Blake et Mortimer, immortels ! (France Culture)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

2019, l’année Blake et Mortimer ! Le deuxième volet du diptyque La Vallée des immortels clôture l’année. Dans l’univers de la bande dessinée, celle que l’on peut désormais qualifier de classique, les duos s’épanouissent, les paires abondent, les couples font florès…

On pense, chez Christophe, à Artémise et Cunégonde, chez Jacques Martin à Alix et Enak, chez Hergé à Tintin et Milou, bien sûr, ou à Tintin et Haddock et aux deux Dupond(t), et aussi à Jo et Zette et à Quick et Flupke, chez Goscinny et Uderzo à Astérix et Obélix, j’en passe et d’excellents. Au point que Corto Maltese, chez Hugo Pratt, paraît faire exception dans sa solitude rêveuse et déterminée.

Eh bien ! c’est de Blake et Mortimer, d’Edgar P. Jacobs que nous allons parler ce matin.

Il va s’agir de comprendre ce que peut expliquer que cette oeuvre, qui remonte déjà loin en arrière (le troisième quart du XXème siècle) trouve, aujourd’hui encore, des échos tels que les albums que d’autres créateurs ont osé perpétuer depuis la disparition du créateur, connaissent actuellement des tirages énormes : plusieurs centaines de milliers, selon leurs éditeurs.

Source : texte et émission, France Culture

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter de la revue Éléments