Rechercher
Filtres
Le magazine des idées

Idées / Débats

Au revoir, Costanzo !

Depuis 2006, il était membre du comité éditorial de la revue Krisis d’Alain de Benoist. Après 1999, la fécondité de Costanzo Preve fut extraordinaire : mentionnons seulement, pour la seule année 2006, avec l’Eloge du communautarisme, que j’ai traduit et présenté, Il popolo al potere.

Lire la suite »

Brève histoire de l’idée de progrès

L’idée de progrès apparaît comme l’un des présupposés théoriques de la modernité. On a même pu y voir, non sans raison, la véritable « religion de la civilisation occidentale ». Historiquement, cette idée se formule plus tôt qu’on ne

Lire la suite »
Dominique Venner

Hommage à Dominique Venner

En ces jours de tristesse, nous publierons les témoignages, les hommages et les souvenirs consacrés à Dominique Venner, lecteur sourcilleux, contributeur fidèle, mais aussi ami sincère de notre revue. Michel Dejus, Genevière de Bli, Jacques Marlaud, Bruno de Cessole,

Lire la suite »
1984-film

George Orwell et l’autre totalitarisme (2)

Dans sa première partie, Emmanuel Lévy avait retracé
les grands axes de la pensée
et de la vie de George Orwell. Dans cette seconde partie,
il montre en quoi sa critique
du totalitarisme ne se borne pas au communisme et au nazisme. 

Lire la suite »
Jean-Luc Mélenchon

L’Europe et l’Amérique : entretien avec Jean Luc Mélenchon et Gilbert Pérol

L’entretien qu’il a donné à Alain de Benoist dans la revue « Krisis » date d’il y a vingt-cinq ans ! Il s’intitulait « L’Europe et l’Amérique au miroir de Maastricht ». Paru en 1992, en plein cœur de la campagne pour le référendum sur le traité européen, l’entretien croisé entre Jean-Luc Mélenchon, alors sénateur socialiste et le diplomate Gilbert Pérol, que nous publions sur notre site, est toujours disponible sur notre site de vente en ligne . Les deux hommes avaient des positions relativement proches. L’un et l’autre militaient pour une Europe libérée de la domination américaine et avaient affiché leur opposition à la première guerre du Golfe. Pourtant, le premier a défendu le oui et le second le non. Vingt-cinq ans plus tard, les analyses de Jean-Luc Mélenchon ont toutes été infirmées, tandis que celles de Gilbert Pérol s’avèrent prémonitoires. Et il y avait chez le leader de La France insoumise une mystique du « mouvement » en faveur de la construction européenne qui prête à sourire tant elle parait obsolète aujourd’hui, depuis Jean-Luc Mélenchon a reconnu son erreur. Diplomate d’exception, Gilbert Pérol, qui servit aussi bien le général de Gaulle que François Mitterrand, démontre en revanche une clairvoyance hors du commun. Bonne Lecture !

Lire la suite »
Rushdie

Le droit au blasphème ne se partage pas

L’Occident peut bien tonner contre l’intolérance de ceux qui condamnent à mort des écrivains (la chose, n’est-ce pas, est impensable chez nous – Robert Brasillach n’est plus là pour démentir), il a aussi ses allergies et ses croyances.

Pour accéder à cet article, vous devez vous abonner Abonnement – 12 numéros (2 ans), Abonnement – durée libre or Abonnement – 6 numéros (1 an).

Lire la suite »

Quand l’Occident a oublié la Grèce

C’est dans La Parole d’Anaximandre, texte exégétique d’un fragment du philosophe présocratique, que Martin Heidegger introduit le concept d’Abend-Land. Il l’oppose à Abendland (Occident) et, dans la traduction de Wolfgang Brockmeir, Abend-Land a été très heureusement rendu

Lire la suite »

La décolonisation est à refaire

L’occidentalisation de la planète est-elle, comme on l’affirme généralement, la conséquence historique du colonialisme européen ? Très répandue dans les milieux progressistes, cette thèse n’apparaît que partiellement vraie. Le colonialisme européen, tel qu’il s’est manifesté du XVIe au

Lire la suite »
Mac Do

Il n’y a pas de «monde blanc»

Toutes les idéologies dominantes opposent, dans leurs discours, le tiers-monde et l’Occident. Quels que soient les critères pris en compte, les définitions fonctionnent toutes selon le même principe d’exclusion. Le christianisme fut ainsi le premier à opposer

Lire la suite »

Pour en finir avec la civilisation occidentale

1620, sur une plage de la Nouvelle-Angleterre : les puritains du Mayflower découvrent la terre américaine. L’aventure « occidentale » naît ainsi du refus – voire de la haine – de cette Europe qui ne les supportait pas plus qu’ils ne la supportaient. Les « Pères pèlerins » mêleront l’esprit de conquête propre aux Européens et la mentalité égalitaire propre au christianisme pour imposer au monde une civilisation universelle qui tend à « normaliser » les façons de vivre, de penser et d’imaginer.

Pour accéder à cet article, vous devez vous abonner Abonnement – 12 numéros (2 ans), Abonnement – durée libre or Abonnement – 6 numéros (1 an).

Lire la suite »
Evola

Le péril américain

Ce texte inédit en France de Julius Evola, paru pour la première fois en Italie dans la revue « Il Concilia tore » (n° VII, Il, 15 novembre 1958), reste dans ce préambule marqué par l’époque à laquelle il a été écrit. Il est probable qu’une vingtaine d’années plus tard, l’auteur de « Chevaucher le tigre » n’aurait pas soutenu le même point de vue, le pacte atlantique ayant depuis largement découvert sa véritable destination : assujettir l’Europe aux ambitions planétaires de l’Amérique, sans pour autant la protéger valablement des visées militaires de l’Union soviétique. Dans la suite de cet article, Julius Evola dénonce l’impérialisme culturel américain (« le plus grand péril ») avec une pertinence et une précision qui restent de pleine actualité. C’est la raison pour laquelle nous le publions.

Pour accéder à cet article, vous devez vous abonner Abonnement – 12 numéros (2 ans), Abonnement – durée libre or Abonnement – 6 numéros (1 an).

Lire la suite »
Actuellement en kiosque

Dernières parutions - Nouvelle école et Krisis

Les dates à retenir

S’abonner à la newsletter