Bernard Lugan : « La colonisation est une idée de la gauche universaliste »

Dans son dernier livre publié, Esclavage, l’histoire à l'endroit, l’africaniste Bernard Lugan remet à plat l’histoire de l’esclavage devant le micro d'André Bercoff sur Sud Radio.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

L’esclavagisme fait toujours autant débat, près de deux siècles après son abolition en Europe. Entre les disputes sur les chiffres et les demandes de repentance, Bernard Lugan arbitre et vient remettre certaines pendules à l’heure. Il fait état du bilan des trois traites les plus importantes de l’histoire.

Des siècles de traite humaine

Et parmi la plus inattendue des traites, celle des Africains entre eux. « Tous les États africains du Sahel et les sociétés de la cuvette étaient esclavagistes », affirme l’historien. Selon des chiffres publiés par un chercheur américain, « 7 millions d’esclaves étaient recensés en 1900, dans la seule Afrique occidentale française », rapporte Bernard Lugan. La deuxième traite, celle des arabo-musulmans « a porté sur 15 à 20 millions de personnes » et s’est étendue de 650 jusque dans les années 1920. « Pour l’Afrique orientale, le seul marché de l’île de Zanzibar a vu passé 1,5 millions d’esclaves », note l’universitaire qui déplore un discours scientifique peu entendu.

« Le drame c’est que nous, universitaires, publions des articles, intervenons dans des colloques, mais cela ne passe pas dans la vulgate », regrette Bernard Lugan qui observe « des gens qui vont éructer, et vont se retrouver au même niveau que les historiens »« Nous sommes dans un combat inégal parce qu’il y a beaucoup moins de chercheurs qui travaillent sur l’esclavagisme que de rentes de situation sur la lutte pour la repentance », déplore l’auteur.

« Seuls les Blancs ont aboli l’esclavage »

Plus décriée dans le débat public, la traite des Européens débute pourtant plus tardivement, en 1450 pour s’achever en 1869. « Nous avons pourtant des chiffres précis, il y a un consensus chez les universitaires », souligne Bernard Lugan. « 11 millions de personnes sont concernées », rapporte-t-il. « Ces chiffres ne sont pas là pour minorer ou maximaliser l’une ou l’autre traite. Les scientifiques ne blâment pas, ni ne louent, ils racontent », assure l’historien qui déplore « une compétition entre l’émotion et la science ».

Face aux différentes polémiques et demandes de repentance, Bernard Lugan rappelle que « toutes les sociétés au monde ont été esclavagistes ». Mais une originalité se distingue parmi elles. « Les seuls qui ont aboli l’esclavage ce sont les Blancs, affirme-t-il. Aucune société asiatique, africaine, américaine n’a aboli l’esclave », assure l’historien.

Source : Sud Radio

Pour en savoir plus : notre entretien avec Bernard Lugan dans le n°186 d’Éléments.

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}