Rechercher
Filtres
Le magazine des idées

Société

Paris bistrot

Vis ma vie en banlieue (3/3) : la « parisianisation »

À l’heure où de nombreux politiciens et autres observateurs de notre société se plaisent à évoquer le « séparatisme », terme plus convenable que ghettoïsation, partition ou encore communautarisme, interrogeons-nous sur le devenir d’un territoire au centre de ces problématiques : la banlieue, ou plutôt les banlieues. Dernier épisode : la « parisianisation »

Lire la suite »
Sarcelle Lochères année 60 carte postale

Vis ma vie en banlieue (2/3) : la tribalisation

À l’heure où de nombreux politiciens et autres observateurs de notre société se plaisent à évoquer le « séparatisme », terme plus convenable que ghettoïsation, partition ou encore communautarisme, interrogeons-nous sur le devenir d’un territoire au centre de ces problématiques : la banlieue, ou plutôt les banlieues. Deuxième épisode : les quartiers de l’immigration.

Lire la suite »

Menstruations partout, liberté nulle part

« Il y a des victoires qui exaltent, d’autres qui abâtardissent », disait Antoine de Saint-Exupéry. Nul doute que celle sur la « précarité menstruelle » fait partie de la deuxième catégorie. Bien sûr, la précarité étudiante, aggravée par la crise sanitaire, est réelle. Pourquoi pas, dans ces conditions, la gratuité des protections hygiéniques ? Jusque-là rien d’anormal. Sauf… sauf que des associations et des syndicats se sont indignés de ce que cette gratuité puisse être réservée aux femmes. Les hommes, eux aussi, ont leurs règles !

Lire la suite »

Vis ma vie en banlieue (1/3) : la gentrification

À l’heure où de nombreux politiciens et autres observateurs de notre société se plaisent à évoquer le « séparatisme », terme plus convenable que ghettoïsation, partition ou encore communautarisme, interrogeons-nous sur le devenir d’un territoire au centre de ces problématiques : la banlieue, ou plutôt les banlieues.

Lire la suite »

Les animaux préférés de la rédaction (1)

La biophilie revendiquée depuis près de cinquante ans par Éléments n’est plus à prouver. En témoignage, son dernier numéro, en kiosque, avec en couverture cette question : « L’animal est-il une personne ? » Mais après la théorie, la pratique… Nous avons demandé aux collaborateurs d’Éléments quelques lignes sur leur animal préféré et les raisons de leur compagnonnage.

Lire la suite »

Puisque l’islam nous dépasse, feignons de l’organiser

La République aime organiser les religions, mais avec l’islam, elle se heurte à un bloc qui lui résiste. Ce n’est pas la loi sur le « séparatisme », joliment rebaptisée loi « confortant le respect des principes de la République », en cours d’examen à la Chambre, qui l’infirmera ; pas plus que la charte des principes pour l’islam de France voulue par Macron. Alors, l’islam est-il soluble dans la République ? Nicolas Lévine, qui vient de signer L’incident, l’enquête d’un insider sur le coronavirus, en doute.

Lire la suite »

La grande malbouffe

Que mangeons-nous réellement en avalant un cordon bleu industriel ? Ce documentaire met la main à la pâte pour déconstruire les pratiques souvent douteuses de l’industrie agroalimentaire.

Lire la suite »

Réseaux sociaux, démocratie et liberté de penser

Traduction de nos amis de l’OJIM d’un entretien du Professeur Marco Tarchi, paru dans le quotidien italien « Il Giornale » du 16 janvier 2021. Marco Tarchi y souligne le rôle négatif des nouveaux oligopoles de l’information, les GAFAM.

Lire la suite »

Quel bonheur pour nous après le Covid-19 ?

Nous avons un instinct du bonheur. Selon Aristote, le bonheur est le but de la vue humaine. « Tous les hommes cherchent d’être heureux », disait de son côté Pascal (même ceux qui vont se pendre, ajoutait-il). Pour

Lire la suite »

Une énième « affaire Dreyfus » version dreadlocks et matraques

Nous le savons bien, les Français sont querelleurs. Et en cette période de basses eaux, ils se montrent assez peu regardants sur les causes et sujets de ces farouches empoignades, en général essentiellement virtuelles. Dernier drame national en date : l’organisation près de Rennes d’une « rave party » sauvage réunissant plus de 1 500 personnes en plein « état d’urgence sanitaire ». Face à cet événement majeur, chacun était donc pressé de prendre position. Entre teufeurs défoncés à l’ecstasy et pandores dépassés et incapables, choisis ton camp camarade !

Lire la suite »
S’abonner à la newsletter