Rechercher
Filtres
Le magazine des idées

Littérature

Dobrica Ćosić

Dobrica Ćosić, l’«homme le plus influent, le plus aimé et le plus haï de la Yougoslavie post-titiste»

Le rôle de Dobrica Ćosić est comparable, au sein de sa nation, à celui d’un Victor Hugo en France. Résistant communiste, commissaire politique, apparatchik, il avait fait entendre une voix singulière sitôt qu’il eut pris la plume et publié un étonnant premier roman sur la guerre des partisans: «Loin est le soleil».

Lire la suite »
Jean Cau et Bardot

«Au temps béni des colonies …»

«Au temps béni des colonies … » : le titre gouailleur d’une chanson populaire sur l’Afrique de grand-papa, ses petits plaisirs et ses petites bassesses. Il résume assez bien le dernier roman de Jean Cau : 220 pages de rêve, d’aventure et de nostalgie, qui font danser la poussière du grenier national sous un curieux soleil tropicalo-patriotique. À lire au premier comme au deuxième et au troisième degré. Le temps de la culpabilisation est passé. Le moment d’examiner, sans fausse pudeur l’aventure coloniale est peut-être venu.

Lire la suite »
Septentrion

Un roman crépusculaire

Cela fait une demi-douzaine d’années que j’évoquais dans « Éléments » ce qui était alors le dernier roman de Jean Raspail : « La hache des steppes ». Fort heureusement, ce n’était pas le dernier… Et voici que se confirme le talent d’un écrivain qui a trouvé vers la cinquantaine un second souffle, qui le place désormais parmi les meilleurs romanciers de notre temps.

Lire la suite »
Henri Vincenot

À la billebaude

À soixante-six ans, Henri Vincenot a recueilli son plus grand succès littéraire. Jean Mabire a lu La billebaude. Et il s’interroge, non sans scepticisme, sur l’engouement actuel des Français en faveur des récits d’autrefois. Est-ce un monde définitivement perdu qu’ils aiment aujourd’hui à redécouvrir ?
Celui que dépeint Henri Vincenot dans son livre est en tout cas plein de couleurs et de sève ancestrale. À l’image de son auteur qui, avec ses enfants, a reconstruit en Bourgogne un village abandonné. Après une vie bien remplie.

Lire la suite »

Tolkien le Hobbit

Certes, les récits de Tolkien retentissent d’exploits héroïques et de formidables affrontements. Et pourtant il y a constamment chez lui une indéracinable nostalgie de l’immobilité et de la paix, d’un mythique et anglissime âge d’or.

Lire la suite »
Ernst Jünger

Jünger, le retour de «l’auteur du siècle»

Le dernier livre de Ernst Jünger, « Eumeswil », dont la couverture s’orne d’un pavé géant, tombe, précisément comme un pavé, au milieu du bavardage superficiel de la littérature contemporaine. Excellemment traduit par Henri Piard, « Eumeswil » marque le retour fracassant de « l’auteur du siècle ». L’analyse que nous publions ici est due à Armin Mohler, l’ancien secrétaire particulier de Jünger.

Lire la suite »
Roger Fournier

L’instinct de retour

Roger Fournier écrivain canadien de langue française et d’âme païenne. Ce cousin barbu nous arrive tout droit du Québec. Avec lui, la littérature de la Nouvelle-France retrouve sa jeunesse. La «tradition» bigote et pleurnicharde appartient au vieux folklore. Voici enfin fleurir un chant nouveau qui célèbre la terre et le fleuve, la mer et le taureau, l’île primordiale, l’amour et le soleil.

Lire la suite »
Oscar Wilde

Contre le réalisme !

Oscar Wilde était un dandy, c’est vrai, mais un dandy du genre Baudelaire, partisan décidé de la culture, dans ce qu’elle a de plus gratuit; adversaire déclaré de tous ceux qui demandent à l’artiste de témoigner, de militer, de dénoncer, d’être utile ; franchement allergique aux metteurs en question, aux «démystificateurs », aux contestataires, à la flicaille idéologique.

Lire la suite »
Antoine de Tounens

«Le jeu du roi»

Une nouvelle méditation de l’auteur du « Camp des saints » : le rêve, la gloire et la liberté. Sur le prétexte de l’aventure d’Antoine de Tounens, qui se voulut « roi de Patagonie », un cortège de toutes les nostalgies d’Occident. Et le pressentiment d’un monde qui effacera les couleurs de la vie sous l’universelle grisaille.

Lire la suite »
Lucien Rebatet

L’écrivain, la politique et le vestiaire

À la mort de Lucien Rebatet, en 1972, les chiens de garde s’étaient pourléchés. Un petit coup de langue sur « Les deux étendards », un autre sur « Une histoire de la musique », et, pour un peu, l’auteur des « Décombres », briqué de neuf, trouvait siège sur la bergère.

Lire la suite »
Pierre Drieu La Rochelle

Drieu, trente ans après

Pierre Drieu la Rochelle. Jean Mabire lui consacra son premier livre : « Drieu parmi nous ». Douze ans après, pour les lecteurs d’ »éléments », Jean Mabire évoque de nouveau la figure de son compatriote normand. « Non, dit-il, Drieu n’est pas parmi nous. Mais c’est lui qui est fidèle et c’est le monde qui se renie ».

Lire la suite »
S’abonner à la newsletter