Rechercher
Filtres
Le magazine des idées

Culture

Léon Tolstoï dans son bureau

Les terreurs « rouges, blanches, carrées » de Tolstoï (2/3)

Léon Tolstoï (1828-1910) peignait d’après nature, avec un naturel inégalé. Tout se présentait à lui avec la même force d’évidence : la naissance, la vie, la mort. Alors pourquoi cet homme au désir tout-puissant, pourvu de tant de dons, abjura-t-il son art pour se tourner vers la religion, la morale – et finalement la fuite. Tolstoï est comme la Russie qu’il incarne comme nul autre – plus que fascinant : sidérant.

Lire la suite »
Léon Tolstoï

Vie, mort et résurrection de Léon Tolstoï (1/3)

Qui fut Léon Tolstoï (1828-1910) ? Un personnage olympien « semblable à Dieu », comme l’écrivait Gorki, « assis sur un trône d’érable sous les branches d’un tilleul d’or ». Le premier romancier de son temps, l’Homère russe, qui a joué pour la révolution soviétique un rôle analogue à celui de Rousseau pour la Révolution française. On a oublié quel tremblement de terre sa mort a produit sur ses contemporains. Un événement planétaire, l’un des premiers, quasiment en mondovision. Le grand écrivain voulait mourir seul, mais le monde entier s’est convié à ses funérailles. De partout, les correspondants de presse affluent, les disciples accourent, les rumeurs les plus folles circulent. Mort ? Pas mort ? Ressuscité ? On attend religieusement. Quoi ? Un miracle. Anticipant des troubles (la révolution avortée de 1905 est encore dans tous les esprits), le régime tsariste dépêche des policiers. Et le Saint-Synode, qui avait pourtant excommunié Tolstoï en 1901, des ecclésiastiques. En vain. Son enterrement sera le premier enterrement civil de Russie, épilogue d’une vie qui aura été le théâtre d’un combat titanesque.

Lire la suite »
Sandrine Rousseau

Les écologistes sont-ils des suprémacistes blancs ?

Les écolos aiment enflammer de gigantesques croix et rêvent du rétablissement de la ségrégation raciale. Ce n’est évidemment pas moi qui le dit, mais l’inénarrable Sandrine Rousseau, superstar du wokisme délirant et reine longtemps incontestée – Valérie Pécresse n’était pas encore entrée en campagne – de l’humour aussi absurde qu’involontaire.

Lire la suite »
David Herbert Lawrence et sa femme Frieda von Richthofen

D. H. Lawrence (1/2) : le Soleil invaincu

D. H. Lawrence (1885-1930) n’est pas seulement l’auteur sulfureux de « L’Amant de Lady Chatterley », c’est d’abord un poète de feu, incandescent, solaire, païen, à la vitalité animale. Un des plus grands noms du XXe siècle.

Lire la suite »
Illusions Perdues

Balzac, Napoléon des lettres

« Créer, toujours créer ! Dieu n’a créé que pendant six jours ! », écrivait Balzac (1799-1850). Il ne voulait pas seulement concurrencer l’état civil, mais la Création. Il y est si bien parvenu qu’Oscar Wilde considérait la mort de Lucien de Rubempré, héros des « Illusions perdues », comme le plus grand chagrin de sa vie. Alors, pourquoi la littérature ? Eh bien parce que « la vraie vie, c’est la littérature », lançait Balzac, lui qui en fut le plus puissant des thaumaturges.

Lire la suite »
M. C. Escher

M. C. Escher, l’explorateur de l’infini

Mort en 1972, l’artiste néerlandais M. C. Escher laisse derrière lui une oeuvre aussi abondante qu’énigmatique. Plongée au coeur d’un univers riche et complexe qui ne cesse, cinquante ans après, de faire rêver.

Lire la suite »

La vie quotidienne d’un Normand au XVIe siècle

Cette année, la Normandie fête le 500e anniversaire de la naissance Gilles Picaud (1521-1578), seigneur de Gouberville, petit gentilhomme du Cotentin, qui nous a laissé un inestimable document sur les us et les coutumes normands au XVIe siècle. Une sorte de trésor des humbles, comme eût dit Maurice Maeterlinck, véritable ethnographie du quotidien.

Lire la suite »
Fantômas

Fantômas démasqué

De sa naissance sur le papier, en 1911, à ses avatars contemporains, en passant par Louis Feuillade, André Hunebelle, le surréalisme et… Moscou, un voyage alerte et malicieux sur les pas du premier méchant de la modernité.

Lire la suite »
Robert Le Vigan

Robert Le Vigan, la cavale d’un maudit

De « Quai des brumes » à « Goupi Mains Rouges » en passant par « L’assassinat du Père Noël », Robert Le Vigan a été l’un des seconds rôles mythiques du cinéma français. Cine + Classic lui consacre une soirée exceptionnelle mercredi 2 février avec la diffusion d’un documentaire construit autour d’une interview inédite de Robert Le Vigan tournée en Argentine en 1970.

Lire la suite »
S’abonner à la newsletter