Société

Charlie Hebdo contre la GPA: le changement éditorial, est-ce maintenant ?

Dans son numéro 1164, du 8 octobre 2014, l’hebdomadaire Charlie Hebdo affiche en une un dessin de Charb, son directeur de la publication, avec ce commentaire : «La GPA c’est deux parents et une esclave». Est-ce l’amorce d’un changement éditorial, mieux d’une révolution idéologique ? Du calme. Pour une fois que notre collaborateur David L’Epée est d’accord avec Charb, il fallait bien qu’il l’écrive…

Lire la suite »
Sans Papier

L’immigration, armée de réserve du capital

En 1973, peu de temps avant sa mort, le président Pompidou reconnaissait avoir ouvert les vannes de l’immigration à la demande d’un certain nombre de grands patrons, tel Francis Bouygues, désireux de bénéficier d’une main-d’œuvre docile, bon marché, dépourvue de conscience de classe et de toute tradition de luttes sociales, afin d’exercer une pression à la baisse sur les salaires des travailleurs français, de réduire leurs ardeurs revendicatrices, et subsidiairement de briser l’unité du mouvement ouvrier. Ces grands patrons, soulignait-il, en « veulent toujours plus ».

Lire la suite »

L’école de la perversité

« J ‘ai vu Dieu, elle est noire, communiste et lesbienne », proclame Anne-Marie Faurer dans une feuille anarcho-gauchiste, L’antinorm. L’apologie de l’homosexualité et des perversions prend parfois des formes plus nuancées. Ainsi le Centre lycéen d’information sexuelle (C.L.I.S.) juge l’éducation sexuelle « dangereuse, parce que le risque existe pour les jeunes de se voir imposer les normes d’une sexualité pour ainsi dire officielle ». Le C.L.I.S. organise des contre-cours. Dans l’esprit de Wilhelm Reich qui écrivait : « Il faut transformer la rébellion sexuelle de la jeunesse en une lutte révolutionnaire contre l’ordre établi, c’est-à-dire l’ordre capitaliste et bourgeois. Et si nous voulons supprimer la misère sexuelle, il nous faut alors lutter pour le socialisme. Il faut politiser cette question sexuelle. » Déjà en juin 1968, le comité d’action Nous sommes en marche proclamait : « Il n’y a pas de famille. La famille est irréelle et ne subsiste que par la fascination qu’elle exerce sur les esprits aliénés (…). Il n’y a ni père, ni mère. Tout individu étant complet. À la fois homme et femme. »

Pour accéder à cet article, vous devez vous abonner Abonnement – 12 numéros (2 ans), Abonnement – durée libre or Abonnement – 6 numéros (1 an).

Lire la suite »
S’abonner à la newsletter
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}