Culture

Louis-Ferdinand Céline. La guerre ne passait pas. (Déluge)

« Qui n’a, comme Céline, un jour été tenté de “fabriquer l’opéra du déluge” ? Revisitant une partie de nos archives oubliées, cette série de vidéos questionne l’art de voir, de lire et d’écouter ; réorganisant du même coup l’alliance des textes et des sons, des images et de leurs significations… Entre soliloques d’ombres et échos d’outre-tombe, des portes s’ouvrent, l’inactuel s’actualise, et l’on re-découvre la joie de tout risquer sur un alexandrin… »

Lire la suite »

Mont-Saint-Michel : le labyrinthe de l’archange

À la faveur d’un vaste chantier de restauration, historiens et archéologues lèvent le voile sur les mystères architecturaux du Mont-Saint-Michel, un monument qui n’a cessé de se reconstruire au cours de ses treize siècles d’histoire tumultueuse.

Lire la suite »

Baudelaire et les femmes. Déluge, une série de vidéos

« Qui n’a, comme Céline, un jour été tenté de “fabriquer l’opéra du déluge” ? Revisitant une partie de nos archives oubliées, cette série de vidéos questionne l’art de voir, de lire et d’écouter ; réorganisant du même coup l’alliance des textes et des sons, des images et de leurs significations… Entre soliloques d’ombres et échos d’outre-tombe, des portes s’ouvrent, l’inactuel s’actualise, et l’on re-découvre la joie de tout risquer sur un alexandrin… »

Lire la suite »

Le Calice : la campanule et l’oiseau migrateur

Nous avons avec Le Calice – plus connu sous le titre « international » de A Broad Bellflower – un exemple paradigmatique de ce que le cinéma réaliste-socialiste nord-coréen a pu produire de plus abouti. Ode au progrès, paysages enchanteurs magnifiant une nature

Lire la suite »

Lettonie, la magie du solstice d’été

En juin, les Lettons célèbrent leur plus belle fête : le solstice d’été. À Kolka, un village de pêcheurs situé sur la pointe de terre qui sépare la Baltique du golfe de Riga, les habitants se préparent pour la nuit la plus courte de l’année, à laquelle ils confèrent des pouvoirs magiques.

Lire la suite »

Contre les sangsues de la censure. Thomas Clavel, un premier roman lumineux

C’est aventureux pour une maison d’édition comme la Nouvelle Librairie de publier un roman. Un roman, il faut l’aimer, le chérir, le défendre comme un enfant, même si ce n’est pas le vôtre, comme une femme, même si c’est celle d’un autre. C’est un coup de cœur, un coup sur le cœur. Un traître mot, de Thomas Clavel, réunit toutes ces qualités, il suscite d’emblée un élan de sympathie et d’admiration. Pourquoi ? Parce qu’il touche directement le cœur du mal contemporain : la corruption du langage, le cancer de la langue, par toutes les formes de politiquement correct. Un grand livre sur l’époque, cette « grande époque », comme disait ironiquement Karl Kraus, grand scrutateur du langage.

Lire la suite »

Une faillite sans importance. Selon que vous serez puissant ou misérable

Les multinationales sont en deuil : George Floyd est mort ! C’est à qui soutiendra le plus tapageusement le mouvement « Black Lives Matter » en faisant couler l’argent à flot. Au fond, c’est le nouvel argent black. Mais le petit entrepreneur blanc que le Covid-19 a mis sur la paille n’a droit, lui, à aucune sollicitude. Sois blanc, mais de grâce cache-toi !

Lire la suite »

Supplique : rendez-nous les Sabatier, Patrick et Robert !

Et une supplique anachronique de plus ! Après Juppé et Marchais, Christophe A. Maxime poursuit sa série. Le divertissement du confinement derrière nous, voici le divertissement du déconfinement et de la farce décoloniale. De nouveaux masques sur d’autres masques. Rendez-nous donc les Sabatier, Patrick et Robert, l’animateur télé de première partie de soirée et le romancier populaire de première partie de rayon.

Lire la suite »
S’abonner à la newsletter
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}