Politique

Ce qui a explosé à Beyrouth, c’est la mondialisation. Lisez Éléments, Guillaume Travers vous explique pourquoi

La catastrophe qui a frappé Beyrouth est inscrite dans la trame même de la mondialisation. Pourquoi ? L’économiste Guillaume Travers nous l’explique dans la dernière livraison d’Éléments au terme d’une enquête-fleuve et magistrale sur ceux qu’il appelle les « sans-papiers milliardaires de la mondialisation », à savoir les porte-conteneurs (près de 95 % des échanges marchands). Voilà les vrais réacteurs du commerce mondial. Sans eux, pas de mondialisation des échanges. Or, ils échappent à tout contrôle : en termes de droit du travail, de normes, environnementales ou pas, d’assurance. Ce sont les passagers clandestins du commerce international : ils ne payent pas le vrai prix du billet. C’est nous qui le payons à leur place. La preuve sanglante par Beyrouth !

Lire la suite »

« À terme, une Europe politiquement unifiée est parfaitement possible et surtout nécessaire »

Alain de Benoist : « Rappelons aussi que la souveraineté et l’identité ne vont pas nécessairement de pair. Une nation ayant perdu son identité peut très bien être souveraine, un pays doté d’une identité forte peut ne pas l’être du tout. Il est évidemment souhaitable que l’une et l’autre aillent de pair (la souveraineté garantissant alors le maintien de l’identité), mais cela n’a rien d’automatique. »

Lire la suite »

Werner Sombart. Un économiste contre le rouleau compresseur capitaliste

S’il y a un économiste et un sociologue du XXe siècle à découvrir ou à redécouvrir, c’est bien Werner Sombart (1863-1941). Son chef-d’œuvre, Le capitalisme moderne, n’a pas encore été traduit. En attendant, on peut lire Comment le capitalisme uniformise le monde ? présenté par Guillaume Travers aux éditions de la Nouvelle Librairie.

Lire la suite »

Le secret de l’île bio, Cuba

Aujourd’hui, plus de 4000 exploitations agricoles urbaines produisent 1,5 millions de tonnes de légumes, sans pesticides ni engrais chimiques. Au début des années 1990, lors l’effondrement de l’Union soviétique, Cuba perd brutalement son principal fournisseur de pesticides. Pour éviter la famine, Cuba n’a d’autre choix que de développer des alternatives naturelles réduisant quasiment à zéro le recours aux produits chimiques.

Lire la suite »

Le syndrome Taubira

À chaque fois que Christiane Taubira se pique de poésie, c’est tout le camp du progrès qui se pâme. Les précieuses ridicules applaudissent. Trissotin dissèque. Sa dernière saillie en date : sa défense du clan Traoré.

Lire la suite »

Économie médiévale et société féodale, de Guillaume Travers

Sous-titré Un temps de renouveau pour l’Europe, le dernier opus de Guillaume Travers, publié aux Éditions de la Nouvelle Librairie dans la collection « Longue Mémoire » de l’Institut Iliade qu’il supervise, mérite tous nos éloges. L’auteur, docteur en économie, spécialiste des marchés financiers et des politiques monétaires, enseignant dans une grande école de commerce, collaborateur de la revue Éléments, s’était déjà fait remarquer par son ouvrage Pourquoi tant d’inégalités ?, « cinglante réfutation » (dixit François Bousquet, son éditeur) des thèses « inégalitaristes » de Thomas Piketty, très en vogue chez les mondialistes libéraux-libertaires de la rive gauche.

Lire la suite »

Je n’y crois pas !

« Je n’y crois pas ! » s’exclament parfois les adolescents pour marquer leur stupeur. Le spectacle qu’offrent depuis quelques années les employés du système politique et médiatique, les hommes et les femmes que ce système recrute et promeut, me donne régulièrement l’envie de crier moi aussi : « Je n’y crois pas ! »

Lire la suite »
S’abonner à la newsletter