Rechercher
Filtres
Le magazine des idées

Cinéma

Le cinéaste Evgueni Yufit

Cinéma russe : l’insolite expérience nécroréaliste

Inconnu en France, le nécroréalisme est un mouvement cinématographique russe, lancé contre le cinéma soviétique officiel à la fin des années 1970 par Yevgeny Yufit, dont le film « Papa, le Père Noël est mort », librement inspiré d’ « Une famille de vampires » de Tolstoï, n’est pas la moindre des intrigantes pépites.

Lire la suite »

Les frissons du thriller italien

Le giallo n’en finit plus de fasciner les cinéphiles d’aujourd’hui. Avec son Étude en jaune, Frédéric Pizzoferrato dresse un panorama complet des maîtres du thriller d’angoisse européen.

Lire la suite »
Daniel Graig dans le dernier James Bond

Pour Daniel Craig, James Bond doit rester un homme !

À quand, une nouvelle Opération Tonnerre au pays enchanté du féminisme de progrès ? Le décor ? La possibilité souvent évoquée d’une actrice pour remplacer l’agent 007 ; une sorte de « Jane Bonde », donc. Ou d’un acteur de couleur, Idris Elba en l’occurrence.

Lire la suite »
L'Inhumaine film de Marcel L'Herbier

L’Inhumaine : un film à voir comme une exposition d’avant-garde

Véritable manifeste esthétique de l’art déco, considéré parfois comme une sorte de bande-annonce de l’Exposition des arts décoratifs et industriels modernes qui devait se tenir à Paris en 1925, « L’Inhumaine » est une ode au progrès sous tous ses aspects. Exaltant à la fois la science et les nouvelles formes de la création (architecture, mobilier, arts plastiques, haute couture), le film a des airs de chant d’amour et de confiance adressé à la modernité, confondue ici avec l’humanité. Ce positivisme décomplexé a beaucoup vieilli, certes, et fait sourire un peu jaune en notre temps de désenchantement et de scepticisme, pour ne pas dire de méfiance à l’encontre de la théodicée progressiste. Mais ce qui fait le charme de la modernité de L’Inhumaine, c’est justement son archaïsme, le décalage technologique et esthétique de ses images qui, vues près de cent ans après, semblent annoncer non pas le XXème siècle tel qu’il s’est déroulé mais tel qu’il aurait pu avoir lieu.

Lire la suite »
Avril est le film de fin d’études d’Otar Iosseliani, qui allait être amené à poursuivre sa carrière au cinéma jusqu’à aujourd’hui. Ce premier pas s’avéra toutefois peu encourageant puisque le moyen métrage fut interdit de distribution en URSS, la Géorgie appartenant alors à l’aire géopolitique de Moscou.

Avril : révolte contre le monde moderne

Avril est le film de fin d’études d’Otar Iosseliani, qui allait être amené à poursuivre sa carrière au cinéma jusqu’aujourd’hui. Ce premier pas s’avéra toutefois peu encourageant puisque le moyen métrage fut interdit de distribution en URSS, la

Lire la suite »
Sindoor

Sindoor : peines de cœur et crises cardiaques

Sindoor appartient à la catégorie des masala movies, une dénomination que les amateurs de cinéma indien connaissent bien et qui fait référence, en cuisine, au mélange des épices. Dans les films de ce type, ce ne sont pas les épices que l’on mêle mais les genres cinématographiques (aventure, romance, comédie, etc.), cette variété permettant de toucher un large public. Si c’est l’Inde qui est à l’origine de cette expression, ce cinéma-là est également très populaire au Bangladesh, au Pakistan et, comme c’est le cas ici, au Népal.

Lire la suite »
Actuellement en kiosque

Dernières parutions - Nouvelle école et Krisis

Les dates à retenir

Pas de nouveaux événements
S’abonner à la newsletter