Rechercher
Filtres
Le magazine des idées
République démocratique allemande Jörg Drieselmann

Allemagne : réécriture de l’histoire et diabolisation subventionnées par l’État

Nous reprenons une partie d’un entretien de "Junge Freiheit" du 8 mars 2021 traduit par nos amis de l'OJIM, sur une fondation allemande qui entend réécrire l’histoire de la RDA sous un prisme politiquement correct.Jörg Drieselmann, né à Erfurt en 1955 a été arrêté en 1974 pour une manifestation publique contre le mur de Berlin et condamné à quatre ans de prison. Il est directeur du musée de la Stasi depuis 1992.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

La Fondation Amadeu Antonio donne désormais souvent le ton en politique et dans les médias allemands en matière d’extrémisme. Jörg Drieselmann, directeur du Musée de la Stasi (NDT : Services de la sûreté de l’État de l’ex-RDA) à Berlin, met en garde : cette fondation promeut l’idéologisation et la diabolisation.

JUNGE FREIHEIT : Monsieur Drieselmann, selon le journal Welt am Sonntag, la Fondation Amadeu Antonio veut réécrire l’histoire de la RDA. Cela vous surprend-il ?

JÖRG DRIESELMANN. Non. Toute discipline scientifique, y compris l’histoire, procède d’un dialogue sans fin, qui devrait être multilatéral et ouvert, dans le respect de la vérité. La discussion est ouverte à tous, y compris à la Fondation Amadeu Antonio.

JUNGE FREIHEIT : « Multilatéral », « ouvert ». Peut-on s’attendre à cela de la part de cette fondation ?

JÖRG DRIESELMANNNon. Mais ce n’est pas obligatoire car le traitement de l’histoire contemporaine n’est jamais uniquement l’affaire des historiens. C’est un processus social auquel participent différentes personnes, y compris des institutions politiques. Ce débat doit être polyphonique. Par conséquent, Anetta Kahanes, présidente de la fondation, a son mot à dire. Même si, personnellement, je ne souhaite pas recevoir de leçons sur la RDA d’une ancienne employée (non officielle) de ses Services de la sûreté.

JUNGE FREIHEIT : Donc, aucun problème et inutile de s’affoler ?

JÖRG DRIESELMANNNon, pour la troisième fois. Parce que cette fondation veut faire de la dictature nazie l’unique cheville ouvrière de l’histoire contemporaine, et de la RDA le résultat du national-socialisme. D’une part, c’est trivial, car tout dans l’histoire est lié à tout le reste. Par ailleurs, la connaissance de la complexité des relations entre les causes et les effets en histoire devrait nous empêcher d’établir une telle causalité. Cela ferait d’Hitler, au lieu de Staline, le père fondateur de la RDA. Je pense que c’est extrêmement audacieux.

JUNGE FREIHEIT : Dans quel but ?

JÖRG DRIESELMANNLa dichotomie du bon contre le mauvais sur laquelle se fonde la pensée totalitaire – nous sommes bons, les autres sont mauvais- a été remplacée par celle de la gauche contre la droite. Goebbels considérait le NSDAP comme la « gauche allemande », et Staline appelait la social-démocratie le « jumeau du fascisme ». Ceux qui font de la politique aiment justifier leurs actes par l’histoire.
Le but est de prouver que la droite est responsable de tous les maux de l’histoire, tandis que la gauche résiste. Et qui est « de droite » est aujourd’hui déterminé par des organisations comme cette fondation. Afin de ne pas avoir à traiter objectivement ceux qui critiquent, on les catalogue comme « de droite », « populistes de droite » ou même « d’extrême droite ». La Fondation Amadeu Antonio accentue la polarisation de la société au lieu de la surmonter.

JUNGE FREIHEIT : Beaucoup oeuvrent déjà à cette diabolisation ; la Fondation Amadeu Antonio est-elle donc si importante ?

JÖRG DRIESELMANNEn fait, avec ses trente employés, elle est insignifiante. Mais peu de fondations reçoivent des subventions aussi élevées. Grâce à celles-ci, la fondation soutient à son tour environ un millier d’autres projets de la société civile. De plus, elle possède une grande influence politique ; des personnalités politiques et les médias prennent souvent conseil auprès de ses représentants et les invitent à faire des apparitions publiques.

JUNGE FREIHEIT : Comment cette fondation, insignifiante lors de sa création en 1998, a-t-elle réussi à jouer un rôle aussi important ?

JÖRG DRIESELMANNElle est arrivée au bon moment et a su profiter de l’air du temps. C’est aussi grâce à Anetta Kahane, professionnelle des réseaux, qui dirige son association d’une main ferme. Et enfin, parce que la fondation fournit ce qui est souhaité, en cataloguant ceux qui critiquent le gouvernement comme « de droite ». C’est rentable pour les deux parties : les politiques n’ont plus à se confronter aux arguments de la « droite » et la fondation peut compter sur de généreuses subventions pour l’avenir. Le téléspectateur ou le lecteur, quant à lui, a l’impression que le journaliste a pris l’avis d’experts indépendants.

JUNGE FREIHEIT : Ce serait la tâche des médias de remettre en question la fondation comme celle des politiques d’examiner sa fidélité à la constitution ainsi que les soutiens financiers qu’elle reçoit. Pourquoi n’est-ce-pas le cas ?

JÖRG DRIESELMANNIl y a eu quelques tentatives ; par exemple en 2011 : le ministre de la Famille, appartenant à la CDU, a rendu le subventionnement dépendant d’une adhésion explicite à l’ordre démocratique libéral. Cela n’a pas duré. En outre, il n’y a pratiquement plus de différences entre les partis établis. La politique du genre et le « revirement énergétique » sont plus importants pour le SPD, l’ancien parti des travailleurs, que le sort des bas salaires. La CDU, autrefois un parti conservateur, n’est plus qu’une association électorale pour les femmes candidates au poste de chancelier. Et le FDP (NDT : parti libéral) suit l’air du temps et a complètement perdu de vue ses valeurs fondamentales, sa liberté et la primauté du droit. Les Verts et la gauche n’ont pas eu à changer, ils ont toujours été socialistes. On dirait une sorte de « coalition multi-partis » ; toute opposition à ce bloc est ciblée et montrée comme malhonnête. Et c’est là que la fondation entre en jeu, remplissant sa fonction à ce stade…

JUNGE FREIHEIT : Sommes-nous donc encore en démocratie alors ?

JÖRG DRIESELMANNNous avons des parlements librement élus, ce qui est une caractéristique essentielle de la démocratie. Mais les élections démocratiques ne sont pas tout. Selon la Cour constitutionnelle fédérale, « l’État constitutionnel démocratique » est au cœur de notre Loi fondamentale. Mais ce noyau de notre constitution n’existe plus vraiment…

JUNGE FREIHEIT : Si le noyau de l’État de droit n’existe plus, nous ne sommes plus en démocratie et donc sous une dictature ?

JÖRG DRIESELMANNLa question est mal posée. Bien sûr, nous sommes en démocratie, car rien de tout cela ne se produit contre la volonté active des citoyens, qui la soutiennent en ne retirant pas leur confiance aux responsables politiques. La question doit être : l’Allemagne est-elle toujours un État constitutionnel ? C’est exactement ce pour quoi nous avons la Constitution : pour qu’elle s’applique !

JUNGE FREIHEIT : Est-ce le cas ?

JÖRG DRIESELMANNÀ mon avis, l’État de droit est gravement endommagé. Un organe, qui ne figure dans aucune constitution, composé du chancelier et des ministres-présidents (NDT : dirigeants des Länder, entités régionales) prépare, presque à la chaîne, des ordonnances qui interviennent profondément dans les droits fondamentaux, souvent sans la participation des parlements des Länder. Certaines parties du pouvoir exécutif, donc du gouvernement fédéral et de celui des Länder, se sont distanciées du cadre légal en vigueur.

Traduction : OJIM -OJ
Source : Junge Freiheit, « Es ist ein Skandal » entretien de Moritz Schwarz

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

S’abonner à la newsletter
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}