Biopolitique du coronavirus (6). Docteur Molière et Mister Diafoirus

Le docteur Diafoirus est increvable, comme les virus. Lui aussi mute à travers les âges. Au vu de la nullité sanitaire du gouvernement, il semblerait qu’il contrôle aujourd’hui l’institution médicale.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

– Quoi de neuf ?
« Molièrrre », répondait inlassablement Sacha Guitry, de sa voix de velours. Molière toujours recommencé. On aurait pu croire notre gloire nationale dépassée par les progrès de la science, renvoyée dans d’obscurs âges médicaux quand la secte des médicastres formait une redoutable bande de fossoyeurs – en plus chers et plus verbeux. Il n’en est rien. La médecine coronavirale sous tutelle publique confine toujours comme au bon vieux temps de la peste, elle interdit toujours de voir la dépouille des défunts comme au temps du choléra et elle dépêche aux cas désespérés Michel Cymes, la coqueluche des Ehpad, pour annoncer aux derniers résidents qu’ils ne survivront pas à ses blagues. Mais pas de panique, les vieux, y’aura des masques pour la prochaine épidémie !

Le coup est rude pour Hippocrate. Il y a à peine trois mois, la médecine rêvait en grand, une nouvelle ère s’ouvrait, l’homme augmenté, les nanotechnologies, l’intelligence artificielle. Aux dernières nouvelles, seuls les respirateurs sont artificiels. La médecine, qui avait avantageusement remplacé les curés, du moins avait-elle fini par s’en convaincre, avait oublié l’essentiel : il faut quelqu’un pour administrer les derniers sacrements – en débranchant les malades. La voici donc de nouveau aussi désarmée, aussi hébétée, aussi impuissante, qu’au temps de Molière. Bien sûr, elle ne dit plus aux malheureux : « Souffrez, on s’occupe du reste ! », elle a ajouté une pincée de paracétamol. Prenez du Doliprane en somme, et on s’occupera du reste !

Pharmafoirus en digne héritier

On peine à déceler sous les traits des bureaucrates du ministère de la Santé et des barbons sortis de cet Ehpad qu’est l’Académie de médecine, tous choisis par Macron en personne, des avatars, même lointains, du docteur Diafoirus. C’est pourtant lui qui régente notre santé. Son champ de rayonnement s’est même considérablement élargi, si bien qu’il faudrait l’appeler Pharmafoirus. Comme son ancêtre, Pharmafoirus s’est fait une spécialité de soigner des maladies qui n’existent pas, selon la forte doctrine et parole du docteur Knock. Là où Diafoirus assommait de noms latins les dupes qu’il dénichait, il vous abreuve de molécules aux formules alambiquées. Là où son ancêtre multipliait les lavements purgatifs en vous enfonçant dans les fesses des seringues anatomiquement monstrueuses, grosses comme des pompes à vélo rustiques, lui vous vaccine des shoots fixés à l’alu. Là où il faisait des saignées à en crever, il intube jusqu’à l’asphyxie.

La peste soit de Didier Raoult

Pharmafoirus n’a pas de visage, rien que des masques successifs (quelle ironie à l’heure où il ne parvient pas en fabriquer en quantité suffisante). S’il y en a deux à épingler, bien grimaçants, farcis de morgue, dans le musée des horreurs médicales, c’est le couple infernal Agnès Buzyn-Yves Lévy. La survaccination précoce en France, c’est elle. Le lobbying vaccinal, c’est lui. La multiplication des conflits d’intérêt, c’est eux. La demande d’assouplissement des règles sur les conflits d’intérêt, c’est elle. Le Raoult bashing, c’est eux aussi, c’est eux d’abord – et Didier Raoult ne s’est pas privé de le rappeler, quand les « fondamentalistes de l’Inserm », alors dirigé par Yves Lévy, ont voulu mettre en coupe réglée les Instituts hospitalo-universitaires (IHU), dont le sien. Tout cela a été dit et redit.

C’est la « génération Sida », pour parler comme l’infectiologue marseillais, la maladie des élites culturelles, pas des Gilets jaunes, comme on s’en doute, plus Téléthon que Sidaction, mais chut ! Pierre Bergé pouvait dauber autant que son argent le lui autorisait les priorités philanthropiques des ploucs, l’inverse n’est pas possible. Dont acte.

Cette génération, ce n’est pas seulement Yves Lévy, c’est aussi Jean-François Delfraissy, à la tête du Conseil scientifique de l’Élysée et Françoise Barré-Sinoussi, à la tête du CARE (Comité analyse recherche et expertise) – encore un pseudopode inutile fraîchement créé par l’exécutif, qui vient redoubler les avis du Conseil scientifique (pour une affaire d’ego sûrement). Clemenceau recommandait de nommer des commissions pour enterrer les problèmes. Nous, on fait mieux : on crée des problèmes en multipliant les commissions.

Génération Sida

Au passage, quel linguiste charitable viendra couper le robinet d’eau tiède de ce vocabulaire psychologisant, compassionnel, anglicisé de surcroît, trempé dans les sucreries des niaiseries cucumanitaires. Quoi de plus saugrenu que le CARE ! L’État français n’est pas une ONG, que diable ! Et pourquoi lancer aussi prématurément (et triomphalement) une opération Résilience, alors qu’on vient à peine d’entrer dans la phase épidémique – et pas post-traumatique, que l’on sache. De quoi le Covid-19 serait-il résilient à ce stade, sinon de l’incurie et de l’incompétence de l’exécutif ? Tous ces kilotonnes de sollicitude recyclés par la novlangue des communicants finissent par ne plus rien dire à force de tout dire. Fatalité du macronisme né d’un coup de force médiatique, sa gestion de crise porte la marque de la communication dont il procède. Or, cette communication de crise a été conçue pour gérer les infidélités de Monsieur et la couleur des robes de Madame, pas pour affronter des pandémies. La gestion devient alors gesticulation.

Revenons à cette génération dorée et tapis rouge, cliniquement parlant. Elle cherche un vaccin contre le Sida depuis bientôt 40 ans comme d’autres cherchaient l’or des Incas. La quête de cet Eldorado a englouti des milliards. À ce niveau de gabegie, la recherche ne se résume plus qu’à la recherche de financement pour financer le financement de la recherche de financement.

Cocoricovid

L’avenir dira si Raoult et ses équipes se sont trompés. Il suffira de comparer les niveaux de pénétration épidémique à Marseille et dans le reste de la France. Les déclarations du professeur auront en tout cas permis de donner un fantastique coup de pied dans la termitière médicale, et accessoirement de mettre le dépistage à l’ordre du jour en France. On s’étonne d’ailleurs que ce dépistage, dont la quasi-obligation est placardée dans tous les cabinets médicaux de France, ait pu faire l’objet d’un tel tir de barrage. Raoult ? Allez savoir !

Curieux pays. On tient enfin une pointure internationale, il faut qu’on lui savonne la planche. Les Marseillais, enorgueillis et retrouvant les accents tarasconnais de Tartarin, croient rejouer gagnant le Classico, mais le vrai match, c’est celui qui oppose les élites, certes parisiennes, et le peuple. Ce dernier se tient prêt à lancer des Cococorico, Cocoricovid, en faisant une belle quenelle au Système. Raoult est son champion, n’a-t-il pas eu droit à un tweet décoiffant de Trump, le plus grand performer artistique du moment, qui soit dit en passant ressemble de plus en plus à Michou.

Les fans de Raoult l’ont comparé au druide Panoramix. C’est flatteur. La vérité, c’est qu’on ne sait pas si Raoult est Panoramix ou Amnésix, le druide chargé de guérir Panoramix dans Le Combat des chefs, après qu’un lancer supersonique de menhir, œuvre de cette godiche d’Obélix, l’eut heurté (Amnésix aussi du reste) : génial tout court ou génial mais fou ? Pasteur ou Pastis ? Ou les deux peut-être.

À son actif, il soigne les maladies sans traitement connu comme on devrait les traiter : empiriquement, à tâtons, en bricolant, en se trompant, comme les pionniers, comme les aventuriers.

– Ouh là là, objectent ses détracteurs ! Vous n’y pensez pas ! Et la méthodologie ? Et le protocole thérapeutique ? Et le code de la route ?

Oh les gars, il ne part pas en vacances, le Raoult, il conduit une ambulance à 180 km/heure dans un système hospitalier embouteillé par les malades.

– Pfuit, populiste va !

C’est ce qu’un chef de service, la cruche du jour, lui a reproché (du « populisme médical »). Il a été entendu. Pharmafoirus a donc décidé – très officiellement, très hippocratiquement et très méthodiquement – de tester l’hydroxychloroquine sur des souris pendant six mois, puis sur des lapins blancs en période de reproduction, puis sur Agnès Buzin, avant de délibérer aux voix entre le comité Théodule, j’ai nommé le Conseil scientifique, et le comité Théophraste, j’ai nommé le CARE et l’ego de Madame Barré-Sinoussi. Et quand il y aura 100 000 morts, on administrera enfin la chloroquine, mais aux survivants. La belle affaire !

L’anti-discours de la méthode

Franchement, la méthode, on s’en fout, comme du protocole. Il n’y a pas de méthode qui tienne ici. Feu le professeur Lucien Israël, un sacré bonhomme et une sacrée pointure, disait des protocoles thérapeutiques que c’était le sommet de la médiocrité médicale. Raoult ne dit pas autre chose, la truculence en plus. Le « paradigme du parachute » et la « méthode de Tom » racontés par lui, c’est du Jean Yanne. Ils devraient être enseignés dans tous les amphis de médecine. Leur irréfutabilité jetterait Karl Popper dans la perplexité.

La vérité, c’est que la plupart des grandes choses qui ont changé le cour de l’histoire ont été faites sans protocole. Mieux et plus encore : elles n’ont été rendues possible que parce qu’il s’est trouvé quelqu’un qui a jeté par la fenêtre ce putain de protocole. Comment comprendre autrement « la lettre tue, l’Esprit vivifie », règle de vie ? Le protocole, c’est fait pour les cons, pour les docteurs de la loi, pour les pharisiens, pour Adolf Eichmann. Eichmann suivait le protocole à la lettre. Amen !

Quand on sait d’ailleurs comment fonctionnent les comités de lecture « indépendant »… Les joyeux lurons qui ont publié le canular sur la culture du viol dans les jardins publics chez les chiens sont intarissables sur le niveau intellectuel de ces revues savantes. Mention spéciale dans leur papier aux discriminations contre la gent canine queer, même pas relevé par les membres du jury. À ce niveau d’« hénaurmité », la méthodologie rappelle furieusement la scolastique et la syllogistique brocardées par Rabelais. Alfred Jarry et le Docteur Faustroll ne sont pas loin. Il y a toute une littérature savante consacrée au sujet depuis l’étude pionnière de John Ioannidis, « Pourquoi la plupart des résultats de recherche publiés sont faux » (Stanford University, 2005). Les « Monsanto papers » ont révélé combien la FDA, la Food and Drug Administration, la principale agence américaine, était gangrenée jusqu’à l’os.

Lisez l’excellent blog « Anthropo-logiques » de Jean-Dominique Michel, anthropologue médical suisse, parfait connaisseur des arcanes du monde médical. Lui parle de « corruption systémique », c’est-à-dire que la corruption est endogène au système de santé, elle en est même la signature génétique. Médecins, industriels, agences publiques, la relation est devenue incestueuse, au point d’accoucher elle aussi de monstruosités : les scandales sanitaires (Mediator, Dépakine, Vioxx, crise des opioïdes, etc.) Crime organisé, a pu dire le chercheur Peter Gøtzsche, cofondateur de la plus grande veille mondiale sur Big Pharma. Alors, après le crime en col blanc, le crime en blouse blanche ?

La faillite d’un système

C’est tout un système qui a fait faillite, privé et public dans le plus parfait mélange des genres – les labos, le ministère de la Santé, les agences sanitaires gouvernementales, les mandarins de la Faculté de médecine. Ah, ces mandarins ! Ouvrez Les Morticoles (1894) de Léon Daudet. C’est Molière à 250 ans de distance, une fable outrancière, swiftienne, contre les toquades médicales, très proche, la comparaison surprendra, de la Némésis médicale (1975) d’Ivan Illich.

Et encore ni Léon Daudet ni Molière ne connaissaient le médecin fonctionnaire, le rond-de-cuir de la santé, le technocrate médical qui gèrent le coronavirus avec des tableaux Excel en télétravail. Le directeur de l’Agence régionale de Santé du Grand Est (évidemment nommé par l’État, à la tête d’une région sans autre existence qu’administrative) faisait les deux. Christophe Lannelongue de son nom. Il faut encadrer ce patronyme et le signaler à l’attention de la postérité. Auto-confiné à Paris, ce haut fonctionnaire pilotait depuis sa cuisine, chocolat chaud à la main, la réponse de l’État à l’offensive du Covid dans le Haut-Rhin, tout en déclarant, début avril, toujours depuis sa cuisine parisienne, à des journalistes de L’Est républicain interloqués, qu’il était hors de question, pandémie ou pas, d’interrompre la suppression de postes et de lits au CHRU de Nancy, alors qu’on en cherchait désespérément ! Macron l’a limogé, quand bien même il ne faisait qu’appliquer scrupuleusement la feuille de route présidentielle.

De Max Weber à Michel Crozier, une sociologie plutôt conservatrice a montré comment dans les univers impersonnels et déshumanisés se développait parfois une « personnalité bureaucratique », généralement étriquée, vouée à élargir sans arrêt son périmètre de pouvoir. Le lebensraum du fonctionnaire et de son coup de tampon ! C’est fou ce que le pouvoir de donner un coup de tampon confère de pouvoir à celui qui tient le tampon. La délivrance des homologations pour fabriquer des masques ou faire des tests nous en a fourni un aperçu. Combien de laboratoires ont-ils couru après une autorisation administrative qui n’est peut-être toujours pas arrivée ?

Mais ce n’est rien à côté de l’administration centrale. Du haut du ministère de la Santé, forte de son jacobinisme criminel, elle a fusionné les organismes comme on a fusionné les régions et les communes, avec une règle de calcul, des préjugés technocratiques et une méconnaissance totale des réalités du terrain. En est sortie une super-usine à gaz (les seules qu’on fabrique encore en France). Voici en deux mots l’histoire de l’Agence nationale de santé publique, créée en 2016, sur la base d’un rapport lui-même issu de rapports eux-mêmes issus de rapports qui ressemblent à tous les autres rapports qu’on peut lire dans d’autres rapports, les uns et les autres baptisés, par ironie on suppose, rapports d’activités, alors que l’activité principale se résume à rédiger des rapports. Inévitablement, cette Agence nationale qui a tout refondu a englouti l’organisme qui gérait les stocks stratégiques de médicaments et matériel. Zou, à la trappe.

En rupture de stock

On fera valoir que cette notion de stock est désormais une hérésie comptable appartenant à l’ancien temps. À l’heure de la mondialisation et des flux tendus, le meilleur des stocks, c’est l’absence de stocks, fussent-ils stratégiques. Si du reste il n’y a plus de stocks stratégiques, on en induit, comme on nous a appris à le faire à l’école, qu’il n’y a plus de stratégie du tout.

Tout cela n’a d’ailleurs pas empêché l’État de préempter les stocks d’hydroxychloroquine – subitement les réserves stratégiques reprenaient tout leur sens –  pour les formes sévères de Covid alors qu’il apparaît que la molécule est inefficace quand elle est prise en phase de détresse respiratoire. Pour une fois, miracle, nulle pénurie à l’horizon. Aïe ! On a donc décidé d’en créer une, sur-le-champ, en asséchant les stocks de la molécule (et pendant ce temps-là, le groupe « français » Sanofi, fabricant de ladite molécule, a choisi de la distribuer gratuitement un peu partout dans le monde, 100 millions de doses quand même). En rupture de stock, ce pourrait être le titre de la tragi-comédie nationale qui tient l’affiche depuis deux mois. En rupture de masques, en rupture de tests, en rupture de soignants, en rupture de lits, en rupture d’imagination, en rupture de chefs. Régis Debray nous a récemment rappelé un des derniers mots de Malraux à qui on demandait peu de temps avant sa mort ce qui caractérisait notre âge : « L’absence de décision », répondit-il laconiquement, pour une fois. Que dirait-il aujourd’hui ? Des comités, des commissions, des instances consultatives à n’en plus finir. Toujours repousser la prise de décision, toujours les atermoiements. Personne ne veut choisir, on préfère en déléguer le soin à la « méthode ». La méthode, c’est indifféremment les protocoles, les procédures, les normes, les lois, les règles. Pour le reste, la procrastination préside à l’absence de décision. Ici aussi, le décisionnisme schmittien – on le redit, l’essence du politique, ce qui fonde sa souveraineté – a été battu en brèche par le normativisme, car il y a un normativisme médical, pas seulement juridique. Cette faillite de la décision est générale, elle affecte autant le savant que le politique, pour parler comme Max Weber, chacun dans son registre respectif. Plus encore peut-être en France où, tradition jacobine et saint-simonienne oblige, l’administration des choses depuis Paris s’est substituée au gouvernement des hommes depuis chez eux. Ce qui veut dire, en bon français, qu’on est vraiment dans la merde…

Prochain article : Biopolitique du coronavirus (7). Gilets jaunes et blouses blanches

Articles précédents :
Biopolitique du coronavirus (1). La leçon de Michel Foucault
Biopolitique du coronavirus (2). Le patient zéro et l’infini
Biopolitique du coronavirus (3). Sale temps pour les « No border »
Biopolitique du coronavirus (4). L’immunodéficience des élites
Biopolitique du coronavirus (5). Affaire Griveaux : Paris vaut bien une épidémie

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}