Carnet de bord d’un néo-urgentiste au temps du coronavirus #20 : « Ce matin, la police est intervenue aux urgences pour disperser des gitans venus en nombre »

Membre de la rédaction d’« Éléments » depuis plus de vingt ans, le docteur François Delussis est neurologue dans un hôpital de la région Rhône-Alpes. En direct des urgences, il nous livre son carnet de bord quotidien. Jour 19 : ce matin, la police est intervenue aux urgences pour disperser des gitans venus en nombre. L’infectiologue de l’hôpital est sorti sous escorte pour leur parler.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Jeudi 23 Avril

La plupart des congés des soignants ont été annulés, afin que tout le monde reste sur le pont, à la fois pour les patients Covid + (chacun d’entre eux demande deux fois plus de personnel) que pour l’éventuelle seconde vague de la pandémie. Laquelle pour l’instant demeure hypothétique.

       Le patient, un maçon-couvreur d’une soixantaine d’années en réanimation (lire jour 18), à cause de sa défaillance cardiaque entraînant des arrêts à répétition, est désormais en « mort cérébrale ». Le respirateur le fait respirer, les traitements assurent le fonctionnement de l’organisme, mais des lésions irréversibles sont désormais présentes, qui rendent sa survie impossible sans cette aide technique. Sa femme comprend bien la situation, elle me dit que s’il n’a jamais été fataliste, il ne s’est pour autant jamais fait d’illusion sur quoi que ce soit. Je lui dis que c’est ainsi qu’il abordé sa mort prochaine : malgré la soudaineté avec laquelle son état s’est dégradé, il en a pris conscience bien avant nous.

       Ce matin, la police est intervenue aux urgences pour disperser les gitans qui étaient venus en nombre (neuf), en vue de monter aux étages afin de voir leurs proches. C’est sous escorte que l’un des infectiologues est allé ensuite les voir sur le parking pour leur donner des nouvelles de chacun d’entre eux. L’entretien a été bref. « Tu crois que j’aurais dû mettre un gilet pare-balles, plaisante-t-il en remontant, ou bien rester à distance et ne leur parler qu’avec un porte-voix ? ». Il est des situations à ce point inconcevables qu’on ne peut y répondre que par une absurdité plus grande encore.

Carnet de bord d’un néo-urgentiste
• Lundi 30 mars et Mardi 31 mars – Coronavirus #1
• Mercredi 1 avril – Coronavirus #2 : la tension monte à l’hôpital
• Jeudi 2 avril – Coronavirus #3 : le manque de place l’oblige à des choix draconiens
• Vendredi 3 avril – Coronavirus #4 : « Dans mon hôpital, 43 travailleurs médicaux sont infectés par le virus. »
• Samedi 4 avril – dimanche 5 avril – Coronavirus #5 : vols de masques à l’hôpital
• Lundi 6 avril – Coronavirus #6 : Beaucoup d’entre nous « pensent Covid », « mangent Covid », « dorment Covid »
• Mardi 7 avril – Coronavirus #7 : Aujourd’hui, on a reçu un dessin d’une fillette de 8 ans pour nous remercier d’avoir « sauvé son papa »
• Mercredi 8 avril – Coronavirus #8 : affecté au «secteur Covid» des urgences, avec des patients agités et récalcitrants
• Jeudi 9 avril – Coronavirus #9 : aux urgences, une nette recrudescence des motifs psychiatriques
• Vendredi 10 avril – Coronavirus #10 : l’hôpital administre l’hydroxychloroquine après discussion collégiale
• Lundi 13 avril – Coronavirus #11 : la colère d’une infirmière devant le manque de moyens de l’hôpital
• Mardi 14 avril – Coronavirus #12 : cette liste des symptômes du Covid-19 qui n’en finit pas
• Mercredi 15 avril – Coronavirus #13 : « Dans notre service, quatre aides-soignantes ont été touchées par le Covid-19. On attend les résultats pour la cinquième »
• Jeudi 16 avril — Coronavirus #14 : hors du protocole, le doute diagnostic n’a plus sa place
• Vendredi 17 avril — Coronavirus #15 : « Cette pandémie n’a pas fait disparaître les autres pathologies »
• Samedi 18 – Dimanche 19 avril — Coronavirus #16 : gestion de la pénurie : blouses, masques, lits, tout manque à l’hôpital !
• Lundi 20 avril — Coronavirus #17 : baisse des patients atteints par le Covid-19 aux urgences
• Mardi 21 avril — Coronavirus #18 : « Je sais que c’est la fin », me dit un patient, étonnement calme
• Mercredi 22 avril — Coronavirus #19 : Retour progressif à la normale ou simple accalmie ?

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter