Rechercher
Filtres
Le magazine des idées

François Bousquet

Articles

Un groupe de migrants attend devant un policier pour entrer dans le centre humanitaire pour réfugiés du nord de Paris.

Assimilation : histoire d’un échec

L’assimilation revient à la mode. Elle n’a pourtant jamais aussi mal fonctionné. Assimiler qui et à quoi ? À l’heure où les vies qui comptent le moins sont celles des peuples autochtones, l’assimilationnisme, jacobin dans son essence, se heurte à quelque chose de plus fort que lui : des peuples résolument étrangers. Michel Geoffroy, énarque, contributeur à Polémia, retrace l’histoire de cet échec programmé dans « Immigration de masse, L’assimilation impossible », une brochure roborative qui vient de paraître aux éditions de la Nouvelle Librairie.

Andréa Kotarac Les portraits d'éléments

« Les portraits d’Éléments », épisode 1 : Andréa Kotarac ouvre le bal

Éléments lance une série de vidéos grand format : « Les portraits d’Éléments», face caméra. Un rendez-vous bimestriel, avec des intellos, des artistes, des aventuriers, des politiques, des économistes, des chefs d’entreprise… Des personnalités hors norme, inattendues, détonantes, qui ont quelque chose à dire, pas quelque chose à vendre. Un homme, un parcours, des idées. Jean-François Daloz, qui est à la manœuvre, répond à nos questions.

Renaud Camus contre Marlène Schiappa, le tractosaure du féminisme. Procès, épisode 1

Il y a un an sur le plateau de CNews, face à Zemmour, Marlène Schiappa expliquait que Renaud Camus avait guidé le cerveau du tueur de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, une cinquantaine de morts au tableau. Une diffamation que l’auteur du Grand Remplacement ne pouvait pas laisser passer. Il s’est donc constitué partie civile. L’audience se tenait ce vendredi. Petit reportage sur la farce judiciaire française.

Des masques en quête de personnages. Le nouveau roman de Thomas Clavel

Un second roman est toujours attendu, surtout quand le premier a été salué par la critique indépendante et plébiscité par les lecteurs. Il faut à la fois confirmer et se renouveler. C’est la gageure qu’a relevée Thomas Clavel dans une fiction sobrement – et mystérieusement – intitulée Hôtel Beauregard, qui peut se lire comme la catharsis d’une société qui, par temps de coronavirus, de « cancel culture », d’effacement des visages, a sombré dans la folie collective de la dénonciation « citoyenne ». Hôtel Beauregard est tout cela et bien plus que cela.

Génération identitaire : la solution, pas la dissolution

C’est fait. Le gouvernement vient de lancer la procédure de dissolution de Génération identitaire. La dissolution, c’est la peine de mort pour un mouvement politique. Il y a cinquante ans, ses membres auraient été des héros, disait Zemmour, aujourd’hui ce sont des parias.

Expo à la Nouvelle Librairie : « Auriac, le visage des autres »

Ancien légionnaire, Philippe Auriac a la soixantaine tonique. C’est un serial portraitiste qui noircit les blancs et déshabille les âmes à l’encre de chine. Son papier Canson, ce sont des couvertures de L’Illustration, « Journal universel », sur lesquelles il dessine Rimbaud, Baudelaire, Cendrars, Blondin, Sylvain Tesson, Nicolas de Staël, Freddie Mercury, Jim Morrison, des nus de femme, des vieux loups de mer. Rien que des visages au charbon de bois – qui ressemblent à des paysages à la croisée du jour et de la nuit. La Nouvelle Librairie expose ses dessins. Venez les découvrir rue de Médicis ou sur son site auriac.bzh.

Bonne année quand même !

Tout le monde hiberne un peu en janvier, mais cette année encore plus que les autres. Le couvre-feu à 18 heures, comme les poules ! Il n’y a que

Louis-Ferdinand Céline et les femmes : couille ouille ouille !

Les éditions de la Nouvelle Librairie lancent une collection célinienne, « Du côté de Céline ». Dirigée par Émeric Cian-Grangé, elle a pour objet de contribuer à la connaissance du continent célinien. « Escaliers » d’Évelyne Pollet en est le premier volume, témoignage intimiste exceptionnel sur l’auteur du « Voyage au bout de la nuit ». Voyage dans le voyage.

Cheyenne Carron : «“La Beauté du monde” a un prix»

La cinéaste Cheyenne Carron ressemble à sa filmographie – sans concession. Nous avons souvent eu l’occasion d’en célébrer la beauté dans les colonnes d’« Éléments ». Dans un univers cinématographique dominé par la spécialisation à outrance, elle présente la particularité de contrôler toute la chaîne d’un film. C’est le prix de l’indépendance. Tout faire, de A à Z. Cela passe par la lettre « F » comme financement. Son prochain film, « La Beauté du monde », un film sur la fraternité d’arme, les blessures de guerre et les bleus à l’âme, doit boucler son financement. C’est la raison pour laquelle Cheyenne Carron a lancé sur la plateforme de financement participatif Ulule une collecte de fonds. Nous l’avons interrogée.

Contre la parole autorisée par la doxa dominante

François Bousquet auteur de l’essai Courage ! Manuel de guérilla culturelle est l’invité de l’émission littéraire «Entre les lignes!» Un bréviaire pour les coeurs rebelles contre la parole

Biographie : Né en 1968, après des études de lettres, il a été éditeur-gérant à L’Âge d’Homme. Journaliste à Valeurs actuelles, Le Spectacle du Monde et la revue Éléments. Depuis 2015, il est devenu rédacteur en chef de la revue Éléments. Il est par ailleurs directeur de la Nouvelle Librairie.
Livres :