont conduits dans l’impasse où nous sommes aujourd’hui. 

Notre Président se plaît à employer des mots qui ne sont pas les siens et qu’il ne comprend pas. Récemment, il a évoqué le processus de « décivilisation » que connaissait notre pays. Pour lui, la décivilisation se résume aux actes violents d’une poignée de gens qu’il conviendrait de ramener dans le droit chemin.

La décivilisation ne se caractériserait-elle pas plutôt par la destruction des institutions qui fixaient une limite à la toute-puissance des individus et garantissaient à l’État, seule autorité transcendant les intérêts particuliers, le monopole de la violence légitime ?

Que transmet-on aujourd’hui ? 

Ce n’est pas un hasard si les jeunes d’aujourd’hui mettent le feu et pillent sous le regard des anciens. Cette génération n’a rien connu d’autre que la société décivilisée dans laquelle elle vit. 

Pour elle, biberonnée à la consommation de masse, dans un univers où la réussite individuelle, sous l’unique prisme de l’argent, est érigée en idéal, dans des structures familiales déliquescentes, avec des programmes télévisés vulgaires tenant lieu de cours d’éducation civique, tout justifie ces actes. 

Il ne s’agit pas d’exonérer les jeunes de leur responsabilité et de réduire la gravité des pillages. On gagnerait toutefois à se poser la bonne question : que transmet-on aujourd’hui ? 

Notre modèle de société, qui contient en germe la guerre du tous contre tous, fabrique des monstres sans empathie qui se filment en saccageant. 

Une réponse ferme et implacable doit être apportée à ces violences, c’est une première étape. Elle ne servira à rien si on ne déconstruit pas les déconstructeurs et ne rebâtit pas un projet collectif capable de fédérer les forces centrifuges, croissantes, de notre pays. 

Encore faudrait-il pour se faire que nos élites y trouvent leur intérêt et poussent en ce sens. 

Dans les banlieues françaises comme partout en France, la décivilisation est en marche.

1. « Petit ange parti trop tôt » avait un casier judiciaire vierge en dépit d’une quinzaine d’arrestations. Il n’avait jamais été sanctionné. En tolérant toutes ses transgressions, on a nourri chez lui un sentiment de toute-puissance.

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Actuellement en kiosque – N°206 février-mars

Revue Éléments

Découvrez nos formules d’abonnement

• 2 ans • 12 N° • 79€
• 1 an • 6 N° • 42€
• Durée libre • 6,90€ /2 mois
• Soutien • 12 N° •150€

Prochains événements

Pas de nouveaux événements
Newsletter Éléments